Mayotte. L’épidémie de choléra tue la première personne, un enfant de trois ans

Mayotte. L’épidémie de choléra tue la première personne, un enfant de trois ans
Mayotte. L’épidémie de choléra tue la première personne, un enfant de trois ans

Il s’agirait du premier décès dû à l’épidémie de choléra. A Mayotte, la préfecture de Mayotte a déclaré qu’un enfant de trois ans est décédé des suites de l’épidémie, dans la commune de Koungou, ont annoncé mercredi la préfecture et l’Agence régionale de santé.

“Un premier enfant est décédé aujourd’hui”, ont-ils écrit dans un communiqué commun. “L’enfant vivait dans le quartier de Koungou où plusieurs cas de choléra avaient été identifiés ces dernières semaines.”

Visite du ministre demain

Ce premier cas mortel intervient à la veille de la visite du ministre de la Santé Frédéric Valletoux sur cette île de l’océan Indien, prévue depuis plusieurs jours.

Les premiers cas de choléra à Mayotte ont été enregistrés à la mi-mars chez des personnes revenant des Comores voisines, où l’épidémie s’accentue avec 98 décès selon le dernier bilan officiel.

A Mayotte, les premiers cas « autochtones », diagnostiqués chez des patients n’ayant pas quitté l’île française de l’océan Indien, sont apparus fin avril. Le choléra, une maladie bactérienne qui peut provoquer une diarrhée aiguë et entraîner la mort par déshydratation en un à trois jours, se transmet par l’eau ou les aliments contaminés. Il existe des vaccins et des traitements efficaces.

Depuis la mi-mars, 58 cas de choléra ont été enregistrés par les autorités mahoraises, dont six cas actifs au dernier bilan en date du 6 mai. Un protocole élaboré en février pour éviter la propagation de la maladie prévoit la désinfection du domicile du patient, l’identification et le traitement des cas contacts et la vaccination « en anneau », élargissant progressivement la zone concernée autour du domicile du patient. souffrant du choléra.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Fusion entre CBC et Radio-Canada
NEXT Dans le sud des Yvelines, « la médecine de ville est dans une situation dramatique »