Mission Old Brewery transformée en OBNL de gestion immobilière

La détérioration de la situation des sans-abri à Montréal a atteint un tel point que la Mission Old Brewery s’est transformée en une véritable société de gestion immobilière. Aujourd’hui, elle s’efforce de trouver un refuge permanent à ceux qui n’en ont pas en multipliant la construction de nouveaux logements sociaux.


Publié à 1h12

Mis à jour à 6h30

L’explosion du nombre de sans-abri à laquelle nous assistons partout à Montréal, particulièrement depuis la pandémie de 2020, est stupéfiante. Chaque fois que je me promène dans le centre-ville, je croise sur mon chemin de nouveaux visages qui partagent la même détresse, le même manque d’ancrage dans le réel, des visages en quête d’une existence digne.

Les crises du logement et des opioïdes ont dramatiquement amplifié cette détresse humaine qui s’accroît aujourd’hui avec la multiplication des campements improvisés qui deviennent de véritables miroirs de la misère urbaine ambiante.

Chaque jour, je vais à -Je traverse la rue, coin Saint-Antoine et Saint-Laurent, et je côtoie une vingtaine, parfois une trentaine de sans-abri qui viennent de passer la nuit au campus Saint-Laurent de la Mission Old Brewery ou de prendre un verre. là. repas.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO ALAIN ROBERGE, -

James Hughes, président-directeur général de la Mission Old Brewery

« Nous avons changé notre approche il y a une vingtaine d’années. Nous essayons désormais de trouver une solution durable au sans-abrisme en sortant les gens de la rue et en leur donnant les moyens de trouver une solution permanente. Nous les suivons et nous les encadrons dans cette démarche », explique James Hughes, président-directeur général de la Mission Old Brewery, active depuis plus de 130 ans dans le soutien aux personnes dans le besoin.

Fondée en 1889, l’organisme a longtemps été une simple soupe populaire avant de devenir un refuge classique pour sans-abri. La Mission a franchi une étape importante avec l’ouverture, en 2006, du pavillon Marcelle et Jean Coutu, un premier parc de logements sociaux, au coin Saint-Laurent – ​​Saint-Antoine, dans ce qu’on appelle le campus Saint-Laurent. .

Depuis, la gestion immobilière a pris une place importante dans les activités de l’organisme qui compte plus de 300 employés et qui exploite aujourd’hui 11 immeubles regroupant 476 logements en plus de 4 immeubles qui assurent les services d’urgence pour venir en aide aux sans-abri. -les mettre à l’abri ou leur proposer différents services comme un arrêt de chaleur.

« Nous avons 470 places dans nos quatre centres d’urgence, dont le centre pour sans-abri Lise Watier, dans Hochelaga. À notre campus de Saint-Laurent, nous accueillons 186 résidents à temps plein, nous les encadrons pour qu’ils puissent éventuellement vivre dans un logement permanent », poursuit James Hughes.

En plus des 11 immeubles situés dans Hochelaga-Maisonneuve, dans La Petite-Patrie, NDG, au centre-ville, dans le Centre-Sud et sur le Plateau Mont-Royal, la Mission Vieille Brasserie entreprend la construction de 5 nouveaux centres de 10 à 47 logements. logements à Lachine, Montréal-Nord, centre-ville, Hochelaga et Centre-Sud qui ajouteront 125 logements sociaux pour loger de façon permanente des femmes et des hommes sans abri.

Prends sa place

« Nous intervenons sur le marché, car les promoteurs privés ne se lancent pas dans la construction de logements sociaux. Nous obtenons notre financement des gouvernements. »

Nos locataires sont priés de payer un loyer qui équivaut à 25 % de leur revenu mensuel, soit environ 200 $ pour les assistés sociaux. Le supplément au loyer du gouvernement du Québec comble la différence.

James Hughes, président et chef de la direction de la Mission Old Brewery

L’organisation pour les sans-abri n’est pas la seule à œuvrer pour trouver un refuge aux personnes sans abri ; La Maison du Père, l’Accueil Bonneau, Le Chaînon et bien d’autres sont également impliqués dans ce combat qui a cependant pris des proportions inquiétantes ces dernières années.

« Nous devons mettre fin au cycle du sans-abrisme en nous attaquant à la Source. C’est pourquoi nous disposons d’équipes qui cherchent à détecter ceux qui risquent de tomber dans l’itinérance. Les institutions doivent aussi être plus vigilantes, en encadrant mieux les sorties de prison ou le réseau de protection de la jeunesse », suggère James Hughes.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO ALAIN ROBERGE, -

Affiche annonçant la nouvelle campagne de financement de la Mission Old Brewery

La Mission Old Brewery vient de lancer sa campagne de financement 2024-2029 qui vise à récolter 50 millions de dons privés, qui financeront 50 % de ses frais de fonctionnement sur les cinq prochaines années.

« Le gouvernement finance 50 % de nos frais de fonctionnement annuels de 20 millions, il faut trouver les 50 % restants. Nous avons lancé la campagne avec déjà 25 millions amassés grâce notamment aux dons de la Fondation Marcelle et Jean Coutu et de la Fondation Mirella et Lino Saputo qui ont chacun accordé 5 millions», précise M. Hughes.

Les entreprises et les familles qui ont profité du dynamisme économique et financier de Montréal pour s’enrichir et enrichir la communauté doivent toutes une partie de leur réussite à la vitalité de la métropole québécoise.

En ces temps plus difficiles, la Mission Old Brewery leur offre une belle opportunité de redonner un peu de dignité à Montréal et à ses citoyens les plus vulnérables en participant activement à sa campagne de financement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT une nouvelle campagne de vaccination dans les collèges en septembre