Au festival d’Annecy, « Mémoire d’escargot » termine premier

Au festival d’Annecy, « Mémoire d’escargot » termine premier
Au festival d’Annecy, « Mémoire d’escargot » termine premier

Le festival d’animation a décerné au film australien d’Adam Elliott le Feature Film Crystal. D’autres œuvres fortes ont été primées, comme « Flow », du Letton Gints Zilbalodis, prix du jury.

L’équipe « Mémoire d’escargot » a reçu le Cristal du long métrage le 15 juin. Fête d’Annecy

Par Cécile Mury

Publié le 16 juin 2024 à 11h13

Lire dans l’application

Hun hommage aux marginalisés, aux âmes perdues, aux survivants modestes mais obstinés : après une semaine joyeuse et vibrante, la 48e édition du festival d’Annecy s’est terminée hier soir par le triomphe d’une poignée d’œuvres singulières et fortes, toutes entièrement attachées à l’éloge de la différence.

La preuve, surtout, par le précieux Cristal du long métrage en compétition officielle, récompense suprême décernée cette année à Mémoire d’un escargot, de l’Australien Adam Elliott, chronique à la fois tendre et cruelle en stop motion de la petite vie de Grace Pudel, timide orpheline et collectionneuse d’escargots, qui sort peu à peu de sa coquille, après bien des déboires dans une société grise, froide et hostile, impliquant un jumeau perdu, un amoureux fétichiste et une vieille petite amie fantaisiste. Une antihéroïne pâle, aux cheveux hirsutes et aux grands yeux cernés, modelée dans la même pâte à modeler poétique et mélancolique que les attachants disparus de Marie et Maxle chef-d’œuvre du cinéaste, salué par la critique en 2009.

Beaucoup plus solaire, mais tout aussi poignante, est la petite héroïne excentrique de Totto-Chan : La petite fille à la fenêtrepar le Japonais Shinnosuke Yakuwa, lauréat du prix Paul Grimault (qui récompense « singularité et esprit d’innovation », selon Marcel Jean, le délégué artistique du festival). Où, en pleine Seconde Guerre mondiale, une enfant excentrique et remuante trouve enfin sa place et son bonheur dans une école atypique, sorte de Montessori version japonaise. Inspiré d’une histoire vraie (l’autobiographie de Tetsuko Kuroyanagi, un classique de la littérature jeunesse au Japon), ce beau dessin animé baigné de couleurs chaudes et de compassion méritait amplement d’être distingué.

C’est également le cas de Couler, une aventure onirique du Letton Gints Zilbalodis, notre préféré cette année, qui a remporté pas moins de trois prix : celui du Jury, celui du public et le Prix de la Fondation Gan pour l’audiovisuel, avec un autre héros errant – cette fois, il est un chat simple, adorable et intelligent – ​​perdu dans un monde submergé par l’eau, qui, en rencontrant d’autres espèces animales, apprend à s’ouvrir à l’altérité et à l’entraide. On aurait volontiers donné le Cristal à cette expérience cinématographique d’une éblouissante originalité, réalisée par un artiste d’à peine trente ans, qui, en 2020, a réalisé le film éblouissant tout seul devant son ordinateur. Autre part. Mais force est de constater que, dans un excellent millésime 2024 en sélection officielle (avec, entre autres, le très touchant et délicat Slocum et moi de Jean-François Laguionie, ou encore Le bien le plus précieuxle chef-d’œuvre de Michel Hazanavicius, déjà en compétition à Cannes le mois dernier), le choix était pour le moins épineux.

Dans la catégorie Contrechamp, réservée aux films expérimentaux, les réalisateurs célèbrent : Le Sueño de la Sultanede l’Espagnole Isabel Herguera, une odyssée féministe à la recherche d’une terre utopique, qui a remporté le grand prix, tandis que La vie, en gros, de la cinéaste tchèque Kristina Dufkova, une fable en stop motion sur l’adolescence, reçoit le prix du jury.

En attendant les autres dates de sortie de cette fournée de rêves animés, vous pouvez d’ores et déjà attribuer votre propre récompense à l’extraordinaire Couleren salles à partir du 30 octobre.

La liste complète :

Longs métrages

Cristal de long métrage : Mémoire d’un escargotpar Adam Elliott

Prix ​​du jury : Coulerpar Gints Zilbalodis

Prix ​​Paul Grimault : Totto-Chan : La petite fille à la fenêtrepar Shinnosuke Yakuwa

Prix ​​du public : Coulerpar Gints Zilbalodis

Prix ​​de la Fondation Gan pour l’audiovisuel : Coulerpar Gints Zilbalodis

Grand Prix Contrechamp : Le Sueño de la Sultane par Isabelle Herguera

Prix ​​du jury Contrechamp : La vie, en gros par Kristina Dufková

Courts métrages :

Cristal du court métrage : Percèbes de Alexandra Ramires et Laura Gonçalve

Prix ​​du jury : La voiture qui revenait de la mer par Jadwiga Kowalska

Prix ​​du public : Hurikan par Jan Saska

Alexeïeff – Prix Parker : Bel homme par Nicolas Keppens

Prix ​​« Jean-Luc Xiberras » pour la première œuvre : [S] par Mario Radev

Prix ​​du cinéma « Hors Limites » : Serre par Boris Labbé

Télévision et films de commande

Cristal pour un film de commande : Ouverture du Pictoplasma 2023 par Will Anderson

Crystal pour une production TV : Une guitare dans la mer par Sophie Rozé

Prix ​​du Jury pour un film de commande : Ted-ED « Comment l’apartheid sud-africain s’est-il produit et comment a-t-il finalement pris fin ? » » par Aya Marzouk

Prix ​​du jury pour une émission spéciale : Lola et le piano à bruit par Augusto Zanovello

Prix ​​du jury pour une série TV : Vie de Château « Le Fantôme de Versailles » de Clémence Madeleine-Perdrillat et Nathaniel H’Limi

Films de fin d’études

Cristal du film de fin d’études : carrotique par Daniel Sterling-Altman

Prix ​​du jury : Pubbert Jimbob par Quirijn Dees

Prix ​​Lotte Reiniger : Maatitel par Govinda Sao

Catégorie VR

Meilleur cristal d’illustration VR : Gargouille Doyle par Ethan Shaftel

La liste complète des gagnants est à retrouver sur le site officiel du festival d’Annecy

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Le crack et la cocaïne explosent en Suisse et cela s’explique – .