Pibrac. Edurne Portela présente son premier livre « Maddi »

Pibrac. Edurne Portela présente son premier livre « Maddi »
Pibrac. Edurne Portela présente son premier livre « Maddi »

l’essentiel
Jeudi, la librairie Nouvelle Page accueillait Edurne Portela, écrivaine, née au Pays basque, pour « Maddi » (histoire vraie d’une femme indomptable), son premier livre traduit en français (éditions Liana Levi). Un roman aux connotations antifascistes et féministes.

Valérie Portois, la dynamique libraire, a animé les débats. Après un court résumé, elle a interrogé l’auteur sur la genèse du livre, le personnage de l’héroïne et ses styles d’écriture avant que les questions des participants ne commencent à affluer.

En 1922, Maria Joséfa Sansberro, dite Maddi, fille de paysans, arrive au Pays Basque pour diriger un hôtel. Maddi fera passer clandestinement, puis aidera les républicains espagnols en fuite et enfin ceux fuyant le nazisme vers l’Espagne, tout au long de la guerre et jusqu’au débarquement. Déportée, elle meurt dans un camp de concentration.

« Pendant des années, Joxemari Mitxelena, indépendantiste de gauche et historien amateur, et Izarraitz Villaluce, ont rassemblé 1 600 documents », explique l’auteur. Au terme de leurs recherches, ils m’ont confié le dossier. J’ai choisi cette forme, le roman, pour pouvoir imaginer la femme dans toute sa dimension mais en respectant la documentation pour rester fidèle à sa mémoire. J’ai adopté la première personne, j’ai pris la voix d’une femme qui l’avait. propre voix : il fallait transmettre sa mémoire.

Edurne Portela dit avoir choisi « la concordance du langage avec la vie de Maddi ». Avant la déportation, le style est celui de cette femme libre : volubile, drôle, percutant, avec des monologues hilarants, notamment ceux avec Dieu.

Avec la déportation, « elle ne trouve plus les mots pour décrire ce qu’elle vit : un processus de décomposition morale et physique ». Alors l’écriture, « comme une sorte de poème » devient laconique, elliptique, bouleversante.

Une stèle à Sare

Ancrée dans un contexte historique riche, cette histoire est un portrait beau et émouvant d’une femme libre, progressiste, courageuse qui défend ses valeurs et va jusqu’au bout de ses idées.

Depuis 2022, une stèle à la mémoire de Maddi est érigée à Sare, à proximité de son hôtel.

Le roman est en vente à la librairie Nouvelle Page et dans toutes les bonnes librairies.
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT La vie de Mme Bendiche racontée dans un roman