Ces Suisses sont dans le viseur de la Russie

Ces Suisses sont dans le viseur de la Russie

Publié aujourd’hui à 14h20

Russie. Ce fut la résidence secondaire d’Ernst Hilber pendant vingt-six ans. Le Suisse s’était bâti une vie à Moscou et avait participé, sur le plan commercial, à la construction de la nouvelle ambassade de Suisse. Aujourd’hui, il vit à nouveau en Suisse et semble véritablement surpris lorsque nous lui disons par téléphone que son nom figure sur la liste des personnes recherchées par le ministère russe de l’Intérieur.

Était-il en difficulté, devait-il fuir la Russie ? Rien de tout cela, répond Ernst Hilber. L’affaire lui est pourtant si désagréable qu’il ne veut pas être cité ici sous son vrai nom. Mais Ernst Hilber n’est pas le seul à se trouver dans cette situation. Au total, dix Suisses figurent sur la liste des personnes recherchées par la Russie. en ligne par le média d’opposition « Mediazona ».

Il semble peu probable que les Russes soient en mesure d’étendre leurs recherches à l’échelle internationale. Il existe des cas connus dans lesquels Interpol a refusé la demande russe. Mais tant que les personnes impliquées ne savent pas que leur nom figure sur la liste des personnes recherchées par la Russie, cela pourrait bien être embarrassant pour elles. « De toute façon, ils seraient d’abord arrêtés à leur entrée en Russie », explique le journaliste de « Mediazona » Mika Golubovski.

Sur la liste pour des raisons politiques

En soi, ces données ne sont pas secrètes. Chaque femme et chaque homme peut adresser une demande au ministère russe de l’Intérieur et recevoir des informations par courrier électronique sur les perquisitions dont ils font l’objet. Mais « Mediazona » a désormais réussi à rassembler tous les noms de la liste dans une base de données. Il ne peut « malheureusement pas révéler comment cela a été possible », explique Mika Golubovski, « car nous travaillons actuellement sur une mise à jour ».

Le statut actuellement consultable date de début février 2024. La liste contient plus de 96 000 noms – chacun avec sa date de naissance, sa nationalité et son lieu de résidence présumé. Toutefois, les motifs de l’avis de recherche ne sont pas indiqués.

La plupart des gens viennent de Russie ou de pays de l’ex-Union soviétique. Selon « Mediazona », les dossiers judiciaires accessibles au public permettent cependant de comprendre pour beaucoup d’entre eux qu’ils sont recherchés pour activités criminelles. Cependant, environ 800 personnes ont été inscrites sur la liste pour des raisons politiques.

Par exemple, le Premier ministre estonien Kaja Kallas, un critique particulièrement virulent de Vladimir Poutine. Treize membres du parlement letton et un maire polonais figurent également sur la liste des personnes recherchées. Dans les pays baltes, les monuments aux morts soviétiques devraient être démantelés. Pour le Kremlin, cela constitue un acte criminel.

Début février 2024, la Première ministre estonienne Kaja Kallas recevra la présidente de la Confédération Viola Amherd à Tallinn. En raison de son attitude critique à l'égard du Kremlin, Kaja Kallas figure également sur la liste des personnes recherchées par la Russie.

Pour plusieurs Suisses aussi, il est possible de comprendre comment ils se sont retrouvés sur la liste noire russe. C’est notamment le cas d’Andreas Zivy, producteur d’engrais à Bâle-Campagne et dirigeant de son entreprise.

Le contexte est une lutte pour le rachat d’un producteur russe d’ammoniac, au cours de laquelle Andreas Zivy a été, selon ses propres mots, évincé et exproprié par des méthodes illégales et des poursuites pénales arbitraires en Russie. L’opposant d’Andreas Zivy, l’oligarque Dmitri Mazepin, a quant à lui été sanctionné par la Suisse en raison de la guerre en Ukraine. Il en va de même pour Nikita, le fils de Dmitri Mazepin, ancien pilote de Formule 1.

“M. Zivy n’est pas surpris de voir son nom figurer sur cette liste », a déclaré un porte-parole de l’entreprise. Mais on peut s’interroger sur l’opportunité de cette inscription, ajoute-t-il. La Russie avait déjà signalé l’entrepreneur bâlois via Interpol il y a environ neuf ans. Mais l’organisation policière internationale a annulé le rapport, qu’elle considère comme étant principalement motivé par des considérations politiques.

Servir une armée étrangère

Il n’est pas non plus surprenant que les Russes recherchent Avi Motola. Cet homme de 48 ans originaire de Stein am Rhein (SH) a été engagé comme tireur d’élite en Ukraine. Il a lui-même donné des informations à ce sujet dans un portrait à la télévision germanophone SRF. Il a notamment rendu compte des missions au front dans la lutte contre les Russes. Après la diffusion du reportage télévisé début 2023, on apprenait pourtant que le mercenaire avait été emprisonné en Suisse pour divers délits et qu’il était toujours recherché.

Un site Internet en russe dédié aux « combattants étrangers » fournit des informations détaillées sur la biographie d’Avi Motola. Mais sur la liste du ministère russe de l’Intérieur, les informations sont incomplètes. Le Schaffhouse n’y apparaît que sous ses deux prénoms, Avi Doron. La date de naissance et le lieu d’origine ne laissent toutefois aucun doute sur le fait que la Russie recherche effectivement Motola. Tout comme la Suisse, car le service dans une armée étrangère comme l’armée ukrainienne est punissable en Suisse.

Le mercenaire suisse Avi Motola dans un documentaire de la télévision germanophone SRF en Ukraine. Avi Motola est désormais recherché par les autorités chargées de l'enquête dans plusieurs pays. Y compris la Russie et la Suisse.

Parmi les autres sur la liste figurent un entrepreneur informatique d’Argovie, le propriétaire d’une agence de voyages dans le canton de Saint-Gall et un gestionnaire de fortune genevois auprès d’une société d’investissement à Chypre. Nous n’avons pas retrouvé les deux premiers hommes. La société du dirigeant genevois a certes promis une réponse, mais celle-ci n’est finalement jamais venue.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) indique ne pas avoir été informé par la Russie de la liste des personnes recherchées. Le DFAE n’a également « connaissance d’aucune procédure pénale ni acte pénalement répréhensible en relation avec la construction de l’ambassade ».

En 2019, le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis inaugurera la nouvelle ambassade de Suisse à Moscou. Un Suisse impliqué dans la construction figure désormais sur la liste des personnes recherchées par la Russie.

Se pourrait-il que la Russie recherche d’autres personnes en Suisse ? “Nous sommes sûrs que d’ici début février 2024, nous aurons tous les noms sur la liste des personnes recherchées par le ministère de l’Intérieur”, répond Mika Golubovski, de “Mediazona”. Toutefois, si votre nom n’y figure pas, cela ne signifie pas qu’aucune procédure pénale n’est en cours à votre encontre. Il est également possible que les services secrets russes tiennent des listes dont nous n’avons pas connaissance.»

Bernhard Odehnal est journaliste à la cellule d’enquête de Tamedia. Il a étudié les langues et cultures slaves. Jusqu’en 2017, il était correspondant du Tages-Anzeiger en Autriche et en Europe de l’Est.Plus d’informations

Thomas Knellwolf est correspondant parlementaire, spécialisé dans les affaires juridiques. Chez Tamedia, il a participé à la création de l’Unité d’investigation qu’il a codirigée.Plus d’informations @KneWolf

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Montgivray en vert, Déols en jaune