L’Alberta courtise les enseignants francophones de la Saskatchewan et ailleurs au pays

L’Alberta courtise les enseignants francophones de la Saskatchewan et ailleurs au pays
L’Alberta courtise les enseignants francophones de la Saskatchewan et ailleurs au pays

Des affiches publicitaires de la Fédération des commissions scolaires francophones de l’Alberta sont apparues depuis la mi-mai en Saskatchewan, alors que les enseignants et la province sont dans une impasse pour s’entendre sur une nouvelle convention collective.

Saskatoon et Regina ont notamment été ciblées dans cette campagne pancanadienne visant à attirer des enseignants francophones chez notre voisin de l’Ouest. On peut lire sur les panneaux : Venez faire carrière dans les écoles francophones de l’Albertaavec un lien vers le site de la campagne.

Ces affiches sont également visibles au Manitoba, notamment à Winnipeg ou à Brandon, confirme Antoine Bégin, responsable des communications chez Enseigner en Alberta, à l’origine de cette initiative.

Les médias sociaux sont également ciblés avec des vidéos de témoignages pour attirer les enseignants en Alberta

Antoine Bégin, responsable des communications pour Teaching in Alberta, explique qu’il n’y a aucun lien entre les panneaux publicitaires et les négociations entre la Saskatchewan Teachers’ Federation et la province.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Patterson

« parts to that », « texte » : « Cela passe par le recrutement de nouveaux enseignants, mais aussi le maintien en poste dans les écoles puis l’intégration professionnelle des enseignants et des directions d’école dans les écoles francophones de l’Alberta. Il y a en réalité deux parties à cela. »}} »>Cela passe par le recrutement de nouveaux enseignants, mais aussi le maintien en poste dans les écoles puis l’intégration professionnelle des enseignants et des directions d’école dans les écoles francophones de l’Alberta. Il y a en réalité deux parties à celaexplique celui qui supervise le projet.

Antoine Bégin souligne qu’il n’y a pas pénurie de main d’œuvre dans les écoles francophones de l’Alberta, mais l’organisme préfère être proactif.

Il assure également que c’estune coïncidence si l’annonce est publiée alors que les enseignants négocient encore une nouvelle convention collective.

Il ne s’agit pas particulièrement des Prairies ou de la Saskatchewan. […] Nous recrutons généralement.

Une citation de Antoine Bégin, responsable des communications chez Enseigner en Alberta

Des réactions mitigées

L’enseignante francophone Stéphanie Gaudet, qui enseigne à l’école St-Isidore du Conseil des écoles fransaskoises (CEF), dit ne pas se sentir interpellée par les publicités puisqu’elle comprend que tout le monde a besoin d’enseignants.

LE CE Fil n’a pas commenté la situation.

De son côté, l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) a écrit par courriel qu’elle a constaté dommage que le gouvernement de la Saskatchewan ne mène pas une campagne de recrutement aussi agressive et directe […] pour ses écoles francophones et ses programmes d’immersion.

La pénurie d’enseignants francophones nous frappe tout aussi durement.

Une citation de Assemblée communautaire fransaskoise

La Saskatchewan confirme qu’elle ne veut pas financer une telle approche bien qu’une entente existe entre Ottawa et les provinces et territoires. Il vise notamment à offrir une éducation aux minorités francophones ou anglophones du pays. La campagne publicitaire de l’Alberta a également été financée grâce à ce partenariat.

Antoine Bégin ajoute que ce type de technique pour attirer les enseignants se fait ailleurs au pays.

Je vois moi-même des campagnes pour aller enseigner en Colombie-Britannique, pour aller enseigner en Ontarioil mentionne.

Je pense que chaque province essaie de souligner, à sa manière, qu’il y a de beaux endroits partout.

Une citation de Antoine Bégin, responsable des communications chez Enseigner en Alberta

La campagne albertaine touche à sa fin, après 3 ans. Antoine Bégin espère toutefois pouvoir poursuivre l’initiative Teach in Alberta.

Avec les informations de Geneviève Patterson, Raphaële Frigon et Antoine Ericer

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La France aura « la meilleure équipe possible », affirme le président de la FFF Philippe Diallo
NEXT Isère. Un jeune homme grièvement poignardé dans le parking d’une discothèque