Les soins à domicile battent des records

Trente-trois nouveaux services de garde en milieu familial ont ouvert depuis le 1er avril 2023 dans la Haute-Yamaska ​​(incluant Bromont).

« Autant de nouveaux services de garde d’enfants en un an, c’est un record pour nous. »

— Isabelle Boisvert, directrice générale adjointe du bureau coordonnateur Familigarde (Haute-Yamaska)

Depuis le début du mois de mai seulement, huit CPE ont ouvert leurs portes, portant leur nombre total à 206 en Haute-Yamaska.

La Haute-Yamaska ​​(incluant ici Bromont) a également obtenu un permis du ministère de la Famille pour 114 places supplémentaires en milieu familial, depuis le 7 mars.

Il s’agit ni plus ni moins du premier ajout de places en milieu familial en 18 ans, en Haute-Yamaska.

— Bureau de coordination Familigarde (BC)

>>>>>>

Isabelle Boisvert et Chantal Santerre, respectivement directrice générale adjointe et directrice générale du bureau coordonnateur Familigarde (Haute-Yamaska) (Catherine Trudeau/La Voix de l’Est)

Sur le même territoire, il est indiqué qu’une trentaine de services de garde familiale pourraient ouvrir dans les prochains mois.

« Rien que lundi, nous avons reçu cinq appels d’offres en milieu familial, raconte Isabelle Boisvert.

«Nous sommes vraiment heureux», a déclaré Mme Boisvert, rappelant que le nombre d’intervenantes en service de garde familial et éducatif (RSGE) avait diminué jusqu’à un minimum de 135, il y a environ deux ans.

«Au ministère de la Famille du Québec, ils trouvent que ça va plutôt bien en Haute-Yamaska», se réjouit Chantal Santerre, directrice générale de BC Familigarde, qui couvre la Haute-Yamaska.

Plus au sud, nous confirmons l’amélioration.

«On sent que les cercles familiaux ont le vent en poupe», indique Marie-Claude Morier, directrice générale du bureau de coordination Les Pommettes rouges, qui couvre le territoire de Brome-Missisquoi, s’étendant de Farnham à Sutton, en passant par Cowansville.

Dès ouvert, dès rempli

Même si ces indicateurs sont encourageants, ils ne suffisent malheureusement pas à absorber tous les jeunes enfants de la région.

«Malgré les nouvelles places disponibles, nous recevons encore beaucoup d’appels de parents qui ne trouvent pas de service de garde pour leur enfant», assure Isabelle Boisvert, directrice adjointe du bureau de coordination Familigarde.

>>>>>>

Les responsables des services de garde éducatifs à l’enfance en milieu familial, en grande majorité des femmes (205 sur 206 en Haute-Yamaska), sont étroitement appuyées par leur bureau coordonnateur, notamment au niveau scolaire. (Stéphane Lessard/Archives Le Nouvelliste)

A cet effet, la direction de Familigarde vient de demander au ministère de la Famille d’octroyer 150 nouvelles places en milieu familial. « Les 114 places que nous avons reçues ne sont pas à la hauteur de ce que nous avions demandé. Nous sommes déjà à pleine capacité», a déclaré Mme Santerre, qui indique que cet ajout devrait s’accompagner d’une enveloppe financière accrue lui permettant d’agrandir son équipe, qui compte actuellement 12 personnes.

Dans Brome-Missisquoi, la situation est la même. «Beaucoup de gens développent des services de garde en milieu familial, mais ils se remplissent très vite», explique Mme Morier, alors qu’il existe 137 services de garde en milieu familial dans ce territoire.

“La personne annonce à peine son nouvel environnement familial sur Facebook, il ne lui faudra pas longtemps avant de recevoir des dizaines d’appels.”

— Marie-Claude Morier, PDG de BC Les Pommettes Rouges

Les Pommettes Rouges ont à leur tour fait une demande de 50 nouvelles places en milieu familial. « Cela n’a l’air de rien, mais nous préférons y aller par étapes pour bien faire les choses », affirme Mme Morier.

Statistiques et réalité

Au ministère de la Famille, les statistiques indiquent que sur l’ensemble de la région de l’Estrie, il y avait 14 438 places en garderie — tous services confondus — au 31 mars 2024.

Cela représente 817 places de plus, par rapport au 31 mars 2023.

Toujours selon le ministère de la Famille, les besoins en services de garde en Haute-Yamaska ​​(Bromont inclus) — tous services confondus — ont été comblés à 96 % en 2023, avec un déficit de 140 places.

Pour Brome-Missisquoi, nous indiquons un taux de couverture de 103 % en 2023, avec un surplus de 49 places.

Il faut toutefois prendre les statistiques avec des pincettes, prévient Mme Morier.

>>>>>>

Marie-Claude Morier, directrice générale du bureau de coordination Les Pommettes Rouges (Brome-Missisquoi) (Archives La Voix de l’Est)

«Tous les projets de services de garde et d’installations de CPE annoncés ne sont pas encore développés», a-t-elle déclaré.

Manque de personnel à Farnham

Par exemple, le CPE Le Château des frimousses, ouvert l’automne dernier et qui pourrait accueillir de 80 à 100 enfants, ne fonctionne pas à pleine capacité faute de personnel, selon Marie-Claude Morier.

Autre projet inclus dans les statistiques, la future installation du CPE Les Tisserands, qui prévoit accueillir 80 à 100 enfants à Cowansville, n’est pas encore construite.

Nouvelles règles

Mme Santerre rappelle qu’à compter du 1er septembre 2026, tous les propriétaires de services de garde familiaux privés doivent être reconnus par un organisme coordonnateur, comme Familigarde ou Les Pommettes Rouges, sous peine d’être considérés comme illégaux.

Cela devrait s’accompagner de la mise à disposition de places supplémentaires pour absorber ces services de garde, mentionne-t-elle.

Selon les données du ministère, en 2019, 36 758 enfants ont fréquenté un service offert par environ 8 207 personnes non reconnues à travers le Québec.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’homme d’affaires Doro Guèye arrêté, Macky Sall cité
NEXT «Je ne pourrai jamais le regretter»