L’armée française accusée d’avoir entraîné des néo-nazis ukrainiens en Creuse

L’armée française accusée d’avoir entraîné des néo-nazis ukrainiens en Creuse
L’armée française accusée d’avoir entraîné des néo-nazis ukrainiens en Creuse

La formation militaire est un pilier du soutien français à l’armée ukrainienne, avec environ 10 000 soldats formés depuis le début du conflit, dont 8 800 en 2023, selon les chiffres du ministère des Armées. Une assistance qui pose aujourd’hui des questions. Dans un article mis en ligne le 22 mai, Médiapart révèle que plusieurs soldats ukrainiens néo-nazis, dont un avec un tatouage SS sur le visage, auraient été entraînés au camp militaire de La Courtine, dans la Creuse. Selon le journal, ces individus faisaient partie d’un groupe militaire arrivé en France à l’automne 2023. Ils appartiendraient à la 3e brigade d’assaut de l’armée ukrainienne, héritière du régiment Azov, connu pour ses liens avec le nationalisme radical et idéologies néo-nazies.

Des images montrent ces soldats en uniforme français, affichant ouvertement leurs convictions extrémistes à travers des symboles (croix celtique, insigne « totenkopf ») et des gestes nazis (salut hitlérien, hommage à Adolf Hitler) sur les réseaux sociaux, tentant de s’entraîner avec du matériel de l’armée française.

Le reste après cette annonce

«Aucun commentaire sur cette organisation»

Cette découverte remettrait en cause la diligence de l’armée française dans la sélection et l’encadrement de ces stagiaires. Interrogé par Médiapartle ministère des Armées répond que ce sont les « Forces armées ukrainiennes qui organisent le flux et la sélection des soldats ukrainiens envoyés en France et en Europe « . ” Nous ne commentons donc pas cette organisation », précise-t-il.

Le reste après cette annonce

La députée de la Creuse Catherine Couturier (Nupes-LFI) l’a exprimée « une indignation plus ferme » face à ces révélations, soulignant que certains des militaires ukrainiens auraient tenu ouvertement des propos nazis sur les réseaux sociaux. Dit-elle: ” Que la France forme des soldats n’est pas un problème. Mais qu’il forme des néo-nazis, c’est un problème. » L’élu insoumis a insisté sur le fait que ces événements étaient particulièrement inquiétants alors qu’il s’agissait des 80e commémorations des massacres de Tulle et d’Oradour-sur-Glane, perpétrés par la division SS Das Reich, dont les symboles étaient arborés par certains soldats ukrainiens. Elle a demandé au ministre des Armées de « jette toute la lumière ” sur ce sujet.

En 2022, l’armée canadienne a également été critiquée pour avoir entraîné des soldats de la 3e brigade d’assaut ukrainienne.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 400 personnes, quatre maires et experts réunis
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin