« Un message au camp d’en face »

« Un message au camp d’en face »
« Un message au camp d’en face »

La pluie s’est temporairement calmée et les manifestants commencent à se rassembler devant la Bourse du Travail de Toulon. Le camion de tête est orné de tous les drapeaux de l’intersyndicale : CGT, CFDT, FSU, UNSA, Solidaires.

Le seul discours mentionnait la guerre, les futures élections européennes et « la menace d’un nouveau plan d’austérité ».

Répondre au contexte politique

Alors que le cortège s’élance, l’unité du camp syndical se dessine au premier rang. Des chasubles rouges, blanches ou orange défilent côte à côte.

Peu de slogans lancés, mais des slogans communs : “Pour la paix en France et dans le monde, pour la justice sociale et contre les idées d’extrême droite”rappelle Richard Roméo-Giberti, secrétaire départemental de la CGT du Var.

Il insiste sur ce dernier point. “JE Je voudrais le dire, le RN n’est pas l’ami des travailleurs. C’est c’est une erreur de le croire.

A l’arrière de la manifestation, on retrouve certains mouvements politiques de gauche qui défilent séparément. Un groupe de manifestants chante « Non à l’intimidation des militants palestiniens ! »

On y retrouve notamment des drapeaux de la France Insoumise. « Nous considérons que la classe ouvrière en France et dans le monde doit se sentir concernée par le génocide en Palestine »» défend Gérard, un fonctionnaire à la retraite et « insoumis ».

«On s’organise.»

Au milieu de ce public essentiellement constitué de militants, la proportion de jeunes apparaît assez faible. Preuve de désintérêt ? Pas selon Romaric, secrétaire varois du Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF).

« L’année dernière avec les départs à la retraite, beaucoup de jeunes étaient déjà impliqués dans le mouvement. Les jeunes s’impliquent, nous avons pu restructurer une JC dans le Var récemment.»

La manifestation de l’an dernier avait rassemblé plusieurs milliers de personnes, en plein mouvement d’opposition à la réforme des retraites.

La mobilisation a donc été sensiblement en baisse cette année, sans doute aussi peu aidée par les conditions climatiques. Cela fait cependant un an que les syndicats réclament l’arrivée de nouveaux adhérents, et se disent prêts pour les échéances à venir.

“Nous envoyons un message au camp d’en face : nous nous organisons, et il y a un moment où toute cette organisation va se concrétiser”conclut Richard Roméo-Giberti.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Désintérêt historique » pour les voitures électriques en Suisse
NEXT Prix ​​du gaz, météo forestière, pass ferroviaire, dérivés du cannabis interdits… Ce qui change à partir du 1er juin 2024