Lacombe prend le contrôle à Rodez et annonce huit recrues officielles – .

Lacombe prend le contrôle à Rodez et annonce huit recrues officielles – .
Lacombe prend le contrôle à Rodez et annonce huit recrues officielles – .

Hier soir à Vabre, l’ancien joueur Thomas Lacombe a officiellement pris les rênes d’une équipe de rugby de Rodez qu’il veut plus que jamais centrée sur « l’identité et la performance ». Il a par ailleurs annoncé des renforts de poids pour le groupe de la Fédérale 3 entraînée par le manager du club, Patrick Furet.

Une page s’est officiellement tournée. Hier soir à la Grange de Vabre, le Rodez rugby a changé de président. Comme annoncé il y a plusieurs mois, l’assemblée générale du club a intronisé l’ancien joueur et entrepreneur immobilier à Rodez, Thomas Lacombe. Il prend la relève de celui qui avait grandement contribué à la survie du rugby dans la ville en 2019 au moment de la disparition du SRA après ses déboires financiers, Stéphane Floirac.

Un transfert réalisé dans la sérénité malgré l’échec d’une montée espérée en Fédérale 2 la saison dernière. Par ailleurs, peu de changements sont à noter au sein du comité de direction du club doté d’un budget de près de 800 000 euros. Josian Graux reste vice-président en charge de la formation et Jean-Luc Delaneau trésorier. Un comité qui s’épaissit néanmoins, comptant désormais 18 membres au total, dont un nouveau vice-président bien connu, un certain Gilbert Pagès, figure tutélaire, en charge des relations avec les partenaires privés et publics ou encore « de l’identité rodéen », précise Lacombe.

Poids, années et niveau (supérieur)

Ce dernier est l’un des points forts du nouveau président avec « augmenter le curseur sur la performance ». Les deux peuvent même être croisés, comme en témoigne le recrutement officiel à ce jour. En effet, les retours des anciens SRA et joueurs expérimentés Vincent Favre-Trosson (Millau, arrière polyvalent, F2) et Alexandre Vaffier (La Seyne, buteur, N2) ont été confirmés hier. Accompagné du pilier géorgien de 29 ans Giorgi Rokva, qui a évolué sur les terrains en Fédérale 1 en 2017-18. Polyvalent à 1,90 m (et plus de 120 kilos !), il vient d’Orléans, habitué de la Fédérale 1, auparavant également avec Bagnères et Castanet. Une fibre locale a également joué avec un retour, celui qui sort à nouveau de sa retraite (pour la troisième fois à 42 ans), Ralph Teriitaohia. L’amour du maillot de deuxième ligne le porte clairement toujours vers les terrains.

Du côté des « vrais » nouveaux visages, la tâche semble ardue. « Des jeunes à fort potentiel ou des joueurs d’expérience pour venir aider un groupe de qualité que l’on souhaitait conserver au maximum (cinq départs majeurs dont le jeune demi d’ouverture Delagnes vers Millau ont déjà été confirmés précédemment) », commente le président Lacombe. En effet, avec Hugo Barry (talonneur, Nîmes espoirs, 23 ans), Vianney Kaviki (2e ligne, Aubenas espoirs, 23 ans), le Fidjien Sokiveta Nadialobo (3e ligne, Nantua Fed.2, 37 ans) ou encore le papa habitué des matchs de Fédérale 1 du Tricastin où il entraînait les espoirs, l’ailier de 40 ans Roy Wemama, Rodez s’est armé pour clairement franchir un cap. Même si cela n’a pas été simple. « Nous avons convoqué 100 joueurs pour 8 recrutements confirmés à ce jour », explique le nouveau patron, qui espère recruter à nouveau, peut-être dès cette semaine, « une première ligne, un centre, voire une deuxième ligne ou un numéro 9 ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Pologne lance la construction de sa « Ligne Maginot » – .
NEXT D’Étretat à Dieppe, découvrez les plages de Normandie – .