qu’est-ce que le CCAT, cette cellule ciblée par Gérald Darmanin ? – .

qu’est-ce que le CCAT, cette cellule ciblée par Gérald Darmanin ? – .
qu’est-ce que le CCAT, cette cellule ciblée par Gérald Darmanin ? – .
>>>>
Capture d’écran / France 2 Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, évoque les tensions en Nouvelle-Calédonie sur le plateau de Télématin jeudi 16 mai.

Capture d’écran / France 2

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, évoque les tensions en Nouvelle-Calédonie sur le plateau de Télématin jeudi 16 mai.

FRANCE – « C’est le CCAT qui pose problème ! » Alors que la Nouvelle-Calédonie est en feu, Gérald Darmanin désigne depuis deux jours un groupe en particulier : le CCCAT, pour Field Action Coordination Unit. « J’ai assigné à résidence un certain nombre de leurs dirigeants et je continuerai à le faire, l’état d’urgence me le permet »a déclaré le ministre de l’Intérieur, ce jeudi 16 mai.

Gérald Darmanin indique ainsi avoir été assigné à résidence « dix chefs mafieux du CCAT » mercredi soir, avant d’ajouter que « plus d’une vingtaine de missions supplémentaires » contre les membres du groupe indépendantiste sera prononcée ce jeudi. Cette organisation « est mafieux, violent, commet des pillages, des meurtres” et n’est pas “ pas politique »a-t-il insisté, au micro de France 2.

La lecture de ce contenu peut entraîner le dépôt de cookies par l’opérateur tiers qui l’héberge. Compte tenu des choix que vous avez exprimés concernant le dépôt de cookies, nous avons bloqué l’affichage de ce contenu. Si vous souhaitez y accéder, vous devez accepter la catégorie de cookies « Contenu tiers » en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

Des propos qui font écho à ceux du Haut-Commissaire de la République, Louis Le Franc, le représentant de l’Etat français sur place, qui a déclaré mercredi que « le CCAT est une organisation de casseurs qui se livre à des actes de violences graves, avec la volonté de tuer policiers, gendarmes et forces de l’ordre ».

Le CCAT « n’est pas un groupe terroriste ou un groupe mafieux comme certains dirigeants politiques veulent nous le faire croire »de son côté a répondu à ces responsables le conseil national des chefs de Kanaky.

Plusieurs manifestations ces six derniers mois

La cellule a été créée fin 2023, à la suite d’un congrès du parti indépendantiste l’Union calédonienne. Depuis, elle a appelé à plusieurs reprises à la mobilisation contre la réforme constitutionnelle menée par le gouvernement, qui vise à y élargir le corps électoral.

Ces manifestations ont progressivement rassemblé de plus en plus d’habitants de l’archipel, comme le raconte Médiapart Romuald Pidjot, secrétaire adjoint de l’Union calédonienne : « Le 25 novembre 2023 nous étions 3 000, le 28 mars nous étions près de 15 000 et le 13 avril nous avons organisé une sit-in historique, place de la Paix, avec 60 000 personnes [soit environ un quart de la population en Nouvelle-Calédonie]. »

“Nous espérions qu’avec cette méthode, le ministre entendrait, mais il n’a rien entendu “, Il regrette. La cellule a ensuite accru la pression à l’approche du vote de cette semaine sur la réforme constitutionnelle en lançant l’initiative « 10 jours pour Kanaky », soit dix jours de mobilisation depuis le 4 mai. La tension a commencé à monter la semaine dernière, avec plusieurs arrestations lors d’une de ces manifestations jeudi dernier.

Le CCAT appelle à « apaisement » et continue ses actions

Mais malgré la forte opposition des séparatistes, le Parlement a donc adopté l’élargissement du corps électoral aux élections provinciales, un vote crucial pour l’archipel. Les partisans de l’indépendance estiment que ce dégel risque «minoriser encore davantage les autochtones kanak». Et pour cause : jusqu’alors, seuls les Kanaks, résidents établis dans l’archipel avant 1998 ainsi que leurs descendants, avaient le droit de participer aux élections locales. Ce qui pourrait changer si la réforme constitutionnelle est votée par le Congrès, qu’Emmanuel Macron compte convoquer avant fin juin, à moins qu’un accord ne soit trouvé entre les différents partis en Nouvelle-Calédonie.

Le vote de cette réforme a suscité la colère des indépendantistes et de nombreuses violences ont éclaté depuis lundi. Ces trois nuits d’émeutes ont fait quatre morts, dont un policier qui a été abattu. Tout comme les différents leaders politiques, le CCAT a appelé à « apaisement et respect des consignes ».

« Les abus commis contre les commerces, les sociétés, les bâtiments et les équipements publics n’étaient pas nécessaires, mais ils sont l’expression de ceux qui sont invisibles dans la société et qui subissent de plein fouet les inégalités et sont marginalisés au quotidien. », a également indiqué la cellule dans un communiqué mercredi. Elle encourage néanmoins le maintien de ses actions sur le terrain “pacifiquement”et lui assure : « Nous ne reculerons jamais et notre détermination restera inébranlable jusqu’à l’indépendance et l’avènement de la République de Kanaky. »

Voir aussi sur HuffPost :

La lecture de ce contenu peut entraîner le dépôt de cookies par l’opérateur tiers qui l’héberge. Compte tenu des choix que vous avez exprimés concernant le dépôt de cookies, nous avons bloqué l’affichage de ce contenu. Si vous souhaitez y accéder, vous devez accepter la catégorie de cookies « Contenu tiers » en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la connectivité économique entre le Kasaï-Oriental et le Kasaï-Central gravement impactée
NEXT Acteur de l’Hôpital général tué à 37 ans, les circonstances tragiques de sa mort révélées