« Nous construisons nous-mêmes les sujets »

« Nous construisons nous-mêmes les sujets »
« Nous construisons nous-mêmes les sujets »

Par

Éditorial - de la Manche

Publié le

25 mai 2024 à 13h59

Voir mon actualité
Suivre - de la Manche

Le théâtre, le digue, le jardin Favier du Parc de la Fauconnière, le château du Ravalet, L’Abbaye du VœuBasilique de la TrinitéLa Cité de la Mer… Quel est le point commun entre tous ces sites de Cherbourg (Manche) ?

Ils sont classés Monuments historiques, parmi beaucoup d’autres. Pour Marie-Claude Piétance Et Mirella Giacomel, Guides touristiquesces différents lieux de notre patrimoine n’ont plus de secret pour eux.

Indépendantes, Mirella et Marie-Claude font partie d’une équipe de sept guides à Cherbourg. Métier de saisonnierils partagent leur cours Et tous les jours, d’un travail passionnant Et riche dans culture locale.

Comment devenir guide

Original Roumain, Mirella vit à Cherbourg depuis treize ansaprès avoir suivi son conjoint. Précédemment médiateur culturel au sein du musée national d’art de son pays natal, Mirella a commencé à exercer ce métier depuis cinq ans.

A l’époque, il n’y avait pas de poste pour moi, j’ai donc travaillé au musée Thomas-Henry et fait de la médiation culturelle. J’ai une formation en histoire de l’art, ce qui n’est pas anodin. J’ai eu beaucoup d’aide de la part de vétérans expérimentés pour jouer ici.

Mirella, guide touristique

A 72 ans, Marie-Claude fait partie de ces personnes citées par Mirella. Fort d’un longue expérience au Mont Saint-Michel, Marie-Claude est une pilier de la culture cherbourgeoise d’une décennie.

Obtenir son carte guidevous devez suivre un entraînement pour obtenir un Licence. Proche CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers), à Cherbourg, il est possible de le suivre.

Certains, comme Mirella, passent une VAE (Validation de l’expérience acquise), dans le but d’obtenir les précieux sésame s’exercer.

Vidéos : actuellement sur -

En préfecture, à Saint-Lô, nous devons prouver nos années de métier et de pratique. Nous démontrons ainsi que nous sommes à l’aise devant le public et dans ce métier.

Mirella, guide touristique

Guide du conférencier, ceci est notre permis d’exercer», rebondit Marie-Claude. Enfin, il convient de noter et de préciser que les sept guides conférenciers cherbourgeois font partie de l’association Normandie Cotentin.

Bizarrement, j’ai eu l’impression que les gens de l’extérieur ne trouvent pas la ville particulièrement agréable, avec le patrimoine bâti qu’ils attendent. Mais quand on leur parle de Cherbourg, ils se rendent compte que l’histoire est riche.

Marie-Claude

Être travailleur indépendant les guides répondent à la demande de diverses entités. L’office de tourisme, les agences de voyages, les particuliers ou même par leurs propres efforts et contacts, sont les différents moyens de faire de l’exercice.

Certaines agences ont des programmes et recherchent des guides. Par exemple, dans quelques semaines, une agence en Bretagne proposera un produit du Cotentin. Si je suis disponible, je le ferai, sinon ce sera quelqu’un d’autre, c’est comme ça que ça marche.

Marie-Claude, guide touristique

Le Moyen Âge, LE XIXèmeeoù le XXe siècle avec le guerre,belle Epoqueart décoratif. Une visite générale de Cherbourg sous toutes ses facettes, tant maritimes qu’historiques.

Une visite en bus, où ils présentent la Haye ou le Val de Saire …sont les différentes possibilités offertes à nos guides pour découvrir le Cotentin. Trilingue, Mirella parle couramment Anglais pour guider les nombreux touristes qui descendent des bateaux de passage.

De son côté, Marie-Claude ne le pratique plus et laisse place à jeunesse. Cependant, ils sont unanimedevant manque de professionnels dans leur domaine . « Quand il y a des bateaux de 6 000 personnes, les sept guides cherbourgeois ne suffisent pas. Il faut regarder plus loin pour répondre à la demande touristique, certains viennent de Paris », soulignent nos deux passionnés.

Carte de visite

Accompagne les personnes lors de circuits touristiques ou de visites de sites afin de leur faire découvrir les lieux (spécificités géographiques, historiques, culturelles), selon les règles de sécurité des biens et des personnes.
Peut diriger des conférences.
Peut apporter un accompagnement sportif (équitation, escalade de sommets).
Accès au métier
Cette profession est accessible avec un Certificat ou un Diplôme d’État dans les secteurs de l’animation (Certificat d’aptitude professionnelle pour assistant technicien animateur – BAPAAT -, Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport – BPJEPS –, Diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport – DEJEPS) et du sport (Brevet d’Etat d’Educateur Sportif – BEES -, diplôme d’accompagnateur moyenne montagne) ou avec un BTS tourisme. Une licence professionnelle ainsi qu’une carte professionnelle sont requises pour les postes de guide touristique. La connaissance d’une ou plusieurs langues étrangères, notamment l’anglais, peut être requise.

Outre les touristes et les résidents, Mirella et Marie-Claude répondent également aux là application pour les écoles et collègesdécouvrir notre riche patrimoine . La semaine prochaine, Marie-Claude interviendra devant un cours de mer.

Durant leur séjour, le programme consiste en la découverte du port. « Souvent, nous construisons nous-mêmes les sujets, on peut tout imaginer.Cherbourg offre beaucoup, il y a du fond, C’est une ville intéressante, c’est sûr. », précise Mirella.

« Il y a deux ans, nous avons visité architecture de nombreuses écoles sont venues pour la journée du patrimoine », ajoute Marie-Claude.

Aimer transmettre et être bavard sont les qualités requises pour exercer ce métier. Selon Marie-Claude, adapterest également important pour répondre aux attentes.

« Ressentez votre audience »

Il faut vraiment sentir son public.Parfois on a l’impression qu’il s’intéresse à quelque chose, ou c’est moins le cas, il ne faut pas insister. Sa sympathie, sa curiosité , qu’il marche vite ou non. Il faut vraiment écouter et ne pas parler sans être compris. C’est le côté intéressant du métier . »

Avec un grande quantitéde livres à la maison, les guides doivent effectuer des recherches constantes et consulter des archives.

“C’est tellement agréable d’avoir un sujet que nous souhaitons souligner et trouvons nous-mêmes une partie de la réponse . Plus nous creusons, plus cela mène loin, c’est merveilleux. Les archives ne sont pas suffisamment exploitées et touchent à des documents anciens du XVIIIee siècle, quelle sensation ! », s’exclame Mirella.

« Elle fait beaucoup recherchecomme ça et c’est fantastique ce qu’elle peut trouver. Elle a beaucoup de mal», met en avant Marie-Claude devant la curiosité de sapartenaire de travail.

Même si tu as un boulot, tu n’es jamais au courant. Chaque jour, on peut apprendre de nouvelles choses, c’est génial », conclut-il.l’expérimentéMarie-Claude.

De notre correspondant Florian BILLARD

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Céline Dion est aussi éblouissante qu’émouvante
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin