LE SÉNÉGAL S’ÉCHAPPE DE LA LISTE GRISE DU GAFI SUR LE BLANCHIMENT D’ARGENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME – .

LE SÉNÉGAL S’ÉCHAPPE DE LA LISTE GRISE DU GAFI SUR LE BLANCHIMENT D’ARGENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME – .
LE SÉNÉGAL S’ÉCHAPPE DE LA LISTE GRISE DU GAFI SUR LE BLANCHIMENT D’ARGENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME – .

Après avoir longtemps flirté avec la zone grise en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme et la prolifération des armes (LAB/FT/FP), le Sénégal se repositionne dans le groupe des pays déterminés à corriger leurs lacunes stratégiques. Le cinquième Rapport de Monitoring (MOR) établi par le Giaba (Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent) attribue ainsi à Dakar une avancée majeure : la révision de sa stratégie LBC/FT/FP. Cela a permis la mise en œuvre de « sanctions financières ciblées » (SFC) contre les auteurs de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Ces progrès ont contribué à sortir le pays de la liste grise du Groupe d’action financière internationale (GAFI), l’organisme supraétatique qui supervise la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes à l’échelle mondiale.

C’est l’une des conclusions retenues par Giaba dans son rapport annuel 2023 rendu public en juin 2024.

Selon le Rapport, les autorités (sénégalaises) « ont appliqué aux entités déclarantes un contrôle axé sur les risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme ». Ils ont également « imposé des sanctions efficaces, proportionnées et dissuasives » à tous ceux qui auraient enfreint la réglementation en vigueur.

Mais en amont de la répression administrative et judiciaire, des formations ciblées relatives aux « lignes directrices » de lutte contre le blanchiment d’argent ont été dispensées aux assujettis qui ont demandé un accompagnement auprès des autorités compétentes.

Le Rapport Giaba 2023 salue la mise en place du registre des bénéficiaires effectifs (RBE) des entreprises, sociétés et autres groupements économiques et financiers enregistrés ou déclarés au Sénégal qui opèrent dans le secteur extractif.

Le RBE a été voté par l’Assemblée nationale du Sénégal en janvier 2020 et la loi qui en a résulté a été promulguée par le Président de la République la même année.

« Le registre des bénéficiaires effectifs a été créé afin d’enregistrer et de maintenir des informations complètes et à jour sur les bénéficiaires effectifs des personnes morales et des constructions juridiques », rappelle Giaba.

A cet égard, « le Sénégal a mis en place un système destiné à assurer la mise en œuvre immédiate des sanctions financières ciblées (SFC) relatives au financement du terrorisme (FT) et au financement de la prolifération des armes (FP) ». Dans cette même dynamique, les autorités de contrôle ont déclenché la surveillance et le contrôle des organisations à but non lucratif (OBNL) « basées sur les risques ».

En février 2024, les députés sénégalais ont également renforcé les dispositions relatives à la LBC/FT/FP pour mieux s’aligner sur les exigences de la Giaba et du GAFI, le Groupe d’action financière internationale qui supervise la lutte contre le blanchiment d’argent dans le pays. niveau mondial.

Ces dispositions concernent, entre autres citées ci-dessus, le caractère désormais autonome du délit de blanchiment, l’incrimination du financement du terrorisme qui inclut désormais « le financement des voyages de personnes liées à l’activité terroriste », la création d’un « fonds criminel » organe de gestion ».

A ce titre, l’Office national de recouvrement des avoirs criminels (Onrac) existe depuis juillet 2021. Il a procédé à plusieurs saisies et confiscations de divers biens identifiés par la justice comme présentant un caractère criminel en termes d’origine ou de transformation.

Le prochain cycle du Rapport de suivi Giaba pour le Sénégal aura lieu en 2024.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Nouveau rassemblement contre l’extrême droite à Paris – .
NEXT L’antisémitisme porte atteinte à la vie de 8 Juifs sur 10 en Belgique – .