La Fed considère que la baisse de l’inflation vers son objectif est trop lente

La Fed considère que la baisse de l’inflation vers son objectif est trop lente
La Fed considère que la baisse de l’inflation vers son objectif est trop lente

(Mise à jour avec les commentaires de Jerome Powell)

WASHINGTON, 1er mai (Reuters) – La Réserve fédérale américaine (Fed) a maintenu mercredi ses taux à leurs niveaux actuels, invoquant une inflation plus persistante que prévu, et a annoncé un ralentissement du rythme de son resserrement quantitatif.

“Il nous faudra probablement plus de temps pour être sûrs que l’inflation revienne à son objectif de 2%”, a expliqué le président de la Fed, Jerome Powell, lors d’une conférence de presse.

Dans le communiqué accompagnant sa décision, à l’issue de ses deux jours de réunion de politique monétaire, la banque centrale américaine a évoqué le « manque de progrès » dans la réduction de l’inflation, alors que plusieurs données surprenaient en hausse ces derniers mois.

L’institution a réitéré son approche data-driven, Jerome Powell expliquant que « les indicateurs devront nous dire si le taux terminal est atteint ».

Le patron de la Fed a toutefois exclu la possibilité que la prochaine décision en matière de taux consiste en une hausse, qualifiant cette perspective d’« improbable ».

“Nous nous concentrons plutôt sur la durée pendant laquelle la politique monétaire doit être maintenue à un niveau restrictif”, a-t-il expliqué, soulignant que la politique monétaire était à un niveau restrictif.

SERRAGE QUANTITATIF

La Fed a également annoncé une réduction du plafond de remboursement des bons du Trésor américain à partir du 1er juin, qui passera de 60 milliards de dollars actuellement à 25 milliards de dollars.

“Cela réduira le risque de stress sur les marchés monétaires”, a expliqué Jerome Powell lors d’une conférence de presse.

Ce changement ralentira le rythme de réduction du bilan de la Fed, le volume d’actifs détenus par la banque centrale atteignant un record de 9 000 milliards de dollars en 2022 pour absorber le choc de la pandémie de COVID.

Si une telle décision était attendue de la part des marchés, l’incertitude subsistait sur la date de l’annonce. (Howard Schneider ; version française Corentin Chappron, édité par Jean Terzian)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Roland-Garros – 1er tour | La fête des Français : Gaël Monfils et Varvara Gracheva ont sauvé la mise
NEXT Côte Dorée. Le département frappé localement par de forts épisodes orageux