Index des livres aux États-Unis – .

Index des livres aux États-Unis – .
Index des livres aux États-Unis – .

Lorsqu’Adam Tritt reçut un email l’informant qu’il ne pouvait plus réviser les romans Abattoir-Cinq (Abattoir 5de Kurt Vonnegut, qui raconte l’absurdité de la guerre) et Le coureur de cerf-volant, de Khaled Hosseini), son sang ne faisait que bouillir. C’était en 2022. Depuis, plus de 200 autres livres ont été mis sur liste noire dans le district scolaire de Brevard, en Floride, où il enseigne à des adolescents âgés de 15 à 17 ans.

Les interdictions de livres se multiplient dans les écoles américaines. En avril 2023, PEN America, une organisation qui défend la « liberté de lire » aux États-Unis, a répertorié 2 823 titres interdits dans 5 894 avis à l’échelle nationale – et même dans ce cas, il ne s’agit que des interdictions qui pèsent sur ces titres. signalé. Les œuvres ciblées abordent notamment le racisme, la diversité sexuelle et les agressions, le tout de manière inappropriée, selon certains parents, groupes de pression ou politiques. La Floride représente 40 % de ces retraits, mais elle est aussi l’épicentre d’un mouvement de résistance grandissant, observe l’organisation.

Adam Tritt fait partie de ceux qui ont décidé de lutter contre la censure par l’action : « J’ai décidé que j’allais faire don de ces livres. » Pour financer l’opération, il crée la Fondation 451, en référence au roman futuriste Fahrenheit451qui dépeint une Amérique où les livres sont interdits et brûlés.

L’enseignant a trouvé autour de lui des gens qui, dit-il, « ressentaient le besoin de faire quelque chose » : chez un fleuriste, dans une boulangerie, une librairie, des succursales de Ben & Jerry’s. Les jeunes peuvent obtenir gratuitement les titres interdits en classe. Le petit réseau en a déjà distribué près de 7 000. Des initiatives de ce type apparaissent dans tout l’État, et même au-delà, comme l’organisation à but non lucratif Banned Books USA, dans l’État de New York, qui permet aux Floridiens d’obtenir en ligne des livres interdits chez eux.

Les étudiants eux-mêmes ont résisté : ils ont créé des clubs de lecture de livres interdits et des bibliothèques clandestines, en plus de prendre la parole lors des réunions du conseil scolaire. « Ces sujets difficiles dont on veut les protéger, explique Sabrina Baêta, de PEN America, ils les vivent déjà. Ils réclament l’accès à ces livres qui décrivent leur réalité. »

À l’échelle nationale, les bibliothèques publiques ont décidé de donner accès à leurs collections de livres électroniques dans tout le pays. L’organisme responsable des Little Free Libraries — l’équivalent américain des Croque-livres québécois — estime que 87 % de ses boîtes servent au partage de titres interdits.

Selon un sondage Ipsos/We Believe réalisé en octobre 2023, 78 % des Américains, et 62 % des Républicains, seraient moins enclins à voter pour un candidat favorable aux interdictions. «C’est contraire aux valeurs américaines en matière de liberté d’expression», juge Sabrina Baêta. Adam Tritt le croit aussi. Le soutien de l’extrême droite et des groupes religieux en témoigne. Les anciens combattants lui ont dit qu’ils ne se battaient pas pour « ça ».

L’enseignant est convaincu que les livres ont un effet sur le vivre ensemble. « En les supprimant, on enlève à des jeunes qui se sentent différents leur histoire et celle de leur communauté. Nous privons également les autres de la possibilité d’apprendre cette histoire, ce qui nous divise de plus en plus. » Il avoue prendre un grand plaisir à déjouer les censeurs : « Leur mettre des obstacles, ça me fait du bien ! »

Cet article a été publié dans le numéro de juin 2024 de Nouvellessous le titre « Livres de l’index ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV licencié par Radio France, Jean-François Achilli ira aux prud’hommes – Libération
NEXT Liste 2 de mes envies par Grégoire Delacourt