from desire to realization in Dijon Métropole – .

from desire to realization in Dijon Métropole – .
from desire to realization in Dijon Métropole – .

Une enveloppe de 100 millions d’euros transforme progressivement les projets hydrogène en réalité à Dijon Métropole. En inaugurant sa première station de production et de distribution le 24 juin, la communauté transforme encore davantage la mobilité de la région.

Après deux ans de retard, notamment en raison de la faillite du fournisseur de bus Van Hool, la première station de production et de distribution d’hydrogène de Dijon Métropole est enfin opérationnelle. Inaugurée par François Rebsamen ce matin du 24 juin, la station a pour objectif d’approvisionner la flotte de camions poubelles et de bus du territoire. ” Quatre bennes seront approvisionnées ainsi que 28 bus durant l’été mais d’ici 2035, nous devrions approvisionner en hydrogène une flotte de près de 60 bus et une vingtaine de bennes. » said François Rebsamen, president of Dijon Métropole.
Cette première station, située au nord de Dijon, s’inscrit dans un budget global de 100 millions d’euros qui financera également une deuxième station hydrogène au sud de la Métropole et le renouvellement des flottes de bus et de bennes pour 70 % de l’enveloppe. Cet investissement s’appuie sur 24 millions d’euros de subventions à travers l’Ademe, la Région et l’Union européenne, tandis que la Banque des Territoires soutient le projet avec un prêt de sept millions d’euros. ” Nous mettons en avant tous les éléments d’une filière industrielle de l’hydrogène. Ce n’est pas un hasard car l’histoire de la région est liée aux recherches sur le sujet qui ont peu à peu donné naissance à un écosystème qui s’étend sur toute la Bourgogne – Franche-Comté. » a insisté Marie-Guite Dufay, présidente du Conseil régional.

Objectifs chiffrés
Avec cette station de production et de distribution d’hydrogène, Dijon Métropole entend réduire son empreinte carbone. ” 40 % des gaz à effet de serre du territoire proviennent de la mobilité. Ces émissions devront être réduites de 65% d’ici 2035 pour atteindre 90% en 2040 » a souhaité François Rebsamen. Pour mener à bien ce projet, la collectivité s’est entourée d’ENGIE Solutions Hydrogène, Inthy et ADEME Investissement pour créer la société mixte Dijon Métropole Smart EnergHy qui exploitera la station.
Au quotidien, une vingtaine de véhicules pourront faire le plein d’hydrogène dans la nouvelle station via quatre bornes dont trois dédiées aux poids lourds avec une pression de sortie de 350 bars. De son côté, l’électrolyseur sur lequel repose la production d’hydrogène a une capacité journalière de 430 kilos. L’équipement utilise actuellement l’électricité du réseau Enedis mais devrait à terme utiliser l’énergie produite par l’unité de valorisation énergétique située en face. Pour la Métropole, cette station contribue à mettre en place un mix énergétique pour sa mobilité même si la comparaison entre électrique et hydrogène semble plaider en faveur du second. ” Un bus urbain à hydrogène fera le plein en 20 minutes pour avoir une autonomie de 300 kilomètres tandis qu’un bus électrique mettra quatre heures à se recharger et n’aura que 180 kilomètres d’autonomie. » a souligné François Rebsamen.
Cet engagement fort en faveur de l’hydrogène précède la 11e édition des journées de l’hydrogène dans les territoires qui débuteront ce mardi à Dijon et qui rassembleront près de 800 personnes venues de toute la France.

Nadège Hubert

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Des orages attendus samedi, 15 départements en vigilance orange – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné