ces jeunes accrédités sont déçus de l’organisation, voici pourquoi

ces jeunes accrédités sont déçus de l’organisation, voici pourquoi
ces jeunes accrédités sont déçus de l’organisation, voici pourquoi

Par

Bel éditorial

Publié le

25 mai 2024 à 13h32

Voir mon actualité
Suivre - Nice

« L’accréditation semble être la clé d’or. En réalité, il ne donne accès qu’à à une partie du Festival», déplore Sophie Chomel, 24 ans.

Autour de son cou, une accréditation portant la mention « 3 Jours à Cannes ». Un programme lancé en 2018, permettant aux cinéphiles de moins de 28 ans de venir au Festival de Cannes (Alpes-Maritimes).

Premier arrivé premier servi

Faites simplement votre demande en ligne en joignant une lettre de motivation. Trois sessions de trois jours sont proposés. Pour Sophie, qui rêve de devenir journaliste culturelle, c’était une évidence. « Tous les cinéphiles ont le Festival de Cannes en tête, explique-t-elle. En 2022, ils seront plus de 4 000 à venir sur la Croisette.

Mais avant de se glisser dans un fauteuil rouge, encore faut-il réussir à obtenir des places pour les séances. Parce que le système de billetterie est impitoyable : premier arrivé premier servi. Les jeunes accrédités ont accès deux heures après les professionnels du cinéma – bien sûr en priorité.

Sophie s’y était préparée : « J’avais lu ça c’était un problème. Mais je pensais qu’avec les conseils qu’ils m’avaient donnés, je pourrais me faire une place.

Séances hors Palais des Festivals

La jeune femme s’est même rendue au travail trente minutes plus tôt, pour être sûre d’être à l’heure pour le vernissage. Bilan, juste un film de sa sélection. Et deux autres, en cliquant « n’importe où ».

Pour ces jeunes qui rêvaient de la Croisette, la désillusion est grande. Les quelques projections obtenues ont lieu au Cinéum, un multiplex situé à une trentaine de minutes du centre-ville. Loin du tapis rouge donc. « Quand on séjourne à proximité du Palais des Festivals, il faut partir au moins une heure à l’avance. »

Vidéos : actuellement sur -

Beaucoup de temps dans un emploi du temps déjà chargé. Sophie reste optimiste :

Heureusement ce cinéma existe ! Il peut accueillir beaucoup de monde, ce qui permet de fluidifier le nombre de festivaliers. Sans cela, nous n’aurions pratiquement accès à aucune séance.

Sophie

Monter les marches, une mission impossible

Le Saint Graal pour tous les accrédités ? Séances de gala, organisées en soirée. Des projections réunissant l’élite du cinéma, avec les traditionnels monter les marches. « Il n’y a quasiment aucune chance d’en avoir un », reconnaît Sophie.

« Tout le monde veut assister à au moins l’un d’entre eux. L’équipe est présente, cela n’a rien à voir avec une séance où le film est simplement diffusé. »

Cette année, elle a pu participer à deux de ces projections. Comme l’a-t-elle fait? Elle éclate de rire : « Je ne suis pas passée par la billetterie ! Un ami a réussi à me trouver un logement.

“C’était effrayant! »

Tout le monde n’a pas cette chance. Quelques heures avant la séance, ils sont nombreux à traîner près du Palais des Festivals, en tenue de soirée. Connectez-vous en mainils espèrent qu’une personne généreuse leur offrira une place.

Malgré la fatigue, Sophie brille. Ces désagréments n’entament pas son bonheur. « Je n’ai jamais participé à un festival aussi proche de ma passion. » La veille, elle montait les marches du Palais. Elle s’en souvient avec humour : « C’était pénible ! Je devais faire attention à ma robe pour ne pas tomber.

Par Lisa Farou, au Festival de Cannes

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Pierre Vassiliu, musicien du monde – Libération – .