le communiqué de France Inter sur le racisme modifié à deux reprises, et ce n’est pas anodin

le communiqué de France Inter sur le racisme modifié à deux reprises, et ce n’est pas anodin
le communiqué de France Inter sur le racisme modifié à deux reprises, et ce n’est pas anodin
>>>>
Joël SAGET / AFP Le premier communiqué de France Inter sur Nassira El Moaddem a été très mal accueilli par la journaliste et ses partisans.

Joël SAGET / AFP

Le premier communiqué de France Inter sur Nassira El Moaddem a été très mal accueilli par la journaliste et ses partisans.

MÉDIAS – Une polémique alimentée par le Rassemblement National, CNews… et maintenant France Inter ? Depuis mercredi 1er mai, le journaliste deImages figées Nassira El Moaddem est la cible de menaces en ligne pour s’être indignée des règles strictes de la Fédération française de football (FFF) concernant l’interdiction du port du casque et des collants. Des règles récemment rappelées aux clubs afin de lutter contre les atteintes à la laïcité sur le terrain.

« Pays des racistes dégénérés. Il n’y a pas d’autres mots. Honte “, s’est exclamée la journaliste sur son compte X mardi 30 avril. Sentant l’occasion d’un buzz, le présentateur de CNews Jean-Marc Morandini interroge le député RN Julien Odoul sur son plateau le lendemain. L’élu d’extrême droite a sauté sur l’occasion. ” Si elle n’est pas contente, partez ! », réagit-il en référence aux origines étrangères de Nassira El Moaddem, bien qu’elle soit française. D’ailleurs, Julien Odoul demande que le président de France Télévisions suspend ” La journaliste.

“France Inter la jette sous le bus”

Tandis que la journaliste devient, comme elle l’écrit sur son compte X, « la cible d’une campagne sans précédent de harcèlement raciste, de menaces de mort, d’appels au viol » Alimentés par plusieurs médias de l’empire de Vincent Bolloré, d’autres internautes se tournent vers France Inter (et non France Télévisions comme l’a dit par erreur Julien Odoul) pour exiger des comptes de la chaîne. En effet, sur son profil X, la journaliste évoque l’émission Parcours des combattants pour lequel elle a collaboré à la radio publique.

Le message de la direction de France Inter en réponse à ces auditeurs avait alors suscité un tollé parmi les partisans de Nassira El Moaddem. « Chers auditeurs, nous avons reçu vos messages et nous les comprenons »écrit alors la direction de la chaîne dans un communiqué publié sur le site Internet du médiateur qui précise que « Nassira El Moaddem a collaboré ponctuellement à deux séries estivales pour France Inter en 2021 et 2022 et n’est, à ce jour, ni salariée de la station ni de Radio France ».

“Nous les comprenons” : la formulation de France Inter, qui semble partager l’indignation de Julien Odoul et de ceux qui ont participé au cyberharcèlement du journaliste, ne plaît pas à ce dernier. «Démontrer l’extrême droite, c’est creuser la tombe de tout le monde. Si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera demain.réagit Nassira El Moaddem.

La lecture de ce contenu peut entraîner le dépôt de cookies par l’opérateur tiers qui l’héberge. Compte tenu des choix que vous avez exprimés concernant le dépôt de cookies, nous avons bloqué l’affichage de ce contenu. Si vous souhaitez y accéder, vous devez accepter la catégorie de cookies « Contenu tiers » en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

« La réponse de Radio France est une lâcheté assourdissante »dénonce la présidente du groupe écologiste à l’Assemblée Cyrielle Chatelin. « Au lieu de la défendre, la direction macroniste de la radio publique la jette sous le bus »écrit la députée LFI Danièle Obono.

Un communiqué corrigé en catimini

Une maladresse reconnue sans enthousiasme par France Inter, qui a modifié en catimini son communiqué, comme le notent les confrères de Nassira El Moaddem à Images figées ce vendredi 3 mai. « Incroyable : la direction de France Inter modifie son communiqué […]
de supprimer la partie de la phrase « nous comprenons » »souligne Loris Guémart sur son compte X.

“Je n’ai plus les mots”de son côté a réagi Nasssira El Moaddem à propos de cette correction. “Je n’oublierai pas les premiers mots : ‘Nous comprenons votre réaction'”, ajoute-t-elle en précisant qu’elle n’a pas reçu “pas de mots de soutien” de France Inter face au flot de messages hostiles reçus en ligne.

En milieu de matinée ce vendredi 3 mai, le communiqué de France Inter a encore été modifié, comme le constate HuffPost. La chaîne souligne toujours que les propos du journaliste ne l’engagent pas, mais ajoute cette fois-ci : «Nous tenons toutefois à condamner les violentes attaques dont elle a été victime ces dernières heures sur les réseaux sociaux. »

Voir aussi sur Le HuffPost :

La lecture de ce contenu peut entraîner le dépôt de cookies par l’opérateur tiers qui l’héberge. Compte tenu des choix que vous avez exprimés concernant le dépôt de cookies, nous avons bloqué l’affichage de ce contenu. Si vous souhaitez y accéder, vous devez accepter la catégorie de cookies « Contenu tiers » en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Lire la vidéo

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une première partie restaurée de la façade du palais de justice dévoilée (photos)
NEXT L’animateur Sébastien Cauet, visé par une enquête pour viols sur mineurs, présenté à un juge d’instruction