Dans l’Aude, la seule station thermale de Rennes-les-Bains survit malgré des difficultés financières

Dans l’Aude, la seule station thermale de Rennes-les-Bains survit malgré des difficultés financières
Dans l’Aude, la seule station thermale de Rennes-les-Bains survit malgré des difficultés financières

A Rennes-les-Bains, la saison thermale a repris depuis le 8 avril. Au sein de l’établissement, habitués du spa et nouveaux arrivants se croisent. La station appartenant au groupe Santé Actions, chargée de tenir seule les rênes du lieu, parvient à s’en sortir malgré des difficultés financières.

A Rennes-les-Bains, petite ville d’environ 200 habitants, la station thermale participe à l’attractivité des lieux. Depuis le 8 avril, la saison a débuté. En l’espace de plusieurs semaines, les premiers curistes, habitués ou nouveaux venus, déambulent dans la résidence La Reine, profitant de soins esthétiques, séances de massages et autres espaces de remise en forme.

Lire aussi :
DOSSIER – Dans les Pyrénées-Orientales et l’Aude, le thermalisme se refait une beauté

Jeudi 2 mai, une trentaine de visiteurs ont profité des différents services du site. C’est notamment le cas de Jean-Paul qui, accompagné de son épouse, a fait un long voyage depuis Marseille : «C’est seulement la deuxième année que nous venons. Nous trouvons le quartier très convivial, agréable à vivre. Cela permet de vraiment se ressourcer et ces thermes n’ont pas un côté usine que nous n’aimons pas tant. Je sais que le point de vue sur le sujet dépendra des profils puisqu’il est vrai que le village n’a pas beaucoup de commerces. Mais personnellement, nous prévoyons d’y rester trois semaines.

Une petite structure comme la nôtre profite aux gens

La directrice du spa, Catherine Warnier, partage ce dernier constat. Même si elle admet que l’accès à Rennes-les-Bains peut être difficile en raison du manque de moyens de transport et de l’éloignement des plus grandes villes, la gérante des lieux tempère : «Néanmoins, c’est relaxant. Nos curistes viennent précisément pour cet aspect. Nous avons des gens qui nous rendent visite depuis 40 ans. Dans la région, l’eau est réputée exceptionnelle. De plus, une petite structure comme la nôtre profite aux humains. Le personnel y est très apprécié, d’autant plus qu’il s’investit énormément dans les personnes dont il s’occupe.

Lire aussi :
Comment les stations thermales évoluent-elles pour accueillir une clientèle plus jeune ?

70% des curistes sont originaires de l’Aude.
Indépendant – BOYER Claude

Si l’indépendance de l’établissement, acquise en 2010 par le groupe Santé Actions qui en détient seul les rênes, favorise une plus grande liberté d’action, des obstacles inattendus sont venus bousculer la donne il y a quelques années. Les répercussions se font encore sentir aujourd’hui.

Catherine Warnier explique : « En 2023, nous avons enregistré 665 curistes, contre 1 120 si l’on remonte à 2018. La période du Covid-19 et les mesures sanitaires qui ont suivi nous ont fait beaucoup de mal, c’est certain. Mais les inondations dans le département il y a six ans n’ont pas contribué à améliorer la situation. Après 2020, nous avons eu du mal à retrouver notre niveau normal de fréquentation. Le chiffre d’affaires a forcément diminué, conduisant à notre redressement judiciaire en 2022. En revanche, nous ne sommes pas allés jusqu’à la liquidation. Je précise cela car beaucoup pensaient que nous allions fermer suite à cet épisode. Je peux le dire haut et fort, ce ne sera pas le cas.

Une pente qui monte progressivement

Au contraire, la santé des thermes ne cesse de s’améliorer avec le temps, selon le directeur. D’autres séances de soins ont été ouvertes grâce au recrutement de deux kinésithérapeutes. Vital Aude a été créée permettant à l’établissement de diversifier son activité à travers la création d’un studio de location touristique. Lequel était accompagné d’un centre de balnéothérapie thermale. « Nous avons même ajouté une douche à la térébenthine qui permet aux curistes d’être aspergés d’un mélange d’eau thermale chaude et d’huile de térébenthine », a ajouté Catherine Warnier. Une moyenne de 80 personnes sont attendues tout au long de la saison pour un total de 700 visites uniques sur l’ensemble des sept mois. Le pic de fréquentation intervient en septembre et octobre avant la fermeture des portes le 2 novembre.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le match à 1 000 euros de « France Inter » enregistré jeudi 23 mai à Montesquiou
NEXT SÉNÉGAL-DISTINCTION MONDIALE / Le Grand Prix Hassan II de l’Eau décerné à la FAO – Agence de Presse Sénégalaise – .