l’hôpital met en œuvre des mesures correctives

Le CISSS des Laurentides pose un premier geste pour corriger la façon de faire à l’urgence de l’Hôpital de Saint-Jérôme afin d’éviter que les patients ayant une déficience physique ne se retrouvent avec des escarres.

Le drame vécu par feu Normand Meunier, tétraplégique souffrant d’une escarre importante après avoir passé 96 heures sur une civière à l’hôpital de Saint-Jérôme, a suscité de vives réactions.

Après un séjour aux urgences de cet hôpital en janvier en raison d’un virus respiratoire, il en ressort avec une importante escarre aux fesses. Ce trou béant aurait mis plusieurs mois à se combler si toutes les conditions nécessaires avaient été réunies, selon les experts consultés.

Sylvie Brosseau entend mener « un combat » pour améliorer la prise en charge hospitalière des patients qui souffrent d’une lésion médullaire comme son défunt mari.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

À 66 ans, M. Meunier a déclaré avoir préféré mettre fin à ses souffrances physiques et psychologiques en recourant à l’aide médicale à mourir. Cet homme est paralysé des bras et des jambes depuis 2022 suite à une lésion de la moelle épinière.

Pour éviter qu’une telle situation ne se reproduise à l’hôpital de Saint-Jérôme, plusieurs mesures ont été prises au cours des dernières semaines, a appris Radio-Canada.

La première chose sur laquelle nous avons travaillé […]il s’agit avant tout de développer les compétences de notre personnel infirmier chargé du traitement des plaies.explique le directeur des soins infirmiers au CISSS des Laurentides, Steve Desjardins.

Concrètement, nous formons 26 infirmières ressources dans nos différentes unités de l’Hôpital Saint-Jérôme.

Une citation de Steve Desjardins, directeur des soins infirmiers au CISSS des Laurentides

Cette mesure vise notamment à garantir qu’un nombre suffisant d’infirmières possèdent les connaissances nécessaires compte tenu des mouvements de personnel d’un service à l’autre et du taux de roulement.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Steve Desjardins, directeur des soins infirmiers au CISSS des Laurentides.

Photo : Radio-Canada

Un poste spécialisé en intervention en déficience physique a également été créé la semaine dernière.

Cette personne pourra épauler les équipes, car évidemment, ce sont des situations dans lesquelles les équipes ont moins l’habitude d’intervenir. DONC, [le fait] avoir quelqu’un de plus spécialisé dans ce domaine, eh bien, qui peut nous aider à mieux adapter nos interventionsprécise le réalisateur.

La révision des critères d’hospitalisation est également sur la table afin de prioriser les personnes à risque en cas de séjour prolongé aux urgences.

Sans oublier la disponibilité de matelas et de lits adaptés, notamment aux urgences des hôpitaux. Nous sommes en train d’analyser notre parc de surfaces thérapeutiques et surtout si nous pouvons faire mieux pour fabriquer ces outils [disponibles pour] ceux qui en ont besoinajoute la directrice des soins infirmiers.

La malheureuse expérience survenue à l’hôpital aurait été communiquée à d’autres hôpitaux des Laurentides.

L’enquête interne se poursuit

À l’Organisme moelle épinière et motricité Québec, le directeur général Walter Zelaya critique les mesures mises de l’avant par l’hôpital.

Pour moi, cela me donne plutôt l’impression que ce sont des gestes pour essayer de mettre le couvercle sur la marmite. Nous essayons enfin de découvrir ce qui se cache derrière.

Une citation de Walter Zelaya, directeur général, Moelle épinière et motricité Québec
>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Walter Zelaya, directeur général de l’organisme moelle épinière et motricité québécoise.

Photo : Radio-Canada

Il y a quelqu’un qui est mort et nous croyons que le CISSS a une responsabilitéaffirme M. Zelaya. Comme [organisme]nous avons le droit de savoir ce qui s’est passé, où il y a eu des failles.

Au CISSS des Laurentides, nous confirmons que l’enquête interne n’est pas complétée et que le Le Commissariat aux plaintes et à la qualité des services a déposé une plainte en lien avec cette situation.

L’Office a géré 39 dossiers de plaintes et d’interventions liées aux escarres au cours des trois dernières années.

Le premier ministre Legault offre ses condoléances

Le cas de feu Normand Meunier a été évoqué à plusieurs reprises à l’Assemblée nationale.

Sur ses talons ces derniers jours, le chef de l’opposition Marc Tanguay sur la question échecs de la CAQ en santé évoquant notamment le décès de M. Meunier, le premier ministre François Legault a présenté ses condoléances à la famille.

C’est sûr qu’on a encore du travail à faire dans le réseau de la santé, ce n’est pas facilerépondit M. Legault. Nous manquons de personnel, nous avons donc rapidement formé des préposés aux bénéficiaires [et] Nous tentons d’obtenir plus de flexibilité du syndicat des infirmières pour pouvoir déplacer les infirmières là où il y a les plus grands besoins.

Le Premier ministre a critiqué la gestion des réseaux des gouvernements précédents.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Reprise ou liquidation, le sort d’Ascometal examiné en justice : Actualités
NEXT Circulation ferroviaire fortement perturbée entre les gares de Paris Austerlitz et Orléans