Vingt moutons tués ou euthanasiés après une attaque animale dans les Ardennes

Vingt moutons tués ou euthanasiés après une attaque animale dans les Ardennes
Vingt moutons tués ou euthanasiés après une attaque animale dans les Ardennes

Des moutons dans une ferme des Ardennes ont été attaqués plusieurs nuits. Vingt brebis sont mortes ou ont dû être euthanasiées. Une clôture électrifiée a été installée ainsi qu’un piège photographique pour tenter d’identifier le ou les animaux à l’origine de l’attaque.

Plusieurs attaques successives de moutons ont été signalées dans la région de Thénorgues et Sévigny-la-Forêt, dans les Ardennes, depuis le 20 avril 2024. Une ferme située au Moulin de Thénorgues a notamment subi d’importantes pertes.

“Sur cet alpage du hameau du moulin à Thénorgues, nous avons depuis trois nuits des attaques d’un animal qui est soit un loup, soit un chien errant, au comportement totalement atypique”, explique Christophe Fradier, le directeur départemental des territoires ardennais, qui s’est rendu sur place le 23 avril. « Nous avons eu une vingtaine de moutons morts ou très blessés que nous avons dû euthanasier, puis une dizaine de moutons blessés. Ce qui ne correspond pas aux pratiques connues des chiens errants ou des loups.

Il n’existe actuellement aucune preuve permettant de confirmer qu’un ou plusieurs loups ou chiens errants soient responsables de ces attaques. Une clôture électrifiée a été installée en fin de journée du 23 avril pour protéger le troupeau de Thénorgues d’une nouvelle attaque. Il mesure un peu plus d’un mètre de haut et dispose d’un système de recharge solaire. Le pâturage étant éloigné de toute Source d’énergie électrique.

L’objectif est de repousser l’animal pour qu’il ne s’approche pas du troupeau de moutons.

Christophe Fradier, directeur départemental des territoires ardennais

L’Office français de la biodiversité a également installé un piège photographique sur le site. Celui-ci se déclenche en fonction des mouvements et permettra peut-être d’identifier plus précisément le ou les animaux à l’origine des attaques.

« Dans le département des Ardennes, selon les communes, nous pouvons aider les éleveurs à acheter des chiens de garde de type patous, ou ce type de clôture. Aujourd’hui, nous n’avons eu aucune demande”précise Christophe Fradier.

« Nous savons que le loup traverse le département des Ardennes, nous n’avons aucune présence avérée de meute. En revanche, nous sommes très vigilants sur la géographie des attaques de loups », ajoute le gérant. Une réunion de la cellule de surveillance loup-lynx, prévue de longue date, doit avoir lieu le 14 mai dans le département.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV déclenchement de la décompensation partielle de la subvention de l’État – .
NEXT un doublé pour les Ploërmelaises, vainqueurs de l’US Montagnarde