Taxe foncière : Nice, Nancy… ces grandes villes qui taxeront le plus en 2024 : Actualités

Taxe foncière : Nice, Nancy… ces grandes villes qui taxeront le plus en 2024 : Actualités
Taxe foncière : Nice, Nancy… ces grandes villes qui taxeront le plus en 2024 : Actualités

Si la plupart des communes françaises ont décidé de maintenir leur taux d’imposition en 2024, certaines grandes villes de plus de 100 000 habitants ont choisi de l’augmenter, rappelle TF1 Info. Sympa en tête.

Chaque année, le taux de taxe foncière que doivent payer les propriétaires est recalculé. En 2024, les grandes villes de plus de 100 000 habitants ont décidé d’augmenter leur taxe foncière de 1,2 % en moyenne, précise TF1 Info. Cependant, dans le détail, la hausse des tarifs n’est pas uniforme pour toutes les collectivités, révèle une enquête annuelle du cabinet d’études Finances et stratégies locales (FSL).

Sur les 42 communes de plus de 100 000 habitants, 34 ont maintenu leur taux en 2024, soit 81% d’entre elles. C’est notamment le cas de Paris, Lyon, Bordeaux et Marseille. D’autres collectivités ont choisi d’augmenter significativement le taux d’imposition de leurs propriétaires : Nice en tête avec une hausse de 19,2%, suivie de Saint-Étienne (+15%), Nancy (+14,5%), Annecy (+14,1%) et Villeurbanne (+10%). Dans les communes de 40 000 à 100 000 habitants, le taux de la taxe foncière évolue très modérément.

Une hausse de 3,9% pour tous

Mauvaise nouvelle pour tous les propriétaires de biens immobiliers en France, car quelle que soit la décision de leur commune, ils recevront une facture majorée, à compter du 25 août 2024. En effet, à l’échelle nationale, la taxe sera réévaluée à hauteur de 3,9% puisque celui-ci est recalculé chaque année en fonction du montant annuel de l’inflation. A noter toutefois que la hausse reste inférieure à celle de 2023, où le score avait augmenté de 7,1% pour l’ensemble.

publié le 26 mai à 10h01, Emma Allamand, 6Medias

Partager

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Victoire de Véronique Blackburn
NEXT « faiblesses » dans les projets de faillite de quatre grandes banques