Dernière ligne droite mouvementée pour le procès de Trump à New York

Dernière ligne droite mouvementée pour le procès de Trump à New York
Dernière ligne droite mouvementée pour le procès de Trump à New York
A lire aussi : Le groupe de médias de Trump plonge et perd 327 millions de dollars au premier trimestre

Il leur confiera alors la lourde tâche de décider si Donald Trump était coupable, au-delà de tout doute raisonnable, de 34 falsifications comptables pour éviter un éventuel scandale sexuel en toute fin de campagne présidentielle de 2016. pour déclarer coupable, il faut l’unanimité.

Chambre évacuée

Lundi, la défense a lancé ses dernières attaques contre l’ancien avocat personnel et confident de Donald Trump, Michael Cohen. Son témoignage, le dernier des 19 cités par l’accusation, a duré quatre jours.

La défense a ensuite appelé ses témoins. L’un d’eux est un avocat et vétéran de la justice, Robert Costello, dont les courriels révélés à l’audience montrent qu’il avait approché Michael Cohen lorsque ce dernier avait été arrêté par la justice en 2018, en lui promettant le soutien de Donald Trump.

Lire aussi : « L’Apprenti », comment l’agneau Donald est devenu Trump le loup

Son style familier – il a une gestuelle théâtrale et exprime son exaspération lorsque le juge intervient – ​​lui vaut une réprimande immédiate de la part du magistrat, qui lui rappelle la solennité des lieux. Le juge évacue même la salle pendant quelques minutes pour montrer son autorité. “Un tyran”, a critiqué Donald Trump.

Michael Cohen est le témoin clé de l’accusation. Il a directement incriminé l’ancien président américain, affirmant que son ancien patron avait approuvé le paiement de 130 000 dollars à Stormy Daniels pour acheter son silence sur une relation sexuelle qu’elle affirme avoir eue en 2006 avec Donald Trump, alors déjà marié à son épouse Melania. Donald Trump nie cette relation.

Mais Robert Costello dit le contraire. « Michael Cohen a dit à plusieurs reprises que le président Trump ne savait rien de ces paiements, qu’il l’avait fait seul, il l’a répété à plusieurs reprises », assure l’avocat, à propos d’un entretien qu’il a eu avec lui le 17 avril 2018.

“Avez-vous volé?”

Michael Cohen avait effectivement cette version au début de l’affaire, après que le Wall Street Journal ait révélé, en janvier 2018, les paiements à Stormy Daniels. Il a fini par tourner le dos au tribunal. Après avoir plaidé coupable de plusieurs crimes, Michael Cohen a été condamné à trois ans de prison et a passé 13 mois derrière les barreaux.

Lire aussi : « Escroc ! », « dérangé ! » : guerre d’invectives entre Donald Trump et Joe Biden sur fond de dossier des armes à feu

L’ancien avocat s’est lui-même chargé du paiement de Stormy Daniels, quelques jours avant l’élection présidentielle finalement remportée par le républicain en 2016, et a assuré que Donald Trump avait validé son remboursement en 2017. Des dépenses déguisées selon l’accusation en « frais juridiques ». » dans les comptes de son groupe d’entreprises Trump Organization, d’où les poursuites pour falsification comptable.

Mais la défense a tout fait pour discréditer Michael Cohen, décrit par d’autres témoins comme un personnage sans scrupules. Michael Cohen a dû admettre qu’au-delà des remboursements reçus, il avait reçu d’autres sommes de la Trump Organization destinées à un client mais dont il avait conservé 30 000 $. « Vous avez volé la Trump Organization ? » a conclu l’avocat de Donald Trump, Todd Blanche. “Oui”, a répondu Michael Cohen.

« La vie bouleversée »

Devenu un ennemi juré de Donald Trump, Michael Cohen a fait de lui l’objet de deux livres et d’une longue série de podcasts, qui lui ont rapporté 4,4 millions de dollars depuis 2020, a-t-il également reconnu lundi. Mais, ajoute-t-il, la voix émue, « toute ma vie a été bouleversée » par cette affaire. « J’ai perdu ma licence d’avocat, ma sécurité financière, le bonheur de ma famille. »

Lire aussi : Plusieurs républicains sont venus soutenir Trump lors de son procès, un déplacement qui aurait pu jouer des tours à leur parti

Une question reste en suspens : l’ancien président des États-Unis témoignera-t-il ? Les experts estiment qu’il est probable que le candidat républicain à l’élection présidentielle de novembre se retire, craignant un contre-interrogatoire impitoyable de la part du parquet. Le tempétueux milliardaire n’a donné aucune indication sur le sujet lundi, préférant dénoncer un procès politique qui l’a contraint à siéger « dans cette pièce gelée et sombre pendant quatre semaines ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV WestJet annule des dizaines de vols alors que la grève des mécaniciens se profile
NEXT L’Union des marques soutient le prix CLEMI Zéro Cliché