pompiers en formation

pompiers en formation
pompiers en formation

Vendredi dès 19 heures, tous les pompiers du centre Latronquière étaient en service sur le thème de la lutte contre les incendies de forêts et d’espaces naturels. Pas moins de 17 personnels étaient donc présents pour cette formation qui a lieu une fois par an. Le but de ces manœuvres est de maintenir le niveau opérationnel de chacun dans son rôle respectif, de vérifier le bon fonctionnement des équipements mais aussi la bonne coordination des personnels au sol.

Cette formation comprend trois séquences : une partie théorique à la caserne avec rappel des règles d’engagement, d’utilisation du matériel et de coordination des équipes. Une partie pratique sur le terrain consistant à mettre en œuvre le scénario étudié précédemment et à valider les modalités d’engagement en situation réelle et enfin une troisième partie consistant à vérifier l’état du matériel après intervention, à réarmer les véhicules et à débriefer la manœuvre.

Les pompiers étaient donc répartis comme suit : trois camions-citernes forestiers (CCF), composés chacun de quatre personnes : un chauffeur, un responsable du matériel et deux membres d’équipage. Un véhicule de liaison tout terrain avec deux personnes. un véhicule sanitaire avec deux personnes, c’est ce qu’on appelle un GIFF (Groupement d’intervention incendie de forêt). Les pompiers, tout comme les militaires, disposent d’une organisation extrêmement précise, garantissant l’efficacité de leurs interventions et la sécurité des personnels impliqués.

La manœuvre a été conduite par le Capitaine Philippe Cadenes, chef de centre, qui a expliqué les différentes phases de cet exercice. On se rend alors compte du travail que les pompiers doivent accomplir, tant dans la préparation et l’entretien du matériel, que dans la conduite des opérations puis le réapprovisionnement des véhicules. En effet, la fin d’une intervention peut être rapidement suivie d’une nouvelle sortie et il est donc impératif de s’assurer de la disponibilité du matériel.

Au-delà des techniques déployées et du matériel utilisé, comment ne pas être impressionné quand on voit les pompiers sortir avec sur le dos un « portoir » de 20 à 25 kg contenant le matériel nécessaire pour établir une longue longueur d’abreuvement, dans des endroits inaccessibles. à n’importe quel véhicule et où seul un homme à pied peut se déplacer.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les dirigeants des compagnies pétrolières défendent leur industrie
NEXT Le Stade Rochelais Basket jouera dans l’élite la saison prochaine après un match fou contre Boulazac, 67-72 ! – .