Alternatives pour l’Aïd-el-Kébir en Tarn-et-Garonne

Alternatives pour l’Aïd-el-Kébir en Tarn-et-Garonne
Alternatives pour l’Aïd-el-Kébir en Tarn-et-Garonne

La préfecture du Tarn-et-Garonne rappelle les alternatives pour l’Aïd-el-Kébir alors que l’abattoir de Montauban est fermé. La manifestation religieuse débutera ce dimanche 16 juin pour une durée de trois jours.

© Alexeï Fedorenko/Shutterstock.com

Les sacrifices pour l’Aïd-el-Kébir sont surveillés de près par les services de l’Etat du Tarn-et-Garonne. En effet, le Conseil français du culte musulman a confirmé que la fête débuterait cette année ce dimanche 16 juin. Elle pourra se poursuivre, selon le culte musulman, pendant trois jours.

Quelles alternatives à la fermeture de l’abattoir de Montauban ?

Cette année, suite à la fermeture de l’abattoir de Montauban, les personnes souhaitant célébrer la fête de l’Aïd-el-Kébir en sacrifiant un animal pourront « donner procuration à leur boucher pour un abattage rituel ou à un membre de leur famille ». résidant à l’étranger », comme l’indique la préfecture.

Comme chaque année, la célébration de la fête religieuse musulmane de l’Aïd-el-Kébir doit se dérouler en veillant au respect de la réglementation en vigueur en matière de santé publique, de protection des animaux et d’environnement. « Les viandes issues de carcasses non contrôlées par les agents de la direction départementale de l’emploi, du travail, de la solidarité et de la protection de la population (DDETSPP) peuvent entraîner des risques graves pour les personnes qui les consomment (présence de parasites ou de germes dangereux pour la santé). »

Sanctions pour l’Aïd-el-Kébir

Aussi, seules les viandes provenant de carcasses portant le cachet sanitaire garantissant un abattage dans un abattoir agréé où un contrôle a été effectué peuvent être consommées sans danger. La préfecture précise : « Réaliser tout sacrifice animal en dehors d’un abattoir agréé est puni de 15 000 € d’amende et de 6 mois d’emprisonnement. Il est également interdit de mettre à disposition des locaux, terrains, installations, matériels ou équipements en vue de pratiquer un abattage rituel en dehors d’un abattoir agréé. Ce délit est puni d’une amende de 750 €. »

Pour les éleveurs déclarés à l’EDE et pouvant transporter des animaux vers les abattoirs notamment, toutes les mesures doivent être prises pour que les risques de blessures et de souffrances lors de ce transport soient limités. Les services de l’État nuancent : « Sauf nécessité absolue, les animaux ne doivent pas être immobilisés. Le non-respect de ces prescriptions est puni d’une amende de 750 € par animal et par infraction. »

Mesures sanitaires dans le Tarn-et-Garonne

Enfin, le virus de la fièvre aphteuse est présent dans certains pays (notamment en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie). «A ce titre, l’importation de viande destinée à la consommation personnelle, de peaux ou de trophées est interdite compte tenu du risque de propagation du virus au bétail local et ainsi potentiellement d’entraîner des pertes économiques importantes», explique la préfecture. Par ailleurs, des pratiques alternatives au sacrifice sont possibles sous forme de don ou d’offrande.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné