« Je ne suis certainement pas la reine des nuits cannoises ! » – .

« Je ne suis certainement pas la reine des nuits cannoises ! » – .
« Je ne suis certainement pas la reine des nuits cannoises ! » – .

Pour la 23ème fois, Albane Cleret inaugure le lieu le plus prisé du Festival de Cannes : la Terrasse by Albane où se retrouve chaque jour et chaque soir de l’événement tout le cinéma français – dont la plupart des têtes d’affiche et des décideurs sont des amis de l’organisateur. . Un centre névralgique qui a fait de cette entrepreneure l’une des mécènes de l’événementiel en France. Comme si cela ne suffisait pas, elle envisage désormais de se développer à l’international. N’en a-t-elle pas marre ?

Paris Match. Après 22 ans, vous n’en avez pas marre de gérer votre terrasse cannoise ?
Albane Cléret. Le jour où j’en aurai marre, je ne le ferai plus. C’est pourtant chaque année difficile : trouver des financements, rester à la place souhaitée et souhaitable dans la profession… Mais le défi reste très passionnant. Et après 22 ans, on peut dire que La Terrasse d’Albane est une des institutions du Festival de Cannes.

Combien coûtait cette terrasse au départ et combien coûte-t-elle aujourd’hui ?
À l’origine, le lieu était une petite discothèque [aujourd’hui disparue, le Jane’s au pied de l’hôtel Gray d’Albion] et le budget était de 350 000 euros. Une fois que j’ai décidé d’aménager un lieu qui accueille le jour et la nuit, il a fallu voir plus grand. C’est pourquoi aujourd’hui nous sommes sur le toit de l’hôtel Marriott, nous couvrons 2000 mètres carrés et le budget est passé à 1,2 million d’euros.

Que les lecteurs comprennent bien : quand vous dites bonjour, ce n’est pas pour que les festivaliers viennent faire la fête ?
Non, c’est un lieu de travail qui s’ouvre avec un restaurant (dirigé cette année par Mauro Colagreco, 3 étoiles au guide Michelin) où viennent déjeuner producteurs, réalisateurs, acheteurs et autres professionnels, et trois espaces dédiés aux voyages de presse (interviews, photos, etc.). Ce qui veut dire qu’il y aura toujours trois équipes de tournage simultanément.

N’en avez-vous pas marre du Festival de Cannes lui-même ?
Non ! Le Festival de Cannes est synonyme d’affaires et de culture. C’est une sélection de films du monde entier qui nous apprennent tant de choses. J’aime cet engouement culturel autour de films qui, pour la plupart, étaient très compliqués à financer, d’autres dont les réalisateurs pleurent de joie d’avoir été sélectionnés… On vit des moments d’émotion extraordinaires. Par exemple, Céline Salette arrive avec sa première production, « Niki », sur la vie de Niki de Saint-Phalle, elle n’en revient pas. Grâce à Cannes, j’ai découvert le cinéma d’Asghar Farhadi [« Une séparation »] et tant d’autres… Comme la mode, le cinéma est un monde qui me nourrit.

La suite après cette annonce

“Je ne suis la reine de rien”

Vous n’en avez pas marre d’être surnommée « la reine de Cannes » ?
Je n’y prête pas attention parce que je trouve ça tellement ridicule… Je ne suis la reine de rien. Et certainement pas les « Nuits cannoises » comme vous avez pu l’écrire. Je déteste la nuit ! La Terrasse ferme à 2h30, j’ai supprimé la piste de danse… C’est un lieu d’affaires hyper select où tout le monde traîne, où l’on « réseaute » ou conclut des projets une coupe de champagne à la main. Ce n’est pas une discothèque, mais un lounge.

Vu l’importance que prend votre terrasse, n’en avez-vous pas marre des gens qui ne se souviennent de vous avec tendresse qu’à la veille du festival ?
J’en ai marre que certains m’appellent deux semaines avant Cannes, quand je vois que la dernière fois qu’ils m’ont contacté, c’était le 13 mai de l’année précédente. Pour certains, c’est systématique. Et honnêtement, j’en ai marre. Je trouve cela inapproprié.

N’êtes-vous pas fatigué d’avoir le téléphone le plus convoité de tous étant donné les numéros de célébrités qui y figurent ?
Pour moi, la plupart d’entre eux ne sont pas des « personnes » mais des amis. Leurs noms sont évidemment codés dans mon répertoire et mon téléphone est armé de toutes les protections possibles. C’est aussi mon rôle de protéger les actrices, les acteurs, mais aussi les grands patrons qui me font confiance.

Et vous n’êtes pas fatigué des événements ?
Non, et j’ai même décidé d’en faire encore plus. Notamment dans la mode : organiser des dîners d’après-spectacle, développer à l’international comme je l’ai fait avec Vuitton à San Diego et Londres, développer des dîners pour Gucci avec leurs clients, et déplacer la Terrasse by Albane dans d’autres festivals de cinéma – car elle est devenue une marque à part entière. . Nous y travaillons avec mon équipe.

Combien êtes-vous dans cette équipe ?
Quatre personnes toute l’année.

Gérer une agence événementielle prend beaucoup de temps

Albane Cléret

N’en avez-vous pas marre de ne pas avoir de temps pour vous ?
Je suis de plus en plus d’accord avec cela. A partir de 20 heures, je pars. Je commence à travailler à 6h30. Je suis du matin. Aujourd’hui par exemple, à 7h30, j’avais au téléphone Alex Lutz, Hafsia Herzi et Alex Gauthier [trois des clients dont Albane Clairet est l’agent d’image]. Le soir, je veux du temps pour moi. L’été aussi. Gérer une agence événementielle prend beaucoup de temps. Nous avons une pression constante pour garantir que tous nos événements se déroulent parfaitement. Après, je me rends compte que je ne travaille pas au fond d’une mine. Je ne me plains pas. C’est un métier stressant, mais surtout passionnant. Et j’ai tellement d’énergie que je pars pour encore au moins dix ans !

Cela fait du bien de vous entendre avec autant d’enthousiasme. Nous vous avons connu plus inquiet et fatigué dans le passé…
Parce que j’organise désormais ma vie de manière à voyager davantage et à faire de vraies économies dans mon travail.

De quoi es-tu vraiment fatigué ?
Que les gens ne se rendent pas compte du travail que représente la Terrasse d’Albane, qu’ils arrivent là-haut et pensent que le lieu est comme ça toute l’année, alors qu’on reconstruit tout chaque année : les murs, les sols, les plantes, les tissus (de Lelièvre !), l’étanchéité, les panneaux de verre pour protéger les clients… Nous fabriquons entièrement un plancher surélevé dans l’hôtel ! Ce n’est pas rien !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV “violeur on te voit…”, son retour au théâtre provoque des réactions virulentes
NEXT Roman Polanski détendu – lematin.ch