Le patron d’UBS veut présenter un successeur approprié

Le patron d’UBS veut présenter un successeur approprié
Le patron d’UBS veut présenter un successeur approprié

Le patron de l’UBS, Sergio Ermotti, aimerait présenter un candidat approprié pour le poste de directeur général lorsqu’il quittera l’entreprise dans quelques années, a-t-il déclaré lundi lors d’un événement organisé par l’agence de presse Reuters à Zurich.

Si sa succession n’est pas encore une priorité absolue, il est néanmoins important de disposer d’une liste de candidats potentiels présentant des caractéristiques différentes, a-t-il souligné. En effet, « selon le moment et les circonstances », une autre personne pourrait être la plus adaptée, selon lui.

Sergio Ermotti a confirmé qu’il resterait en fonction au moins jusqu’à la fin de l’intégration du Crédit Suisse convenue avec le conseil d’administration, soit jusqu’à fin 2026 ou courant 2027.

Son objectif sera alors de présenter un successeur, « comme la dernière fois ». La décision finale reviendra cependant au conseil d’administration.

La « culture » n’est pas si différente de CS

Le CEO d’UBS a également confirmé les déclarations faites la semaine dernière lors de la publication des résultats trimestriels: l’intégration du Credit Suisse se déroule très bien. Cela vaut également pour l’intégration « culturelle », a-t-il répondu à une question à ce sujet.

«Il n’y a pas de grandes différences à cet égard entre l’ancien Crédit Suisse et l’UBS. Nous avons des points communs dans de nombreux domaines et partageons les mêmes valeurs et la même conception de la manière de faire des affaires”, a-t-il déclaré.

Encore une fois, il n’a pas voulu quantifier les pertes d’emplois inévitables suite à l’intégration. Il n’a pas non plus souhaité commenter les spéculations à ce sujet. Le ‘Financial Times’ écrivait récemment que la direction d’UBS s’attendait à un effectif total de 85 000 collaborateurs après la fin de l’intégration. Fin 2022, avant le rachat, l’UBS et le Crédit Suisse comptaient au total environ 123’000 personnes.

Les effectifs seront certainement réduits, même si ce n’est pas immédiatement, a déclaré M. Ermotti. L’objectif est toutefois de minimiser les « licenciements actifs », a-t-il déclaré, faisant référence aux fluctuations et aux départs à la retraite.

/ATS

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Lunu, Lyzi, Ledger… Ces entreprises françaises qui croient au paiement en cryptos
NEXT Voici le Supertruck 2, un camion aérodynamique qui divise par deux sa consommation de carburant ! – .