pourquoi le projet « GreenDock » du port de Gennevilliers est-il contesté ? – .

pourquoi le projet « GreenDock » du port de Gennevilliers est-il contesté ? – .
pourquoi le projet « GreenDock » du port de Gennevilliers est-il contesté ? – .

Par

James Grégoire

Publié le

28 mai 2024 à 7h06

Voir mon actualité
Suivez l’actualité parisienne

Projet écologique et innovant, utilisant la Seine comme principale Source de transit, ou projet écocide qui craint la disparition d’une zone dite « Natura 2000 » ? C’est toute la question qui se pose avec le projet « GreenDock » au port de Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

Des habitants de la commune de l’Alto-Séquanais, mais aussi de l’Île-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), ont manifesté ce samedi 25 mai 2024 pour marquer leur opposition à ce « méga entrepôt » et continuer à dénoncer un projet « qui est criminel contre l’environnement », affirme des nouvelles Paris, Antoine Gaudin, président de l’association Protection Berges de Seine.

” Ce n’est pas nécessaire “

Le militant explique que les promoteurs qui ont présenté le projet « l’ont fait avec des données douteuses et n’ont pas réussi à démontrer qu’il n’aurait aucun effet sur l’environnement. » L’entrepôt couvre « près de 80 000 m² d’espace de stockage et de distribution, répartis dans un bâtiment de quatre niveaux », selon les informations du site GreenDock, du promoteur Goodman.

600 mètres de long d’un seul tenant et 30 mètres de haut, ce n’est pas nécessaire”, estime Antoine Gaudin. Le principal point de tension du projet du port de Gennevilliers réside dans sa proximité avec la pointe aval de l’Île-Saint-Denis, « qui constitue l’une des dernières zones non anthropisées d’Île-de-France », constate le Gennevilliers.

Par sa hauteur et le fait qu’il ne soit que d’une seule pièce, l’entrepôt risquerait en effet de cacher le soleil aux oiseaux en hiver et donc de perturber leur cycle, d’autant « que l’entrepôt doit rester éclairé la nuit », selon Antoine. Gaudin. Une décision qui induit donc un bouleversement supplémentaire du rythme circadien des oiseaux.

« Des enquêtes doivent être menées »

« Il y a eu une concertation avec les habitants et les associations entre Avril et novembre 2022», glisse Patrice Leclerc, maire (PCF) de Gennevilliers. Mais pourquoi tant de réprobation pour un sujet qui a fait l’objet de consultations et de rencontres ? «Il s’agissait plus d’une présentation que d’une consultation», raconte Antoine Gaudin. « Nous leur avons dit que tous les problèmes venaient des dimensions du bâtimentet les promoteurs nous disent que c’est un invariant », ajoute-t-il.

Vidéos : actuellement sur -

Une crainte que Patrice Leclerc comprend : « Je comprends les inquiétudes et je leur pose la question [à Goodman] respecter l’environnement et la biodiversité. » L’édile explique que « le terrain appartient au port d’Haropa et ce sont eux qui ont géré l’appel à projets. » Les travaux commencés serviraient en effet de réhabilitation avant le projet GreenDock : « Le permis de construire n’a pas encore été délivré. Des investigations doivent être menées avant cela», explique Patrice Leclerc. L’élu confie qu’il sera attentif aux résultats de cette dernière.

Il reconnaît cependant qu’un « entrepôt ne peut pas être écologique », mais souligne les efforts qui ont été présentés dans le cadre d’une politique de « zéro artificialisation nette (ZAN). » Parmi ces initiatives, des panneaux solaires installés sur le toit, des livraisons par voitures électriques et « deux barges qui sortiront de l’entrepôt et effectueront des livraisons ». équivalent à 30 camions par jour», précise Patrice Leclerc.

« C’est un projet qui n’est pas nécessaire », conteste Antoine Gaudin. Ces derniers auraient préféré « un plan industriel plus développé, avec beaucoup de petits entrepôts le long de la Seine », poursuit-il. Il conclut en affirmant que l’une de ses plus grandes craintes serait « une sorte de ségrégation sociale, car ce sera la ‘Grande Muraille de Chine’ entre 92 et 93 ».


Les travaux du projet, qui représentent « 150 millions d’euros et la création de 500 emplois nets », selon le maire, devraient débuter « mi-2025 ». Un délai nécessaire pour que les enquêtes soient réalisées. La mise en service aurait lieu en 2027.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un suspense insupportable, le sacre mérité d’un collectif et un coup de poker gagnant – rts.ch
NEXT l’ancien directeur du Sdis mis en examen pour « homicide involontaire » et harcèlement en Isère