ces expressions belges que les Français ne comprennent pas – .

ces expressions belges que les Français ne comprennent pas – .
ces expressions belges que les Français ne comprennent pas – .

C’est l’événement que toute la Belgique attendait depuis quelques jours, voire six ans pour certains. Notre pays affronte la France ce lundi 1er juillet, en huitièmes de finale de l’Euro de football. Un match qui sonne comme une revanche de la demi-finale de la Coupe du monde 2018 où la France s’était imposée 1-0. Lorsque vous parlez à un Français, ou plutôt « un frouze » devrions-nous dire, vous risquez de rencontrer quelques petits problèmes de communication dus à nos expressions et autres belgismes… Certaines expressions ne font pas partie de leur vocabulaire. Voici un aperçu rapide.

En vidéo, découvrez le témoignage de trois supporters de nos Diables Rouges :

Connaissance ou pouvoir ?

En Belgique, on est amené à utiliser le verbe « savoir » à la place du verbe « pouvoir ». Petit exemple pratique avec la question «tu sais comment me passer le sel ?« . Un Français vous répondra : «Bien sûr que je peux te le transmettre, le voici» en vous tendant le condiment à bout de bras. Quand un Belge dit «Désolé, je ne peux pas venir à ta fête ce soir.« Cela ne veut pas dire qu’il a un problème avec sa voiture ou les transports en commun, mais simplement qu’il ne peut pas venir.

C’est fou

Les températures estivales ont du mal à se maintenir, mais quand il fait très chaud et très lourd, on dit en Belgique qu’il «ça fait du bien« Un Français pourrait penser que c’est doux, mais en réalité ce n’est pas le cas.

Que disons nous!

Voilà une expression qui risque de susciter des interrogations chez nos voisins français.Se dire quoi ?« implique que l’on va tenir une personne informée d’une situation ou au moins en reparler. Un Français aura tendance à dire «Nous restons en contact” ou “Je vais vous dire ce que c’est. sans ajouter le petit « quoi » qui risque de le dérouter plus qu’autre chose…

Une stomisation

Cette expression signifie faire quelque chose en secret, en silence. Vous avez la version courte, en stoemeling donc, ou abrégée, en stoem. Petite suggestion suggérée par la rédaction, essayez de la faire prononcer à un de vos amis français. Vous pourriez rire et sourire. Dans la même idée, faites-lui prononcer la commune de Schaerbeek. Là aussi, vous entendrez peut-être quelques pépites…

Une crudité

Envie d’une autre petite portion de frites ou d’un peu de lait dans votre café ? Demandez une rawette. C’est donc un supplément, un surplus. Si nos amis français lisent ceci, prononcez le « w » correctement. De même, en Belgique, on prononce un wagon avec le son « wa » et non « va ». Idem pour WC, qui se prononce « Wé Cé » et non « Vé Cé ». Un mot pour les sages…

Où regarder les matchs de l’Euro à Bruxelles ? La réponse en vidéo :

Avoir les yeux quinquins d’une poupée

Vous avez mal dormi et vous vous êtes réveillé avec des petits yeux ? En Belgique, on dit que vous avez les yeux « poupousse ». Une expression très mignonne et toujours plus agréable que «tes yeux sont vraiment fatigués, ça te donne une mauvaise image« Ou comment transmettre un message avec douceur et subtilité.

Dessinez votre plan

Elaborer son plan, c’est savoir se débrouiller, faire les choses par soi-même. Vous avez un problème avec votre GSM (enfin, un téléphone portable pour les Français) ? On espère que vous élaborerez votre plan sans. Mais on espère surtout que nos Diables élaboreront leur plan ce soir sur la pelouse du stade de Düsseldorf.

Ne manquez aucune actualité lifestyle sur sosoir.lesoir.be et abonnez-vous dès maintenant à nos newsletters thématiques en cliquant ici.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Complot d’assassinat russe contre Papperger, le patron de Rheinmetall : ce que l’on sait
NEXT Apache 207 donne un aperçu approfondi à Openair Frauenfeld – .