une loi extrêmement restrictive entre en vigueur en Floride

une loi extrêmement restrictive entre en vigueur en Floride
une loi extrêmement restrictive entre en vigueur en Floride

Une loi extrêmement restrictive sur le droit à l’avortement est entrée en vigueur mercredi en Floride et le président américain Joe Biden tient son adversaire républicain Donald Trump pour responsable de ce “cauchemar”.

• Lire aussi : Avortement, immigration, diplomatie : Trump expose son programme

• Lire aussi : En Arizona, les femmes cherchent à avorter sous la pression d’une loi « draconienne »

• Lire aussi : Avortement : la loi ultra-restrictive de l’Idaho devant la Cour suprême des États-Unis

L’ancien président américain se félicite régulièrement d’être à l’origine du spectaculaire retournement de jurisprudence de la Cour suprême en juin 2022.

L’institution, à laquelle il avait donné une composition très conservatrice, a alors fait voler en éclats la protection fédérale du droit à l’avortement, renvoyant la responsabilité aux États.

“Aujourd’hui, une interdiction extrémiste de l’avortement entre en vigueur en Floride, interdisant l’avortement avant même que de nombreuses femmes sachent qu’elles sont enceintes”, a déclaré Biden dans un communiqué.

La vice-présidente américaine Kamala Harris est en visite dans l’État de Floride dirigé par les républicains pour prononcer un discours critiquant M. Trump pour l’entrée en vigueur de l’interdiction de l’avortement après six semaines de grossesse.

La semaine dernière, Joe Biden, 81 ans, s’est rendu dans cet Etat du sud-est, l’un des plus peuplés du pays, qui a voté à deux reprises massivement pour Donald Trump.

Les démocrates tentent de faire de l’avortement l’un des enjeux clés de l’élection présidentielle de 2024, estimant que c’est un moyen de gagner des voix contre Donald Trump.

«Surveillé et sanctionné»

Depuis mercredi, la Floride interdit toute interruption volontaire de grossesse au-delà de six semaines, contre quinze semaines auparavant.

Avant mercredi, la Floride était un refuge pour les femmes du sud-est des Etats-Unis, une région où les interdictions ou les restrictions se sont multipliées.

Kamala Harris, vice-présidente de 59 ans, première femme, et première personne afro-américaine et asiatique-américaine à ce poste, a multiplié ces derniers mois les voyages et les déclarations sur ce thème.

Dans son discours prononcé mercredi à Jacksonville, elle devrait qualifier les interdictions en vigueur en Floride et dans 20 autres États d’« interdictions de l’avortement de Trump ».

«Cette interdiction s’applique à de nombreuses femmes avant même qu’elles sachent qu’elles sont enceintes, ce qui nous indique que les extrémistes qui ont rédigé cette interdiction ne savent même pas comment fonctionne le corps d’une femme. Ou bien ils s’en moquent», doit-elle dire, selon des extraits publiés par son équipe de campagne.

Harris devrait également critiquer Donald Trump, qui, dans une interview publiée mardi dans le magazine Time, a déclaré que les États pourraient surveiller les grossesses des femmes pour voir si elles avaient avorté malgré l’interdiction. .

« Sous Donald Trump, il serait normal que les femmes soient surveillées et punies par le gouvernement », a-t-elle déclaré.

“Joe Biden et moi avons un point de vue différent : nous pensons qu’aucun élu ne doit s’interposer entre une femme et un médecin.”

Sujet politiquement brûlant

L’ancien président républicain maintient une politique ambiguë sur la question de l’avortement. S’il se vante régulièrement de son rôle décisif dans la fin de la fameuse jurisprudence « Roe versus Wade » qui protégeait ce droit, il se garde bien d’afficher ouvertement son soutien à une interdiction fédérale, réclamée par la droite religieuse.

Interrogé par le magazine Time pour savoir s’il opposerait son veto à une telle loi en cas de réélection, le magnat de 77 ans, visé par de nombreuses procédures pénales, est intervenu.

En se rendant en Floride, les démocrates amènent la question du droit à l’avortement directement dans le fief de Donald Trump, qui passe la plupart de son temps dans sa station balnéaire de Mar-a-Lago, dans le sud de cet Etat.

Le gouverneur républicain Ron DeSantis est à l’origine de l’interdiction de l’avortement au-delà de six semaines. Il s’est présenté sans succès à la primaire républicaine, a promulgué en avril 2023 un projet de loi visant à abaisser la limite de 15 semaines à six semaines.

En avril, la Cour suprême de Floride a confirmé l’entrée en vigueur de cette loi, mais a dans le même temps rendu la décision finale aux électeurs.

Ces derniers voteront en novembre, en même temps que les élections présidentielle et législatives, un amendement garantissant le droit à l’avortement dans cet Etat du sud-est.

L’interruption volontaire de grossesse a presque toujours été un sujet politiquement brûlant aux États-Unis, même si, selon les sondages, la majorité des Américains sont favorables au droit à l’avortement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un bébé abandonné en 2000 entre dans le commissariat du policier qui l’a sauvé 24 ans plus tard
NEXT Iran : l’incertitude persiste pour le président Raïssi après un accident d’hélicoptère