jugé pour extorsion à main armée sur un couple de retraités en Gironde

jugé pour extorsion à main armée sur un couple de retraités en Gironde
jugé pour extorsion à main armée sur un couple de retraités en Gironde

LLes trois accusés comparaissent libres sous contrôle judiciaire devant la cour d’assises des enfants de Gironde depuis mercredi 12 juin. Près de sept ans se sont écoulés entre la commission des faits et leur procès pour extorsion et violences armées. Tous sont membres de la famille Bourtache, résidant dans le Médoc. Il y a Ismaïl, le père, 48 ans. Son fils Enzo, 24 ans, et son neveu, Syvdine, 31 ans.

Le 22 septembre 2016, Ismaïl Bourtache est soupçonné de s’être rendu au domicile d’un couple de retraités à Vertheuil, accompagné de son neveu…

LLes trois accusés comparaissent libres sous contrôle judiciaire devant la cour d’assises des enfants de Gironde depuis mercredi 12 juin. Près de sept ans se sont écoulés entre la commission des faits et leur procès pour extorsion et violences armées. Tous sont membres de la famille Bourtache, résidant dans le Médoc. Il y a Ismaïl, le père, 48 ans. Son fils Enzo, 24 ans, et son neveu, Syvdine, 31 ans.

Le 22 septembre 2016, Ismaïl Bourtache est soupçonné de s’être rendu au domicile d’un couple de retraités à Vertheuil, accompagné de son neveu, et de les avoir violemment agressés. Venus chercher de l’argent, ils sont repartis en prenant la voiture des victimes, une BMW. Ismaïl nie les faits tout comme son fils Enzo, accusé de complicité d’extorsion.

Le 22 septembre 2016, il était vers 18h30 lorsque deux hommes cagoulés, gantés et armés font irruption dans le jardin du couple Standley, à Vertheuil. Georgine, l’épouse, reçoit un coup de crosse de pistolet à la tête et appelle à l’aide pendant que son agresseur tente de la maîtriser. Le mari, Lyndsey, accourut et se retrouve nez à nez avec le deuxième voyou qui le frappe immédiatement et lui demande : « Où est l’argent ? « . Mais il n’y a pas d’argent dans la maison.

Le sexagénaire est extrait de force et sommé de rendre les clés de sa voiture. Menacé de mort avec l’arme pointée sur lui, il tente néanmoins de résister et de bloquer son agresseur. Les deux hommes en sont venus aux mains avant que l’agresseur et son complice ne prennent la fuite au volant de la BMW du couple. Monsieur et Mmoi Standley, très grièvement blessé (1), les vêtements tachés de sang, donne l’alerte. Une recherche a été immédiatement lancée. La voiture volée a été retrouvée quatre jours plus tard au milieu des vignes, à Saint-Seurin-de-Cadourne.

Conflit père-fils

Les techniciens d’identification criminelle de la gendarmerie réaliseront traces et indices, mais c’est finalement l’expertise génétique qui conduira les enquêteurs vers un suspect en 2017.

L’ADN découvert sous les ongles de Georgine Standley correspond au profil de Syvdine Bourtache. Arrêté à son domicile, il a été placé en garde à vue, d’abord contesté, puis reconnu avoir commis l’agression. Il se serait rendu sur place avec deux complices, dont il ne donne pas les noms, à bord de la Clio d’un de ses oncles. Ce type de véhicule correspond à celui aperçu par les résidents de Vertheuil dans l’après-midi du 26 septembre. Le neveu Bourtache raconte qu’ils ont bu beaucoup de bière ce jour-là. Les gendarmes font rapidement le rapprochement avec Ismaïl, l’oncle propriétaire d’une Clio et qui ne comprend pas pourquoi il est arrêté. Il nie farouchement l’agression mais, lorsqu’il est déféré, il est mis en examen pour extorsion et violences armées. Placé en détention provisoire, il sera ensuite libéré sous contrôle judiciaire.

À son domicile, les gendarmes ont découvert deux cagoules dont l’une portait la trace de son fils, Enzo. Ce dernier, photographié sur son profil Facebook, est vêtu d’un t-shirt identique à celui porté par le suspect filmé par la vidéosurveillance d’un dépanneur le jour des faits. Pure coïncidence, affirme-t-il, contestant lui aussi les faits.

Les confidences d’un codétenu

Les gendarmes au cours de l’enquête vont recueillir des confidences inattendues. Celles d’un ancien détenu de Gradignan, impliqué dans une affaire de cambriolage, qui dit avoir eu des nouvelles de Syvdine Bourtache avec qui il partageait la cellule et lui avoir dit « qu’il avait fait une bêtise avec son oncle et son cousin ». « Pourquoi vous révèle-t-il ces secrets ? » s’interroge le président de la cour d’assises, Hubert Hansenne. Le témoin, appelé à la barre, a répondu : « Je ne sais pas ». « La police vous a-t-elle promis quelque chose ? » poursuit le magistrat. « Non, cela a libéré ma conscience. »

Pour Me Novion, “les gendarmes ont fait une sélection d’indices”

Me Alexandre Novion, l’avocat d’Ismaïl, prend note des réponses mais n’en démord pas. Pour lui, « les gendarmes ont fait une sélection d’indices ». «Faux», répond l’enquêteur. Nous avons mené des enquêtes à charge et à décharge. »

Les débats reprennent le 14 juin.sont Alexia Veyrières et Alexis Pauzei représentent les parties civiles. L’acte d’accusation sera prononcé par l’avocat général Jean-François Couret. La défense est assurée par Me Éléonore Trouvé pour Enzo Bourtache ; Me Nadine Pla (Syvdine Bourtache) et Me Alexandre Novion.

(1) Lyndsey Standley est décédée le 30 décembre 2016. Un expert a conclu à l’absence de lien de causalité avec les faits, ce que conteste la famille.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Tiago Splitter sur le banc du Paris Basket ? • Basket USA – .
NEXT Les Cantons-de-l’Est ont reçu moins de pluie que prévu en raison des restes de Beryl – .