Feu vert pour le 3e lien vers l’est et la phase 1 du tramway de Québec

Le gouvernement Legault s’engage à construire un pont à l’est de Québec et de Lévis pour éviter une « catastrophe » économique en cas de fermeture du pont Pierre-Laporte. Le Premier ministre et les ministres régionaux s’engagent également à lancer les travaux de construction de la phase 1 d’un tramway dans la capitale.

Pour des raisons économiques et stratégiques, notre gouvernement s’engage à construire un nouveau lien autoroutier entre Québec et Lévisa déclaré le premier ministre François Legault, renouvelant ainsi sa promesse électorale de 2018, qu’il avait abandonnée au printemps 2023.

Le corridor Est, privilégié par la CAQ, comparativement aux autres corridors étudiés par CDPQ Infra.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Malgré les faibles gains en mobilité identifiés dans le rapport de la filiale infrastructures de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ Infra), le gouvernement estime qu’un troisième maillon est nécessaire pour offrir une solution alternative à la région. pour le transport de marchandises.

Mercredi, Caisse Infra a expliqué que les questions de sécurité économique ont été soulevées par de nombreuses parties prenantes, mais que la question dépassait son mandat. Elle a laissé au gouvernement le soin d’approfondir la question, alors que plus de 10 000 camions empruntent quotidiennement le pont Pierre-Laporte.

Il n’y aura pas d’autres études économiques ou d’achalandage, je pense qu’il y en a eu assezlance François Legault, concluant que la fermeture du pont représente un risque économique trop grand pour la région, alors que les camions seraient obligés de faire un détour par Trois-Rivières. Quelle que soit la décision, il y aura des gens qui se plaindront. Ce n’est pas un dossier facile, mais il faut faire preuve d’humilité lorsqu’il faut revoir une décision» a déclaré François Legault pour justifier cette nouvelle volte-face dans le numéro du troisième lien.

Nous avons beaucoup insisté sur le trafic qui s’exercerait sur ce nouveau lien autoroutier. En prenant du recul, on se rend compte que la question de la sécurité économique est très importante. C’est pourquoi nous modifions notre décision.

Une citation de François Legault, premier ministre du Québec

Selon le ministre des Transports, une fermeture à court ou à long terme du pont Pierre-Laporte serait catastrophique et infernal pour l’économie de nos deux régions.

Geneviève Guilbault cite l’exemple des ponts Champlain, de l’Île-aux-Tourtes et de l’Île d’Orléans, qui ont tous connu des difficultés au cours des dernières années, pour justifier la nécessité d’un troisième lien au Québec.

Ouvrir en mode plein écran

Geneviève Guilbault, ministre des Transports et de la Mobilité durable.

Photo : Radio-Canada

Nous n’avons d’autre choix que de prendre la décision responsable, pour une fois enfin, de planifier à l’avance la redondance de nos infrastructures inter-shores.

Une citation de Geneviève Guilbault, ministre des Transports et de la Mobilité durable

Abaisser le tablier du pont de Québec ?

Le gouvernement Legault s’est également montré peu ouvert quant à la solution proposée par le député fédéral Jean-Yves Duclos, soit abaisser le tablier du pont de Québec pour permettre le passage des camions. Cette section du pont relève de la responsabilité du gouvernement provincial et le tablier devra être remplacé au cours des prochaines années.

Selon Jean-Yves Duclos, maintenant que le gouvernement fédéral est propriétaire de l’infrastructure, l’abaisser lors de son remplacement serait la solution la plus simple et la moins coûteuse pour assurer le transport des marchandises en cas de problèmes sur le pont Pierre. -La porte.

Non, je ne l’ai pas entendua répondu le ministre Bernard Drainville en haussant les épaules lorsqu’on l’a interrogé sur cette idée avancée par le gouvernement fédéral. Ce que nous vous annonçons aujourd’hui, c’est un nouveau lien autoroutier qui nous permettra de transporter des camions.

Duclos sort ça de son chapeau. Il aurait pu en parler avant », « texte » : « Je trouve ça drôle que M. Duclos ait sorti ça de son chapeau. Il aurait pu en parler avant”}}”>Je trouve drôle que M. Duclos sorte cela de son chapeau. Il aurait pu en parler avanta ajouté le Premier ministre. Duclos.”, “texte”: “Nous allons nous pencher sur cette nouvelle découverte de M. Duclos.”}}”>Nous allons nous pencher sur cette nouvelle découverte de M. Duclos.

Le gouvernement Legault n’a présenté ni budget ni échéancier pour la construction de ce nouveau projet de troisième lien.

La limite est vraiment dépassée

Le chef du Parti québécois (PQ) a tenu un point de presse moins d’une heure après le discours du premier ministre pour dénoncer une mauvaise pièce.

Paul Saint-Pierre-Plamondon estime que CAQ faire une politique utilisant des fonds publics qui ne mène nulle part avec ce nouveau changement de direction sur le troisième lien. Il souligne qu’en avril 2023, la ministre des Transports elle-même a rejeté les arguments de sécurité économique en annonçant la mort du troisième lien autoroutier.

La tête de PQ demande à François Legault d’avoir la décence de suivre les recommandations de Caisse Ci-dessous.

Ouvrir en mode plein écran

Paul Saint-Pierre-Plamondon, chef du Parti québécois

Photo : Radio-Canada

Cela me dépasse. […] Il y a des limites. À un moment donné, il faut respecter les gens. Là, la limite est vraiment dépassée.

Une citation de Paul Saint-Pierre-Plamondon, chef du Parti québécois

Dans la circonscription de Taschereau au Québec, le député Étienne Grandmont rappelle que le passage des camions est interdit depuis 1992 sur le pont de Québec et que, jusqu’à aujourd’hui, personne à la CAQ ne s’était inquiété du sécurité Economique de la région.

Pour moi, cela rentre dans la catégorie des arguments farfelus des ponts par million [d’habitants] , illustre la solidarité. Étienne Grandmont estime que le gouvernement est en train de Perdre la face dans ce fichier.

Contraintes soulevées par CDPQ Infra

Dans son rapport publié mercredi, Caisse Infra avance qu’un troisième lien à cet endroit n’apporterait que des gains minimes aux automobilistes qui gagneraient en moyenne cinq minutes pour se rendre d’une rive à l’autre.

Carte du tracé du tunnel proposé par CDPQ Infra en comparaison avec le corridor est privilégié par la CAQ.

Ouvrir en mode plein écran

Le tracé du tunnel proposé par CDPQ Infra comparé au corridor est privilégié par la CAQ.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Sur la Côte-Nord, Caisse Infra arrive à la conclusion que le raccordement d’un éventuel troisième maillon au réseau autoroutier est incompatible avec le projet de transformation de l’autoroute Dufferin-Montmorency en boulevard urbain.

Le gain de temps des automobilistes est également limité car les automobilistes, en empruntant une troisième liaison vers le nord, se retrouveraient sur un réseau routier où la congestion est déjà présente.

L’ajout d’une liaison inter-fleuves à l’est aurait pour effet de déplacer la congestion observée en tête des ponts existants, n’entraînant finalement aucun bénéfice de mobilité sur le réseau routier.

Une citation de Extrait du rapport CDPQ Infra

Pour toutes ces raisons, CDPQ Infra conclut que la construction d’un troisième lien n’est pas justifiée en termes de gains pour les automobilistes de la région.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet