à Perpignan, Jordan Bardella appelle à un « vote utile » pour le RN

à Perpignan, Jordan Bardella appelle à un « vote utile » pour le RN
à Perpignan, Jordan Bardella appelle à un « vote utile » pour le RN

C’était le deuxième événement le plus attendu de la journée à Perpignan, après la chute de pluie, qui a enfin arrosé les Pyrénées-Orientales ces derniers jours après deux années de sécheresse. C’est donc sous une pluie fine que la foule s’est rassemblée, mercredi 1er mai, au Palais des Congrès de la ville, pour assister au grand rendez-vous de la campagne électorale européenne du Rassemblement national.

« La Jordanie fait même pleuvoir ! » »», s’amuse un militant du parti d’extrême droite, venu de Toulouse pour assister aux discours du maire de Perpignan, Louis Aliot, Marine Le Pen et Jordan Bardella. Comme lui, près de 3 000 personnes, dont des dizaines n’ont pu entrer dans la salle, se sont rassemblées pour soutenir leur candidat, grand favori du scrutin du 9 juin. La tête de liste du Rassemblement national en a profité pour dévoiler les noms des premiers. 34 candidats l’accompagnent.

Une « sanction électorale cinglante »

Malgré son avance dans les sondages, où il se situe confortablement au-dessus des 30 %, soit plus de 10 points d’avance sur la candidate macroniste Valérie Hayer, Jordan Bardella a tenu à mobiliser ses troupes. “Rien ne se gagne, rien ne s’acquiert”, a-t-il répété, mettant en garde ses partisans contre deux « de redoutables ennemis » : abstention et dispersion. « Ne vous dispersez pas sur des listes patriotiques qui ne peuvent pas gagner. Ne vous abstenez pas, car s’abstenir, c’est voter pour Emmanuel Macron. »

Le président du RN veut faire du scrutin de son parti le vrai « vote utile » À droite. Il croit désormais en privé que Les Républicains et Reconquête ! pourrait ne pas dépasser les 5% permettant l’envoi de députés à Strasbourg. S’adressant aux électeurs d’Eric Zemmour, il les a encouragés à « Votez pour ceux qui peuvent gagner, pour ceux qui peuvent agir ». “Je te tends la main”il a scandé.

Avant lui, Marine Le Pen est entrée en campagne en lançant un appel pour “mobilisation générale”, souhaitant infliger à Emmanuel Macron « la sanction électorale la plus cinglante possible »déclenchant des huées du public au nom du président de la République. « Un jour, un tour, un vote, Bardella ! “, » a-t-elle alors dit, cette fois sous les acclamations de la foule.

« Marine Le Pen a entamé une ouverture de la fête, poursuit Jordan Bardella. Tous les électeurs sont les bienvenus. » s’est réjouie Martine Demonchy, conseillère régionale du RN en Île-de-France, venue pour l’occasion. “Cela ne sert à rien de voter pour un parti qui obtiendra moins de 5% des voix” ajoute-t-elle en visant directement la liste de Marion Maréchal.

Anne-Élisabeth, une octogénaire venue avec une amie, explique qu’elle “J’ai voté à droite pendant des décennies”. Depuis 2012, elle vote RN. « Au début, c’était faute de mieux… Aujourd’hui, c’est par conviction. »“Tous les autres partis m’ont dégoûté” abonde Patrick, agriculteur de 52 ans. « Aujourd’hui, le RN n’est plus un parti d’extrême droite, je le vois comme la droite des années 1970-1980. Nous ne sommes plus un parti raciste et de nombreuses personnes nous rejoignent. » Benjamin, 20 ans, est militant de l’Etudiant Cocarde à Toulouse. Il considère également que “Le RN, c’est la vraie droite aujourd’hui, c’est le vrai vote français et patriotique.”

« L’Europe des nations » contre « l’Europe de Macron »

Faisant abstraction des considérations politiques, Marine Le Pen et Jordan Bardella ont déployé leur argumentaire opposant leur « L’Europe des Nations » a “L’Europe de Macron”. “C’est leur bilan contre notre projet”, » a contesté la tête de liste. Du côté présidentiel, ils ont fustigé « écologie punitive », « immigration imposée » ou la “bureaucratie” d’une Union européenne qui vise à « faire disparaître notre nation ». Ils promeuvent une Europe « identités » Et « patriotisme économique, priorité nationale, préférence européenne ».

Marine Le Pen a salué sa vision de« une Europe sociale »ce qui mettra un terme à “l’explosion des prix de l’énergie” et qui ne le fera pas « Payer les plus pauvres pour la transition écologique ». Jordan Bardella a déclenché l’hystérie dans la salle en dénonçant le « submersion migratoire » Et “l’islamisme menaçant”, promettant le refoulement des bateaux de migrants et l’expulsion systématique des islamistes étrangers. ” Nous sommes à la maison ! “, la foule répond.

Jordan Bardella a conclu son discours en faisant monter sur scène les 34 candidats qui l’accompagnaient sur la liste. Si le RN obtient plus de 30 % le 9 juin, ils sont presque tous en mesure d’être élus au Parlement européen. Pas de surprise parmi les sortants : l’ancien ministre LR Thierry Mariani, eurodéputé critiqué pour ses positions pro-russes, est en 9e position. Les principales recrues, déjà révélées pendant la campagne, comme l’ancien directeur de l’agence européenne Frontex Fabrice Leggeri, le numéro trois, l’essayiste Malika Sorel, le numéro deux, ou le très médiatique commissaire de police Matthieu Valet, le numéro sept, ont reçu un accueil particulièrement chaleureux. accueillir.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Cette commune de l’Eure prévoit de consacrer 2,8 millions d’euros à ses nouveaux projets
NEXT En Charente-Maritime, vous pouvez également louer un carrelet de pêche