« Notre statut ? Je m’en fiche ” – .

« Notre statut ? Je m’en fiche ” – .
« Notre statut ? Je m’en fiche ” – .

Timothy Castagne, l’état physique des troupes dans le compartiment défensif vous inquiète-t-il ?

Non, nous avons eu quelques problèmes, notamment à cause des blessures, mais nous avons récupéré presque tout le monde cette semaine. Witsel était présent ce samedi sur le terrain. Il a travaillé selon son programme. On verra les choix du coach pour le match de lundi. Quand les blessés reviendront, ce sera un plus pour nous. En attendant, nous devons nous en passer. Nous avons les qualités pour cela. S’il a choisi ce groupe, c’est parce qu’il considère que tout le monde est prêt à jouer. Il n’a pas pris de 20e l’homme n’est que sur le banc. C’est à certains joueurs d’élever leur niveau et de montrer qu’ils méritent d’être là. Nous avons beaucoup de qualité devant. Il faut qu’il suive.

Avez-vous des nouvelles de Thomas Meunier ?

Je lui ai parlé au lendemain du match contre le Luxembourg. C’était une énorme déception pour lui car il avait travaillé très dur pour réintégrer le groupe des Diables. Je ne sais pas quand il reviendra. Je sais qu’il travaille dur en Belgique mais il faut voir comment les choses évoluent.

Dans ce contexte où il y a eu quelques blessés, est-ce qu’on évite de tout donner lors des derniers entraînements ?

Certainement pas. Le coach veut que nous soyons agressifs mais avec la bonne dose. On sait qu’il faut se donner à 100% lors des entraînements mais qu’il ne faut pas se jeter à deux pieds sur Lukaku, De Bruyne ou Doku à cinq jours du début du tournoi.

Un premier match où vous serez sans doute le défenseur le plus expérimenté avec Debast, Faes et De Cuyper à vos côtés. Cela influencera-t-il votre rôle sur le terrain ?

Je parlerai probablement encore plus que d’habitude. J’essaie déjà de le faire même si c’est parfois compliqué de parler à l’arrière gauche quand on est à droite. J’essaie aussi de le faire avant le match ou lors d’un arrêt de jeu. Il faut aider et accompagner les plus jeunes pour que tout le monde réponde.

Si, défensivement, les choix sont limités, ce n’est pas le cas offensivement. Est-ce difficile pour un latéral de devoir s’adapter à tel ou tel ailier ?

Le coach le dit très clairement. Je sais que si je joue avec Trossard comme contre le Luxembourg, il entrera sur le terrain et je pourrai monter plus haut sur le flanc. Si je joue avec Lukebakio, il a besoin de plus d’espace sur le côté donc je sais que je dois lui donner de l’espace. Ce n’est pas très compliqué.

Selon vous, quelles sont les raisons de croire en un bon parcours pour la Belgique ?

Nous avons un bon groupe avec un bon mélange d’expérience et de jeunesse. Même si elle a parfois besoin d’encadrement, cette jeune a de la passion et on sait qu’elle est capable de faire la différence sur le terrain. On a aussi beaucoup parlé depuis le Qatar et on ne veut pas que ce soit la même chose ici. Après tout, je ne suis pas là pour vous prouver des choses. Nous devons le faire sur le terrain.

Ces dernières années, la Belgique avait le statut de favori. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Est-ce mieux pour le groupe ?

Honnêtement, je me fiche de notre statut. Que vous soyez favori ou pas, cela ne change rien. On est dans notre bulle et on va se concentrer sur chaque match. Nous sommes là et nous voulons gagner. Nous ne nous soucions pas si les gens à l’extérieur ou dans d’autres pays ne nous considèrent pas comme un favori. Le plus important c’est que nous, au sein du groupe, y croyions.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « L’erreur stupide » de Mario Barravecchia qui lui a coûté cher – .
NEXT Arnaud Ducret (45 ans) sans filtre sur sa femme et son intimité : « Elle a un corps…