Décès de Bill Walton (1952-2024) • Basket USA – .

Décès de Bill Walton (1952-2024) • Basket USA – .
Décès de Bill Walton (1952-2024) • Basket USA – .

Hall of Famer, MVP 1978, MVP des Finales 1977, membre du Top 75 des meilleurs joueurs de l’histoire… Il est l’un des plus grands joueurs d’intérieur de tous les temps, en la personne de Bill Walton, qui nous a quitté aujourd’hui, comme l’a communiqué la NBA. Il avait 71 ans et luttait depuis plusieurs années contre un cancer.

Génie des années 1970, dont la carrière fut malheureusement brisée par les blessures, malgré une courte période d’intense domination, le père de Luke Walton régna sur la seconde moitié de cette décennie, après avoir été un succès en NCAA sous les couleurs de UCLA (deux titres de champion, trois trophées du meilleur joueur universitaire, deux trophées Final Four MOP, etc.).

Responsable d’une équipe de Vestes Couronné champion en 1977 et qui imposa sa règle à toute la ligue, Bill Walton était sans doute le basketteur le plus « précieux » de la NBA à cette époque. Confirmant donc les attentes placées en lui lorsqu’il fut sélectionné en première position lors de la Draft 1974…

Aussi talentueux que fragile

Le basket-ball est un sport pratiqué par cinq joueurs. » expliquait par exemple l’illustre Julius Erving, battu par Portland lors des 77 Finals. ” Les Blazers le pratiquent comme s’ils l’avaient inventé. Nous étions une équipe avec de grandes compétences en tête-à-tête, mais Portland a joué comme un groupe, sans qu’aucune tête ne dépasse. Au final, c’est le principe collectif qui l’emporte. »

Cela n’a pas duré longtemps, mais suffisamment longtemps pour marquer les mémoires de toute une génération, avant que son corps ne décide de lui gâcher la vie plus sérieusement (cheville et pied). Bill Walton réussira néanmoins à retrouver des couleurs parmi les Celticsaprès un passage sans histoire chez les Clippers, remportant notamment un nouveau titre en 1986 et un trophée de Sixième Homme de la Ligue la même année.

Au total, celui surnommé « Big Red » a raté un total incroyable de… 680 matches entre 1974 et 1988. Il n’a joué que dix saisons durant cette période et ne joue en moyenne que 47 matches par an. Laissant derrière lui le souvenir d’un basketteur au talent aussi immense que sa fragilité physique.

Bill Walton Pourcentage Rebonds
Saison Équipe MJ Min. Coups 3pts LF Désactivé Déf Tôt PD Faire la fête Int Pb CT Points
1974-75 POR 35 33 51.3 68,6 2.0 9.0 12.6 4.0 3.0 0,0 0,0 2.0 12,8
1975-76 POR 51 33 47.1 58.3 2.0 10,0 13.4 4.0 2.0 0,0 0,0 1.0 16.1
1976-77 POR 65 35 52,8 69,7 3.0 11.0 14.4 3.0 2.0 1.0 0,0 3.0 18.6
1977-78 POR 58 33 52.2 72,0 2.0 11.0 13.2 5.0 2.0 1.0 3.0 2.0 18.9
1979-80 DDC 14 24 50,3 0,0 59.3 2.0 7.0 9.0 2.0 2.0 0,0 2.0 2.0 13.9
1982-83 DDC 33 33 52,8 0,0 55,6 2.0 7.0 9.8 3.0 3.0 1.0 3.0 3.0 14.1
1983-84 DDC 55 27 55,6 0,0 59,7 2.0 6.0 8.7 3.0 2.0 0,0 3.0 1.0 12.2
1984-85 LAC 67 25 52.1 0,0 68,0 2.0 6.0 9.0 2.0 2.0 0,0 2.0 2.0 10.1
1985-86 BOS 80 19 56.2 0,0 71.3 1.0 5.0 6.8 2.0 2.0 0,0 1.0 1.0 7.6
1986-87 BOS dix 11 38,5 0,0 53.3 1.0 2.0 3.1 0,0 2.0 0,0 1.0 1.0 2.8
Total 468 28 52.1 0,0 66,0 2.0 8.0 10.5 3.0 2.0 0,0 2.0 2.0 13.3

Comment lire les statistiques ? MJ = matchs joués ; Min = Minutes ; Tirs = Tirs réussis / Tentatives de tir ; 3pts = 3-points / 3-points tentés ; LF = lancers francs effectués / lancers francs tentés ; Off = rebond offensif ; Def=rebond défensif ; Tot = Total des rebonds ; Pd = passes décisives ; ETP : Fautes personnelles ; Int = Interceptions ; Bp = Balles perdues ; Ct : Contre ; Points = Points.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Sénégal inaugure l’ère pétrolière avec le gisement de Sangomar
NEXT Bourse de Zurich: optimisme renforcé par l’inflation américaine, devant la Fed