La NASA et l’ICIMOD unissent leurs forces avec les parties prenantes régionales pour dresser une image plus claire de la qualité de l’air dans le point chaud de pollution mondiale.

La NASA et l’ICIMOD unissent leurs forces avec les parties prenantes régionales pour dresser une image plus claire de la qualité de l’air dans le point chaud de pollution mondiale.
La NASA et l’ICIMOD unissent leurs forces avec les parties prenantes régionales pour dresser une image plus claire de la qualité de l’air dans le point chaud de pollution mondiale.

KATMANDOU, 7 mai : Le Centre international de développement intégré des montagnes (ICIMOD) de Katmandou s’est associé à la NASA et à l’USAID pour tirer parti de la technologie spatiale afin de surveiller la qualité de l’air et d’autonomiser les décideurs.

Un programme de deux jours réunissant des experts de l’ICIMOD, de l’équipe des sciences appliquées de la NASA et du bureau de coordination scientifique de SERVIR formera les parties prenantes de la région à l’utilisation des données satellitaires, notamment les données de profondeur optique des aérosols (AOD) du GK2-AMI, pour la surveillance de la qualité de l’air.

« Une surveillance régulière et à long terme de la qualité de l’air est extrêmement importante pour améliorer la qualité de l’air dans une région qui est actuellement l’une des plus polluées au monde », déclare Bhupesh Adhikary, spécialiste principal de la qualité de l’air à l’ICIMOD.

La formation couvrira les produits mixtes multi-satellites, abordant des problèmes tels que la couverture nuageuse, mettant l’accent sur le mélange de données multi-satellites pour une couverture plus large et leur assimilation dans des modèles de prévision.

Les participants apprendront à assimiler les données satellitaires dans les modèles de prévision de la qualité de l’air, fournissant des prévisions jusqu’à 48 heures pour l’Asie du Sud et des prévisions à plus haute résolution pour les pays de l’Hindu Kush Himalaya.

Birendra Bajracharya, chef du parti SERVIR-HKH, déclare : « La mauvaise qualité de l’air affecte notre vie quotidienne. Les efforts de SERVIR contribueront aux interventions précoces et aux actions politiques.

Une trentaine de participants issus d’universités, d’agences gouvernementales et d’organisations de développement du Bangladesh, du Bhoutan, de l’Inde, du Népal et du Pakistan collaboreront pendant la formation. Ils visent à développer des solutions pour lutter contre la pollution de l’air dans la région de l’Hindu Kush Himalaya.

« Cette formation permet aux individus de surveiller efficacement la qualité de l’air à l’aide des données et des outils disponibles », ajoute Bhupesh Adhikary. «C’est crucial pour les régions pauvres en données comme HKH.»

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une journée dédiée au rugby inclusif se prépare à Bordeaux
NEXT Accusé d’avoir agressé une prostituée après un meurtre en juin 2007, le suspect est sorti de prison début avril