un marchand de sommeil arrêté après la découverte de 23 lits dans son pavillon insalubre

un marchand de sommeil arrêté après la découverte de 23 lits dans son pavillon insalubre
un marchand de sommeil arrêté après la découverte de 23 lits dans son pavillon insalubre

Par

Thomas Hoffmann

Publié le

26 mai 2024 à 20h48

Voir mon actualité
Suivre La Gazette du Val d’Oise

Trois lits superposés installés dans la cave. D’autres attachées les unes aux autres sous les combles. Ceux-ci sont vingt-trois lits dispersés ici et là dans plusieurs pièces, pour la plupart sans fenêtres, qui ont été découvertes dans un pavillon d’une centaine de m2 de la rue des Charmettes à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise). Une maison envahie mardi 21 mai par des policiers, de la police aux frontières et des agents d’Ars (agence régionale de santé) et de la Ville dans le cadre d’une opération de lutte contre les marchands de sommeil menée par la préfecture du Val-d’Oise.

Ressortissants pakistanais

Ses services avaient été alertés par la mairie de Villiers-le-Bel. L’enquête menée a permis de vérifier la soupçon de surpopulation. Dans le pavillon, la police a découvert plusieurs ressortissants pakistanaissont pratiquement tous en situation irrégulière, qui loué les matelas entre 150 et 200 eurosselon la préfecture du Val-d’Oise faisant également état de la découverte de deux cuisines totalement insalubres, avec des branchements électriques dans tous les sens.

Le propriétaire du lodge arrêté

A l’issue de l’opération, le propriétaire du pavillon a été interpellé et placé en garde à vue sur instruction du parquet de Pontoise, une procédure judiciaire ayant été engagée en raison de laconditions de logement indignes. Ce dernier, d’origine pakistanaise et domicilié à Villiers-le-Bel, devait être entendu dans le cadre de l’enquête qui pourrait déboucher sur la saisie de sa maison.

Par ailleurs, un procédure administrative pour suroccupation, risques électriques et irrégularités a également été ouverte pour imposer, notamment, en urgence et dans un délai de huit jours, une mise aux normes de l’installation électrique de l’habitation.

Cette intervention fait suite à une opération similaire menée le 29 avril à Garges-lès-Gonesse. Les services de l’Etat (DIPN, GIR, DDARS) et la ville sont intervenus dans quatre appartements suroccupés et dans un état d’insalubrité manifeste. Deux personnes ont été placées en garde à vue à l’issue de l’opération, tandis que deux procédures ont été engagées : l’une administrative pour insalubrité et suroccupation, l’autre judiciaire contre les marchands de taudis. « Des opérations de lutte contre l’habitat indigne sont menées régulièrement par l’État dans le Val-d’Oise avec le soutien des communes concernées », indique la préfecture.

70 arrêtés préfectoraux

Depuis le début de l’année, 70 arrêtés préfectoraux ont été pris dans le cadre de la lutte contre l’habitat indigne et la surpopulation. C’est déjà plus de moitié que sur l’ensemble de l’année avec 134 arrêtés préfectoraux pris (+21% par rapport à 2022). Ces agissements « sont systématiquement suivis de sanctions administratives, fiscales ou judiciaires, pouvant aller jusqu’à la saisie des logements exploités par le marchand de sommeil », indique la préfecture.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV A Mayotte, un départ compliqué vers la métropole pour les réfugiés des Grands Lacs
NEXT quelle stratégie pour la majorité présidentielle dans le Territoire de Belfort ? – .