Ces scientifiques pensent avoir trouvé un moyen de se dégriser plus rapidement après avoir bu de l’alcool – édition du soir Ouest-France – .

Ces scientifiques pensent avoir trouvé un moyen de se dégriser plus rapidement après avoir bu de l’alcool – édition du soir Ouest-France – .
Ces scientifiques pensent avoir trouvé un moyen de se dégriser plus rapidement après avoir bu de l’alcool – édition du soir Ouest-France – .

La consommation excessive d’alcool provoque plusieurs millions de décès chaque année. Malgré les tentatives, il n’existe aucun médicament véritablement efficace pour limiter sa toxicité. Cependant, une nouvelle étude montre des résultats prometteurs sur l’ivresse et ses effets sur le foie et les intestins.

Rien à voir avec la pilule inventée par le professeur Tournesol, pour lutter contre l’alcoolisme, en Tintin et les Picaro. Cette fois, il ne s’agit pas de rendre le goût du breuvage insupportable, mais de limiter les dégâts qu’il provoque dans l’organisme de son consommateur. Chaque année, l’alcool, ingéré en quantité excessive, est responsable de plusieurs millions de décès. C’est avec ce constat que des chercheurs chinois et européens ont débuté leur étude, publiée le 13 mai 2024, dans la prestigieuse revue scientifique Nature.

Lire aussi : Quelle est cette règle du 10-2-0 pour limiter la consommation d’alcool ?

Limiter l’éthanal

« Les thérapies existantes n’offrent qu’un soulagement temporaire des symptômes, comme les nausées et les maux de tête », observent-ils. Ils ont plutôt cherché à lutter contre la toxicité de l’alcool. Cela provient principalement de la conversion, dans notre organisme, de l’éthanol en éthanal (ou acétaldéhyde), considéré comme cancérigène. C’est lui qui s’attaque au foie et aux intestins et est notamment responsable de la « gueule de bois ».

Pour les scientifiques, il s’agissait donc de trouver un moyen de transformer cet éthanol en acide acétique moins toxique, ou en dioxyde de carbone et en eau.

Lire aussi : Trois questions pour vous aider à gérer votre consommation d’alcool

Résultats chez la souris

Ils ont obtenu des résultats probants en développant une solution buvable au nom barbare de« Hydrogel amyloïde biomimétique nanozyme ». En d’autres termes, il s’agit d’un gel à base de produits laitiers qui imite l’enzyme qui décompose naturellement l’alcool.

Le produit a été testé sur des souris, à qui on a administré massivement de l’alcool. Il a permis d’abaisser le taux d’alcool dans le sang des rongeurs de plus de 55 % après seulement quatre heures et de limiter la quantité d’éthanal. Les sujets paraissaient également moins « ivres », démontrant par exemple une meilleure capacité à se déplacer et à s’orienter. Des effets positifs ont également été observés concernant les lésions hépatiques et intestinales.

Lire aussi : Les Bretons boivent-ils vraiment plus que le reste de la France ?

« Des perspectives prometteuses »

Reste à confirmer ces premiers enseignements pour envisager une application sur l’homme. “Notre étude offre des informations prometteuses sur le développement d’antidotes efficaces et ciblés contre l’alcool, avec des bénéfices potentiels pour la protection du foie et la santé gastro-intestinale”, estiment les chercheurs. Une nouvelle encourageante pour la santé des consommateurs chroniques, même si le meilleur moyen de limiter l’impact négatif de l’alcool reste d’en consommer avec modération.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’influenceur Tibo InShape devient le premier YouTubeur en France devant Squeezie
NEXT Le festival Quercy blanc dévoile sa 56ème affiche à Montcuq