« Ça va être un ailier offensif du top 6 tab@/?$ ! » – .

Depuis la fin de la saison du Canadien, notre équipe vous a présenté différents reportages sur des joueurs qui, de par leur profil et leur potentiel rang de sélection, ont une chance légitime de se retrouver à Montréal avec le cinquième choix en juin.

Nous avons notamment donné la parole à Cayden Lindstrom, Berkly Catton, Cole Eiserman et Zayne Parekh, en plus de nous être entretenus avec l’agent d’Ivan Demidov et la mère de Beckett Sennecke. En plus de ces espoirs, Tij Iginla est aussi un nom à considérer parmi les cibles potentielles du Tricolore.

Maintenant, comment ces joueurs (et les autres candidats du top 10) sont-ils perçus par les dépisteurs et les décideurs de la LNH ? Comment sont-ils perçus par les joueurs et les entraîneurs des équipes qu’ils ont affrontées cette année ? Nous sommes allés pêcher.

«Je vais vous dire quelque chose. Lui, quand il habitera son corps, ça va être un ailier offensif top 6 tab@/?$ !

Pour des raisons évidentes, tous les participants à cette affaire ont refusé d’être nommés.

Qui choisiriez-vous en premier entre Tij Iginla, Cayden Lindstrom et Berkly Catton ?

« Compte tenu des similitudes dans leur potentiel, je choisirais Cayden Lindstrom en raison du « facteur central ». Un joueur central vous offre plus de possibilités. Vous pouvez également le déplacer vers l’aile s’il ne fonctionne pas aussi bien. L’inverse n’est pas vrai. Regardez Quinton Byfield. Il joue actuellement sur l’aile et il se porte bien. Personne ne sait s’il finira par revenir au centre.

«En fin de compte, un centre de 6 pieds 3 pouces qui est massif et talentueux en plus d’avoir une approche d’attaquant puissant est plus attrayant qu’un ailier, comme Iginla, ou un centre de 5 pieds 11 pouces, comme Catton. Iginla est un tirer. Catton est explosif et a de bonnes mains. Mais s’il devient un Clayton Keller, êtes-vous heureux de l’avoir repêché si haut ?

“Il est clair pour moi que la position et les compétences de Lindstrom le favorisent.”

« Entre les trois, j’irais avec Tij Iginla. Pour moi, c’est un type de Matthew Tkachuk et ce type de joueur mérite l’or en séries éliminatoires. Les buts qu’il a marqués cette année tout en conservant un courage et une éthique de travail impeccables étaient impressionnants. Tij se comporte comme un professionnel depuis longtemps. Il vient d’une famille dirigée par un ancien joueur de la LNH [Jarome] qui a eu beaucoup de succès. Je ne dis pas que les deux autres ne sont pas des pros, mais Tij est à mon avis un futur attaquant de puissance qui contribuera de plusieurs manières.

Crédit photo : capture d’écran YouTube

« Cayden Lindstrom apporte une combinaison d’habileté et de jeu physique. Il est extrêmement difficile à contenir. J’irais avec lui en tant que numéro deux [parmi les trois]. Berkly Catton est tellement doué. Cela peut vous donner une mauvaise image. Ce serait mon troisième choix, mais il reste très prometteur.

« Berkly Catton est définitivement le joueur le plus difficile à contrer. Il fait ce qu’il veut avec la rondelle. Mais vraiment ce qu’il veut ! Et le problème pour nous, ses adversaires, c’est qu’il l’a toujours en sa possession et qu’il est très difficile de le lui reprendre. Mais pour répondre à votre question, je pense que j’irais avec Cayden Lindstrom si j’étais directeur général. Il a toutes les qualités et peut tout faire sur la glace. Grand, rapide, fort, agile. Cette année, il a marqué à un rythme effrayant.

Votre avis sur Beckett Sennecke ?

Analyse générale

« Son talent offensif est vraiment très élevé. Bien sûr, ce type aura besoin de temps. Gagner cinq pouces en quelques mois, ça déséquilibrer un corps! Il lui fallait allonger ses bâtons et récupérer ses membres, carrément. Et il parvient toujours à faire tout ce que l’on voit cette saison. C’est extrêmement impressionnant. Si j’avais quelque chose à lui reprocher pour l’instant, ce serait peut-être son implication générale. Mais je pense qu’il a le caractère pour changer ça, un peu comme Will Cuylle l’a fait lors de sa transition junior-LNH.

Projection

«Je vais vous dire quelque chose. Quand il habitera son corps, ça va être un ailier offensif du top 6 tab@/?$ qui va produire beaucoup de choses. Actuellement, il n’est pas encore au niveau de Lindstrom, Iginla ou Catton. Mais on drafte pour ce que les joueurs nous donneront dans cinq ou six ans et on pense que Sennecke sera clairement dans la même catégorie que ces trois gars-là.

Analyse générale

« Il entre si facilement dans les triangles défensifs. Il est excellent dans les situations où le jeu devient serré car il a d’excellentes mains. Il est encore faible physiquement, mais il a des mains en or. Il crée des occasions à partir de rien. Parfois, vous pensez que le jeu est mort et il le déverrouillera pour vous en un claquement de doigts. Il peut être seul contre trois adversaires et il trouvera quand même une issue.

Projection

« Je n’ai aucun problème à vous dire aujourd’hui qu’il pourrait devenir une sorte de Tarasenko. Il jouera sur les deux premiers trios et sur le premier avantage numérique. Pour moi, c’est un buteur de 35 buts.

Qu’est ce que tu pense deCole Eiserman?

Analyse générale

« C’est un joueur qui se concentre vraiment sur l’attaque du filet, de toutes les manières possibles. En fait, il tire de n’importe où, ce qui peut être positif ou parfois plus négatif. Son lancer est vraiment d’élite. Il essaie parfois d’en faire trop en zone offensive. Il n’utilise pas assez ses coéquipiers et ne sait pas toujours quand ralentir le jeu lorsque cela est nécessaire. En fait, même lorsqu’il est en un contre deux ou en deux contre trois, il va forcer quelque chose. Cela dit, il a tout de même procédé à des corrections à ce niveau ces derniers mois. Je ne pense pas que ce soit une question de sens du jeu. Je pense que c’est plutôt qu’il a vraiment l’impression qu’il peut tout faire lui-même et c’est inévitablement quelque chose qu’il va devoir changer dans la LNH parce qu’il recevra une tape sur les doigts de la part de ses partenaires du trio.

« Défensivement, il est un peu nul, dans le sens où il ne participe pas vraiment au jeu défensif. Il triche beaucoup parce qu’il veut s’enfuir avec la rondelle. Physiquement, il n’a pas peur, mais ne s’implique pas plus que nécessaire. Je pense que Cole Eiserman a beaucoup à apprendre, mais il a quelque chose en lui qui ne s’enseigne pas : c’est un buteur né avec un tir fantastique. Si vous êtes prêt à vivre avec ses défauts, cela peut s’avérer payant.

Crédit photo : Just Pictures/Sipa USA via Reute

Projection

« Cela ne me surprendrait pas s’il était sur un troisième trio, mais lors du premier avantage numérique parce que les gars des deux premiers trios ne veulent pas jouer avec lui. Ce n’est pas un acteur collectif. Mais c’est difficile à dire pour le moment. Tout dépendra de sa capacité à marquer plus qu’il n’en coûte à son équipe. Steven Stamkos marque suffisamment de buts pour qu’on oublie le reste. Cole Caufield, s’il reste un marqueur de 20 buts, cela ne suffira vraiment pas à compenser ce qu’il n’est pas en mesure de donner. Ces gars-là doivent marquer 35-40 ou plus et dominer le jeu de puissance pour en valoir la peine. Si Eiserman peut faire cela et/ou corriger ses lacunes, il est définitivement l’un des deux meilleurs joueurs de ligne.

Analyse générale

« Les équipes ont peur de lui parce qu’il est unidimensionnel. Plusieurs se demandent s’il ne joue pas plus que ça avec ses coéquipiers parce qu’il aime trop lancer, parce qu’il est égoïste ou parce qu’il voulait à tout prix battre le record de Caufield. Une chose est sûre, il ne cède pas beaucoup la rondelle.

« La question est de savoir s’il n’est qu’un tireur ou s’il peut faire plus. Parce qu’à l’heure actuelle, cela pourrait être beaucoup à payer pour un gars qui tire simplement la rondelle du haut des cercles. Son match n’est vraiment pas terminé. Il y a beaucoup de trous dedans. Il aime avoir la rondelle, mais vous avez la rondelle pendant environ 48 secondes dans un match de 60 minutes. Il doit démontrer qu’il peut faire autre chose, mais surtout qu’il a envie de le faire. Le Combine nous en dira beaucoup sur lui.

« D’un autre côté, j’aime qu’il dise qu’il ne veut pas se déformer. Cela montre une grande confiance. Finalement, il s’est dit : « Si tu ne veux pas de moi, une autre équipe me voudra pour ce que je suis ». Quand tu choisis de drafter un gars comme ça connaissant son profil, tu sais ce qu’il t’apportera et ce qu’il ne t’apportera pas. Il reste un sacré buteur.

Projection

« Il sera un super bon ailier du top 6 à mon avis. Il fera le travail. Il faut aussi des gars pour marquer, dans une équipe.

Que pensez-vous deZyne Parekh ?

Analyse générale

« Il glisse comme si ses patins ne touchaient pas la glace. Il est extrêmement agile dans toutes les directions. Il possède des compétences comparables à celles d’un défenseur capable de diriger un premier avantage numérique dans la LNH. Je le trouve semblable à Quinn Hughes. Il n’est pas très fort physiquement et n’aime pas les jeux difficiles. Il laisse parfois passer des gars devant lui en bas de zone et laisse parfois des joueurs adverses devant son filet. Défensivement, ce n’est pas incroyable. Mais je pense qu’il saura devenir efficace sur son territoire. C’est juste qu’en ce moment il joue déjà ses 25-30 minutes par match, même s’il n’est pas une référence sur le plan défensif. Ces gars-là n’apprennent souvent pas à bien jouer sans la rondelle chez les juniors, car ils l’ont toujours et il n’y a aucune conséquence s’ils la perdent. Mais dans l’ensemble, compte tenu de toute l’offensive qu’il a en lui, il est définitivement l’un des 10 meilleurs joueurs du repêchage de cette année.

Projection

« Parekh est un gars qui jouera 22 à 23 minutes par match, mais 6 ou 7 de ces minutes seront en avantage numérique. Je le vois sur un troisième duo, mais en chef d’orchestre sur la première attaque massive. Il faut comprendre que les Drew Doughty et Duncan Keith de ce monde qui jouent partout sont extrêmement rares. Mais même s’il ne fait pas partie du premier duo de son équipe, Parekh aura une immense utilité.

Analyse générale

« Il est vraiment d’élite offensivement et je trouve que le récit de ses difficultés défensives est un peu surfait, galvaudé. Nous l’avons déjà rencontré à quelques reprises et il a souvent exprimé son désir d’en faire plus sur son territoire. Et ce n’est pas qu’il ne défend pas. C’est parce qu’il a une façon… offensive de défendre. Mais cela peut être travaillé.

Projection

« C’est le dilemme de tous les clubs en ce moment. Sera-t-il un Erik Karlsson… ou un Adam Boqvist ? Est-ce que tu comprends ce que je veux dire? Réussira-t-il à transposer ses grandes qualités offensives dans la LNH en inscrivant 90 points, ou deviendra-t-il un énième défenseur offensif devenu moyen en raison du haut niveau de talent de la LNH ? Je pense qu’il a les outils pour faire quelque chose de bien.

D’autres nouvelles éclatent sur le repêchage

Au cours du processus de rédaction de cet article, plusieurs discussions avec différentes sources ont eu lieu concernant le potentiel top 10 du prochain projet. Voici, en rafale, les points les plus pertinents émanant de ces discussions.

◆Le top 10 du repêchage de 2024 pourrait potentiellement être égal entre attaquants et défenseurs. Cinq défenseurs (Levshunov, Silayev, Dickinson, Buium, Parekh) sont extrêmement bien perçus par les différents clubs. Il n’est pas exclu que trois d’entre eux figurent dans le top 5.


Et
ne sont pas les noms les plus populaires parmi les défenseurs, mais leur cote de popularité est très élevée en ce moment. Le profil de Silayev intrigue positivement plusieurs équipes, même si certains ont des doutes sur son offensive. Celui de Dickinson fait saliver de nombreuses équipes, qui adorent son efficacité sur 200 pieds. Une sélection parmi les 5 premiers reste possible dans les deux cas.


est, depuis le début de l’année, décrit par beaucoup comme « le meilleur défenseur des enchères 2024 ». Il est toujours très apprécié des équipes, mais certaines d’entre elles ont toutefois été refroidies par sa deuxième partie de saison. « Nos dépisteurs l’ont vu dans la majorité de ses matchs depuis décembre. J’ai des réserves à ce sujet, pour être franc, m’a dit une Source. Je pense que c’est sens du hockey est limité à jouer dans la LNH. Il est très bon individuellement, mais j’ai l’impression qu’il ne voit pas grand chose collectivement. Son intensité est également problématique, de mon point de vue. Je le vois davantage comme un gars de la deuxième paire, mais certainement pas comme un quart-arrière.

◆Certains clubs ont
dans leur top 10 et
en dehors de celui-ci.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’Italie, surprise au bout de 23 secondes, renverse l’Albanie
NEXT A Paris 2024, le Maroc aura une tendance à s’inverser