Un nouveau carburant plus propre est en préparation

Un nouveau carburant plus propre est en préparation
Un nouveau carburant plus propre est en préparation

Un nouveau carburant dérivé du E85 et encore moins polluant est actuellement en cours de développement. On vous explique tout !

Depuis de nombreuses années, les voitures thermiques sont accusées de polluer et de consommer un carburant qui se raréfie. Mais les choses changent.

Un carburant innovant

Et pour cause, le gouvernement fait tout pour inciter les automobilistes à opter pour les voitures électriques, jugées bien plus respectueuses de l’environnement et moins nocives. Car les véhicules thermiques sont critiqués, notamment pour leur consommation de carburant. Mais les chercheurs travaillent dur pour concevoir des alternatives qui pourraient permettre à nos voitures thermiques de continuer à rouler. On pense par exemple au E85, qui est composé à 85 % d’éthanol issu de plantes. Mais voilà que cette dernière pourrait bientôt connaître une transformation radicale, devenant entièrement renouvelable. C’est en tout cas ce que suggère la dernière découverte des scientifiques, qui ont pu faire un carburant encore plus propre, et très prometteur. Cette dernière est alors toujours composée d’éthanol, mais il y aura tout de même une petite mais très importante différence, puisqu’il n’y aura plus d’essence fossile comme c’est le cas actuellement.

Un carburant plus respectueux de l’environnement

En effet, et comme l’explique Nicolas Kurtsoglou, responsable carburant chez Bioéthanol France, « nous supprimons la part d’essence fossile classique dans l’E85 et la remplaçons par 15% de carburant renouvelable. On peut le fabriquer à partir d’huiles alimentaires usagées et au final, on a un E85 qui est issu à 100 % de la biomasse. » Ainsi, ce carburant n’utilise plus aucune Source d’énergie non renouvelable, contrairement à l’essence, au diesel ou encore au E85 actuellement utilisés dans nos voitures. Par ailleurs, ce nouveau carburant permet également de « réduire les émissions de CO2 de 70 % par rapport à l’essence, et de 90 % à 98 % les émissions d’oxyde d’azote et de particules dans l’empreinte globale, c’est-à-dire y compris la production de carburant et sa consommation. Mais qu’en est-il du prix ? Si ce dernier n’est pas encore connu pour le moment, il devrait rester abordable. Les experts parlent en effet d’un litre qui devrait avoisiner 1 euro. De quoi garantir un beau succès à cette alternative.

Ne reste plus qu’à obtenir le feu vert de l’Union européenne pour sa commercialisation !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Pourquoi la gouvernance dissociée n’est pas une option chez TotalEnergies
NEXT Stabilisation en vue, rencontre entre la FNPCRM et le CC