dans le « duel des papys », Stan Wawrinka éteint Andy Murray dès le premier tour

dans le « duel des papys », Stan Wawrinka éteint Andy Murray dès le premier tour
dans le « duel des papys », Stan Wawrinka éteint Andy Murray dès le premier tour
>>
Stan Wawrinka, lors de son premier tour face à Andy Murray, lors du tournoi de Roland-Garros, le 26 mai 2024. ALAIN JOCARD / AFP

Et du coup, la voix adolescente et encore légèrement nasillarde de Britney Spears a réveillé le petit Philippe-Chatrier, au moment des premiers bâillements. “Oh, bébé, bébé (…)/GJe m’ai signé/Frappe-moi, bébé, encore une fois. Dimanche 26 mai, pour sa soirée inaugurale, les organisateurs de Roland-Garros avaient prévu d’endormir les nostalgiques.

Lire aussi | Les qualifications de Gasquet, Moutet, Wawrinka et Garcia, l’élimination d’Humbert : revivez la journée de Roland-Garros

Ajouter à vos sélections

Au menu, une affiche en noir et blanc entre deux monstres sacrés, Stan Wawrinka et Andy Murray, tous deux âgés de 76 ans sur le court. Un ancien numéro un mondial face à un ancien du Top 3, deux triples vainqueurs du Grand Chelem, qui plus est, les seuls à avoir bousculé le règne du « Big 3 » incarné par Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic.

Dans cette confrontation crépusculaire au propre comme au figuré, ce quatrième face-à-face de sa carrière à Roland, l’ancien vainqueur (2015) a une nouvelle fois donné une leçon au finaliste 2016 : 6-4, 6-4, 6-2.

Il y a sept ou huit ans, les deux joueurs croisaient le fer lors du dernier carré du Grand Chelem. Désormais, les Suisses (39 ans) et les Britanniques (37 ans) se rencontrent plus souvent au premier tour.

Briscards anciens au cacochyme

Blessures et opérations n’ont pas eu raison des deux vétérans, qui continuent d’arpenter le circuit, malgré leur dossier médical infirme et polytraumatisé. Murray (75e monde) marche depuis 2019 avec une hanche en titane. Wawrinka a subi une intervention chirurgicale au genou gauche à deux reprises en 2017 – une arthroscopie, puis une greffe osseuse et cartilagineuse. Murray est arrivé Porte d’Auteuil tout juste remis d’une blessure à la cheville. Wawrinka (97e monde) a déclaré forfait pour Rome, dernière étape avant Roland-Garros, en raison d’une douleur au poignet droit.

Sous le ciel noir du court Philippe-Chatrier, les spectateurs ont dûment applaudi les deux joueurs pendant deux heures et vingt minutes. Du moins ceux qui n’étaient pas dans la tribune présidentielle (vide) et les loges, désertées au moment où leurs occupants daignaient terminer leur dîner.

Short et chaussures assorties au ballon, « Stan l’homme » (c’est écrit sur les poches de ses raquettes) a montré que son revers à une main n’était pas rouillé, exhibant toute la gamme : du court croisé au long de ligne, du balle frôlant le missile perçant le mur écossais…

Le doyen du vestiaire est arrivé sur la terre battue parisienne avec seulement trois victoires (pour neuf défaites) depuis le début de la saison… qui pourrait être la dernière, tout comme son adversaire du soir. Mais tous deux ont décidé de prolonger la tournée d’adieu et, entre deux Challengers (la deuxième division du tennis), de s’inviter à la fête d’un Grand Chelem. Histoire de goûter encore un peu à l’ivresse de l’ambiance de gala avant de se rendre au tournoi des légendes.

Bulletin

« Paris 2024 »

« Le Monde » décrypte l’actualité et les enjeux des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

Registre

Mais sur cette terre battue parisienne qu’il n’a jamais vraiment appréciée, les limites – et les fautes directes – du Britannique sont magnifiées à la loupe. Le défenseur, qui a longtemps apprécié les longs échanges, essaie désormais même d’amortir pour raccourcir les échanges. En octobre 2020, Wawrinka l’écrasait en trois petits sets dans une version automnale du tournoi (pandémie de Covid-19 oblige) sur ce même court Philippe-Chatrier. Dimanche, il n’a pas existé face à son rival et ami, en témoigne la longue accolade au filet entre les deux hommes.

“Nous avons eu d’énormes batailles depuis 15-20 ans, il y a beaucoup d’émotions, nous ne sommes plus jeunes, nous arrivons à la fin, donc nous essayons d’en tirer le meilleur parti”, a-t-il ajouté. diront les Suisses. Je suis le plus âgé du tableau mais dans ma tête je suis encore un enfant, j’ai envie de continuer. »

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Rafael Nadal revient à Roland-Garros, le crépuscule du roi de la terre battue

Ajouter à vos sélections

Sur un ultime revers le long de la ligne, il prolonge l’envie de vouloir. «J’ai enchaîné les mauvaises défaites [cette saison]. Cela m’a empêché de vouloir me bousculer. Mais je n’ai jamais oublié pourquoi je joue au tennis. Ce n’est pas parce que je vieillis que je n’ai pas le même bonheur quand je viens ici. a déclaré vendredi le dernier joueur à avoir remporté le tournoi avec un revers à une main. Le dernier à avoir soulevé la Coupe des Mousquetaires en short ” affreux ” (dixit Federer), à mi-chemin entre pyjama et… imprimé écossais.

Élisabeth Pineau

Réutiliser ce contenu
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Nathan Géraud et Tom Combourieu de retour de France