Les stars exposent leurs photos privées au musée de la FIFA

Pascal Zuberbühler devant « son » mur au musée de la FIFA.Image : Watson

L’ancien gardien de la Nati Pascal Zuberbühler (53 ans) et d’autres footballeurs exposent leurs albums photos privés au Musée de la FIFA à Zurich. L’occasion d’en apprendre davantage sur le charismatique Thurgovien, notamment à travers Neuchâtel Xamax.

Ralf Meile

Suis-moi

Avec ses 197 centimètres, Pascal Zuberbühler n’est pas seulement l’un des gardiens les plus grands de l’histoire de la Nati en termes de taille. Il est aussi reconnu par son palmarès : 51 sélections, dont la Coupe du monde 2006 en Allemagne – en tant que titulaire – où il n’a encaissé aucun but en quatre matches.

“Zubi” fait partie des stars internationales du football invitées à présenter des photos de leur enfance et de leur jeunesse au Musée de la FIFA à Zurich. L’ex-portier a la tête pleine de souvenirs. « C’est une belle chose de regarder en arrière de temps en temps », sourit-il.

« Mais nous voyons aussi à quelle vitesse le temps a passé. J’ai l’impression que c’était hier, quand j’étais enfant à Frauenfeld. Depuis, j’ai passé 20 ans en tant que professionnel et du temps s’est déjà écoulé depuis la fin de ma carrière.

Pascal Zuberbühler

Photos du jeune « Zubi » exposées au musée de la FIFA à Zurich.

Photos du jeune « Zubi » exposées au musée de la FIFA à Zurich.Image : Watson

Tête dur et leadership

C’est par un détour que Pascal Zuberbühler est arrivé dans le football. Le Thurgovien a d’abord pratiqué l’athlétisme. « J’étais alors un athlète individuel, mais je voulais faire partie d’une équipe et en même temps être spécial. C’était donc clair : je deviendrais gardien de but. L’ascension a été fulgurante», rembobine l’ancien dernier rempart du Neuchâtel Xamax (entre 2007 et 2008).

Le gardien suisse Pascal Zuberbuehler célèbre la fin de la Coupe du monde, match de football du Groupe G entre la Suisse et le Togo, au stade de Dortmund, en Allemagne, le lundi 19 juin 2006. La Suisse a gagné 2-0...

« Zubi » avec le maillot de la Nati lors de la Coupe du monde 2006.Image : clé de voûte

Il a réalisé son rêve de devenir footballeur professionnel grâce à son caractère : « Zubi » est un combattant. « Je n’ai jamais été un talent, je peux le dire clairement. « S’il y a une chose qui me manquait, c’était le talent », se souvient-il. Mais avec beaucoup de travail et une tête très solide, l’ex-gardien de la Nati a réussi.

« J’ai été extrême, je me suis précipité à corps perdu, presque un peu trop. J’aurais dû prendre les choses un peu plus à la légère. Mais j’ai suivi mon chemin tout droit”

Pascal Zuberbühler

En 1992, cela conduit Pascal Zuberbühler, 20 ans, du FC Frauenfeld au GC, alors numéro 1 national. Mais même dans le prestigieux club zurichois, les structures ne sont pas développées pour les gardiens. « Il n’y avait pas de formation de gardien de but lorsque je suis devenu professionnel. Pourtant, j’étais au GC, de loin le meilleur club de Suisse», se souvient-il. La formation spécifique aux derniers remparts n’interviendra que plus tard dans sa carrière.

Exposition spéciale

Au Musée de la FIFA à Zurich, des stars du football d’hier et d’aujourd’hui donnent un aperçu de leurs albums photos privés. L’exposition spéciale La formation d’un footballeur : photographies de rêves de jeunesse peut être visité jusqu’au 31 août.

C’est au FC Bâle (1999-2006) que Zuberbühler, devenu international depuis, a connu sa période la plus réussie. Là, comme au sein de la Nati, il était un meneur d’hommes. Un rôle qu’il a joué dès son plus jeune âge. « Je suis née déjà très grande, ma pauvre mère a dû souffrir encore plus que les autres à la naissance. Depuis la garderie, j’ai toujours été le plus grand de ma classe », rit « Zubi ». Une taille extraordinaire qui l’amène à porter un costume particulier :

« Quand il y avait une bagarre, je devais intervenir et arbitrer. Et pourtant, j’avais peur ! Parce que j’étais certes grand, mais très mince et je n’avais pas encore de larges épaules”

Sur ou en dehors du terrain, Pascal Zuberbühler est un homme charismatique.

Sur ou en dehors du terrain, Pascal Zuberbühler est un homme charismatique.Image : Watson

Franc et héritage

Mais les épaules s’élargissent et le garçon apprend vite. « Au fil des années, j’ai acquis un rôle de leadership. C’est peut-être ainsi que je suis devenu à la fois le gardien et le porte-parole de l’équipe », analyse-t-il. Pascal Zuberbühler, plus critiqué que les autres footballeurs en raison de son franc-parler, a toujours fait preuve de fermeté, même lorsque lui ou son équipe allait mal.

« Je savais que je ne pourrais jamais être parfait, car les erreurs font partie du métier de gardien de but. L’important était d’en sortir grandi”

A 53 ans, il transmet désormais ce qu’il a appris. «Zubi» est expert technique à la Fifa et, en tant que consultant TV, il fait toujours partie intégrante de la scène du football suisse.

Adaptation française : Yoann Graber

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV candidatures jusqu’au 21 juin
NEXT un homme se rend à la police et avoue un crime onze ans plus tard – Angers Info