Emmanuel Macron « touché » par la défaite de la majorité aux élections européennes

Emmanuel Macron « touché » par la défaite de la majorité aux élections européennes
Emmanuel Macron « touché » par la défaite de la majorité aux élections européennes

“Dimanche, je l’ai pris pour moi.” En marge du G7, qui se déroule en Italie, Emmanuel Macron est revenu sur les résultats des élections européennes et la défaite du parti Renaissance.

Dimanche, la liste conduite par Valérie Hayer est arrivée en 2ème position avec 14,5% voix, loin derrière celui du RN de Jordan Bardella (31,5%). Renaissance a obtenu 13 ou 14 sièges, soit moins que les 23 obtenus en 2019.

« Cela ne m’a pas rendu heureux dimanche. Je travaille comme un fou depuis 7 ans pour rendre le pays meilleur et avancer. Je l’ai pris pour moi, pour cette majorité ! Ça ne m’a pas fait plaisir, évidemment ça m’a affecté”, a-t-il réagi lors d’un point presse. Et d’ajouter : “On comprend, il y a des choses qui vont changer.”

Emmanuel Macron a également défendu son choix de dissoudre l’Assemblée nationale. “J’ai pris la décision la plus démocratique possible”, a-t-il assuré. « Demander aux gens de voter, c’est la démocratie. Maintenant, ce vote doit être exprimé clairement », a poursuivi le président.

Selon le dernier baromètre Elabe des Échos, la cote de confiance du chef de l’Etat a subi une baisse de 5 points, à 24%, ce mois-ci. Il s’agit du niveau le plus bas atteint par le président de la République depuis le début de son deuxième quinquennat.

Lors d’une conférence de presse organisée mercredi, Emmanuel Macron avait déjà expliqué sa décision, “la seule républicaine”, selon lui. Il avait alors reconnu avoir déclenché ce « mouvement de clarification », tout en réfutant avoir « donné les clés du pouvoir à l’extrême droite ». Fustigeant « l’esprit de défaite », il a tendu la main à ceux qui avaient su « dire non aux extrêmes ».

En outre, depuis l’Italie, il a indiqué qu’il ne se croyait pas affaibli au niveau international par la situation nationale. « Mes interlocuteurs sont tous des élus démocratiquement. Ils dirent tous : C’est courageux », a-t-il affirmé devant les journalistes.

Il a également indiqué qu’il pensait que les Français allaient « intégrer les Jeux olympiques » de Paris « dans leurs choix » et qu’ils ne voudraient pas de dirigeants qui ne seraient « pas du tout prêts ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné