La Nouvelle-Calédonie, territoire d’outre-mer où la vie est la plus chère

La Nouvelle-Calédonie, territoire d’outre-mer où la vie est la plus chère
Descriptive text here

Selon une étude de l’INSEE, les prix alimentaires sont 78 % plus élevés en Nouvelle-Calédonie qu’en France métropolitaine.

Secouée par la rébellion des indépendantistes contre un projet de loi constitutionnelle votée par le Parlement, la Nouvelle-Calédonie a connu ce jeudi sa troisième nuit d’émeutes. Au-delà des protestations contre le texte qui prévoit un dégel du corps électoral, ce nouvel épisode de révoltes, le plus grave depuis les années 1980, intervient dans un contexte de profonde crise économique au sein de l’archipel du Pacifique Sud. .

Poumon économique du territoire, la filière nickel qui emploie 25% des salariés calédoniens connaît depuis plusieurs mois d’importantes difficultés en raison de la baisse des prix, du coût de l’énergie et de la concurrence étrangère. De plus, bien que les salaires soient relativement élevés (salaire net moyen d’un peu plus de 2 850 euros), le territoire est marqué par de fortes inégalités avec une personne sur 5 vivant sous le seuil de pauvreté.

Surtout, la Nouvelle-Calédonie s’impose comme le territoire d’outre-mer où la vie est la plus chère. Selon une étude de l’Insee, les prix à la consommation étaient 31 % plus élevés en 2022 dans l’archipel qu’en France métropolitaine. A titre de comparaison, cet écart avec la France est de 30,8% pour la Polynésie française, 16% pour la Guadeloupe, 14% pour la Martinique et la Guyane, 10% pour Mayotte et 9% pour la Réunion.

“Ces écarts de prix considérables s’expliquent par un coût de transport important (des produits finis comme les matières premières), une fiscalité élevée ou une production locale qui peine à réaliser des économies d’échelle”, explique l’Insee.

Les prix des denrées alimentaires sont 78 % plus élevés

L’étude prend également en compte les habitudes de consommation des ménages selon qu’ils se trouvent en France métropolitaine ou en Nouvelle-Calédonie. Ainsi, un ménage calédonien paierait 21 % de moins son panier moyen en France. A l’inverse, un ménage moyen en France métropolitaine devrait payer 43 % de plus dans l’archipel pour conserver le même train de vie.

Cela tient notamment au fait que les structures de consommation ne sont pas les mêmes d’un territoire à l’autre. Par exemple, les Calédoniens consacrent plus de la moitié de leur budget à l’alimentation, contre 44 % pour les métropoles. En effet, les produits alimentaires sont en moyenne 78 % plus chers sur l’archipel qu’en France, ce qui fait de l’alimentation le principal contributeur au différentiel de prix entre les deux territoires. Seule une minorité de produits alimentaires comme le veau ou le poisson frais sont plus abordables en Nouvelle-Calédonie, de l’ordre de 30 %.

En contrepartie de dépenses alimentaires plus élevées, les Néo-Calédoniens dépensent proportionnellement moins pour certains postes comme la santé ou l’habillement.

Des loyers 39% plus élevés en Nouvelle-Calédonie

Après l’alimentation, l’écart de prix le plus marqué entre la France métropolitaine et la Nouvelle-Calédonie s’observe dans les hôtels et restaurants qui sont en moyenne 77 % plus chers sur l’archipel. Dans le détail, les cafés et restaurants sont environ deux fois plus chers en Nouvelle-Calédonie tandis que les cantines et services d’hébergement pratiquent des prix 40 % plus élevés en moyenne.

Entre autres postes de dépenses, l’étude constate des prix 77% plus élevés en Nouvelle-Calédonie dans le secteur des télécommunications (téléphonie, internet…). Les coûts de santé y sont également 41 % plus élevés. Concernant les coûts liés au logement au sens large (loyer, charges, entretien, eau, électricité…), ceux-ci sont 30 % plus élevés en Nouvelle-Calédonie. Les loyers à eux seuls y sont 39 % plus élevés.

L’écart de prix est également de 35% pour les loisirs et la culture, de 30% pour le mobilier et l’électroménager et de 6% pour l’habillement. Les prix de l’alcool et du tabac sont finalement deux fois plus élevés en raison de l’augmentation des taxes.

A l’inverse, les prix des « autres biens et services » sont inférieurs de 12 % en Nouvelle-Calédonie, et ceux des transports sont inférieurs de 6 %. Les frais de carburant et de réparation notamment sont 30 % moins chers en moyenne au sein de l’archipel.

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Kylian Mbappé pourrait être exclu pour la finale
NEXT Tour d’Italie | Romain Bardet, des jambes et un espoir retrouvés : « Un nouveau chapitre du Giro »