un sondage choc avant les élections européennes

un sondage choc avant les élections européennes
un sondage choc avant les élections européennes

A deux semaines des élections européennes, le Rassemblement national est plus que jamais normalisé aux yeux des électeurs, selon un sondage.

Le Rassemblement national ne fait plus peur. C’est en tout cas ce que suggère le résultat d’une enquête Viavoice du 23 mai pour Libérer. Ainsi, parmi les personnes interrogées, 41 % déclarent avoir déjà voté pour une candidate ou une liste RN. Cela correspond à peu près au score obtenu par Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2022 (41,45 %). Parmi cet ancien électorat, 35 % comptent voter à nouveau pour le RN à l’avenir, tandis que 6 % annoncent qu’ils ne feront plus ce choix.

17% de nouveaux électeurs potentiels

Mais le Rassemblement national a attiré une nouvelle population depuis les dernières élections : 17% des sondés déclarent n’avoir jamais voté pour le parti de Jordan Bardella mais qu’ils pourraient le faire à l’avenir. Une proportion qui est montée en flèche en l’espace de quelques mois : en septembre 2023, ils n’étaient que 12 % dans ce cas. Ce chiffre est passé à 15% en janvier, puis à 16% en mars. Elle atteint son maximum en mai.

Au total, 52% des personnes interrogées se déclarent prêtes à voter pour le Rassemblement national à l’avenir. A l’inverse, seuls 36 % déclarent n’avoir jamais voté et ne voteront jamais pour le parti d’extrême droite.

32% d’intentions de vote aux élections européennes

Plus d’un électeur sur deux parmi les personnes interrogées considère le vote RN comme une option sérieuse. Une victoire pour l’entreprise de diabolisation dans laquelle se livre le camp de Marine Le Pen depuis plusieurs années. Le succès de cette stratégie s’annonce plus que payant le 9 juin, puisque la liste emmenée par Jordan Bardella aux élections européennes capte près d’un tiers des intentions de vote (32%).

A noter toutefois que 50 % des personnes interrogées dans cette enquête considèrent toujours que Marine Le Pen est « une personnalité d’extrême droite » dont l’élection à la tête de l’Etat « menacerait nos valeurs et le système démocratique ». Pour l’autre moitié, l’hypothèse de l’arrivée de la fille de Jean-Marie Le Pen à l’Elysée n’est pas particulièrement inquiétante.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Face à face à l’ONU entre la mère d’un otage et les enquêteurs
NEXT Le pasteur de Gateway Church, Robert Morris, démissionne au milieu d’allégations d’abus sexuels dans les années 1980