Eric Ciotti est devenu un mème

Eric Ciotti est devenu un mème
Eric Ciotti est devenu un mème

Qu’il ait ou non mis la main sur les codes Twitter du parti, peu importe : Eric Ciotti vient en tout cas de disperser Internet en petits morceaux, comme un puzzle. Petit best of.

Une étude controversée de l’ADEME estime que la pollution numérique en France est préoccupante (2,5% des émissions de gaz à effet de serre du pays). Depuis mardi, la plupart de ces émissions de CO2 sont directement imputables à Éric Ciotti. C’est bien simple, Internet ne parle que de lui. Et comme le vaudeville tragi-comique qui se joue aux Républicains a déjà plus de rebondissements que le parti n’a d’électeurs, c’est devenu un non-sens.

Certes, les espiègles internautes n’ont pas eu à se donner beaucoup de mal : le simple récit des événements suffirait à lui seul à remonter le moral d’un sénateur de l’UDI. Disons-le sans détour : jusqu’à cette semaine, il était plus réaliste d’imaginer le général de Gaulle inculpé que d’imaginer le député des Alpes-Maritimes comme un héros charismatique d’une saga politique.

C’est l’élément de surprise qui a d’abord inspiré Twitter (désolé Elon, mais personne ne le dit “X”) : “J’avoue que Ciotti se barricade physiquement au QG républicain pendant que le bureau tente de venir l’attraper par le cou, ce n’était pas dans mon bingo 2024”note avec justesse un certain @princech1904.

On ne compte plus les nombreux utilisateurs de Twitter qui plaisantaient sur le flou des frontières entre réalité et fiction : “C’est dommage qu’il y ait des caméras Netflix depuis dimanche soir pour capter tout ça”, supplie @PierreLepel… ah, eh bien, notre estimé collègue Pierre Lepelletier. Qui travaille déjà sur la saison 2 de la série en suivant les négociations à gauche pour le Front populaire (mais ça c’est une autre histoire, chaque chose en son temps).

Avons-nous dit : « pas le physique » ?

Et comme de tous les farceurs d’Internet, les journalistes de la rédaction ne sont pas les moins inspirés, citons ici la proposition pacifique de l’ami Ronan Planchon : “Pour LR, on pourrait peut-être tenter la solution à deux Etats”.

Moins sympathiques, les détracteurs de la décision prise par le président de LR (enfin, l’ex-président démis de ses fonctions mais suspendu car le tribunal ne s’est pas encore prononcé sur… enfin bref), se permettent de nombreuses plaisanteries sur le physique, ce qui est leur droit le plus strict puisqu’Éric Ciotti n’est ni une femme, ni aucun représentant d’une minorité victime de discrimination systémique (être chauve ne compte pas).

Lire aussiÉric Ciotti exclu de LR : bataille pour le contrôle des réseaux sociaux des Républicains

Et d’ailleurs, puisqu’on parle de blagues farfelues, l’une d’entre elles s’est définitivement démarquée sur Twitter : “J’ai bien envie de dire que Ciotti sera tondu à la Libération mais bon, c’est quoi”analyse finement @MoreauAugustin, dont la biographie laconique nous apprend qu’il est collaborateur… (parlementaire, tout va bien, pas de panique).

Dans le même registre, mais pour les gens de lettres, on ne compte plus les allusions au fameux vers de Jean Dujardin dans OSS 117 : « Vous n’êtes pas seulement un lâche, vous êtes un traître ! Comme votre petite taille le suggère !, cite érudit @MemesPolitiks. Pour l’information complète de nos lecteurs, à noter que la référence cinématographique est enrichie d’un jeu de mots laitier, que nous vous laisserons apprécier par vous-mêmes.

Ce n’est généralement pas la taille qui compte, mais lorsqu’il s’agit d’Éric Ciotti, tout est permis puisque Bernard Cazeneuve lui a dit un jour à l’Assemblée nationale : “Quand je suis assis ou debout, j’ai de toute façon la même taille : c’est ce qui me rapproche de M. Ciotti” (c’était le 28 janvier 2016, et l’intéressé avait éclaté de rire).

La scène du balcon

Il faut dire que, sans doute par crainte de se faire voler la vedette, Éric Ciotti a souhaité parfaire la mise en scène. On aurait déjà cru que la fin de l’acte I était écrite par Feydeau : c’est cette scène où une Annie Genevard énervée vient elle-même enfoncer la porte du siège du parti dont Ciotti y aurait été coupée. , n’avait en effet jamais franchi le seuil (il se vantait en même temps ou presque à la télé). Rideau, entracte. Acte II, scène 1 : cette fois le président du parti dramatise son arrivée au quartier général, dans lequel il entre d’un air triomphant avant de réapparaître par la fenêtre, depuis un balcon ce qui donne au drame un accent shakespearien.

La « scène du balcon » était déjà vouée à tous les détournements parodiques. C’est évidemment @IllumiReptilien qui imagine le fou armé d’un fusil automatique, attendant le GIGN d’un air de défi.

C’est une nouvelle fois le futur ancien ministre du Logement, Guillaume Kasbarian, qui décroche du coup la ceinture noire dans l’art du troller en promouvant sa propre loi : « Attention Éric Ciotti, depuis un an grâce à la loi kasbare, la procédure en cas de squattage est accélérée. Chers amis des Républicains, voici comment procéder”», commente le ministre en joignant un récapitulatif des démarches à suivre pour expulser un squatteur.

D’ailleurs Eric Ciotti peut-il vraiment être considéré comme un squatteur ? Avec nos collègues de Figaro Immobiliertoute nouvelle est bonne pour distiller de précieux conseils à nos lecteurs propriétaires….

Lire aussiÉric Ciotti, exclu de LR, peut-il être assimilé à un squatteur ?

Caractères secondaires

Finalement, que serait un héros sans le soutien de personnages secondaires ? Ils avaient également droit aux honneurs qu’ils méritaient. A commencer par le seul qui, pour une fois, n’avait pas encore pris part à l’affaire : Nicolas Sarkozy a été invoqué par @MrKaiz au moyen d’un photomontage vidéo bien senti, sobrement intitulé “Il est temps d’appeler le négociateur”. Allusion à la prise d’otages survenue dans une école maternelle de Neuilly en mai 1993, et où le maire de l’époque, Nicolas Sarkozy, a négocié en personne avec le preneur d’otages la libération des enfants sous le regard des caméras.

D’ailleurs, quitte à s’appuyer sur la biographie de Nicolas Sarkozy, qui fut dans l’histoire le premier patron de la droite pour rappeler que l’héroïsme n’est pas réservé qu’au physique des basketteurs, citons encore un autre détournement très inspiré. Sur un montage de @LeMTempete, l’ancien président des Républicains s’adresse à son successeur avec autorité : “Eh bien allez… descends un peu !”. Les hagiographes les plus alertes auront bien sûr reconnu le légendaire bain de sang de Sarkozy, survenu en Bretagne en 2007 lors d’un voyage chez des pêcheurs.

Pour l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle, la gagnante est sans aucun doute Valérie Pécresse, dont le retroussement de manches fut l’un des plus beaux moments cinématographiques de la journée. L’image se suffit presque à elle-même. Notez cette analyse puissante de @Rkefi : « Elle a retroussé ses manches comme si elle installait la marbreuse à mains nues. Ce 12 juin doit devenir un jour férié. Ce jour ne doit pas être oublié..

Par quoi devrions-nous terminer notre anthologie ? Peut-être avec cette vidéo parodique qui restera dans l’histoire : « travailler pour la France »plaisante un internaute, publiant une vidéo montrant Éric Ciotti regardant fièrement la foule de journalistes, avant de s’asseoir lentement devant un bureau complètement vide, sur fond de musique épique… Ah non, attends, il paraît que c’était en fait Eric Ciotti qui a lui-même posté la vidéo.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le tunnel sous-marin le plus long du monde reliera l’Allemagne au Danemark en 7 minutes.
NEXT Le crack et la cocaïne explosent en Suisse et cela s’explique – .