ADOR réfute toutes les affirmations de HYBE et demande au label d’arrêter tout type de distorsion

ADOR réfute toutes les affirmations de HYBE et demande au label d’arrêter tout type de distorsion
ADOR réfute toutes les affirmations de HYBE et demande au label d’arrêter tout type de distorsion

Les affirmations de la société mère HYBE représentée par le président Bang Si-hyuk et le directeur général Park Ji-won ont été directement réfutées par ADOR, représentée par le PDG Min Hee-jin.

De son côté, l’ADOR a officiellement annoncé sa position le 2 mai par l’intermédiaire de son représentant légal, Sejong. ADOR a motivé cette déclaration comme suit : « Malgré les réfutations de HYBE, ADOR s’est abstenue de répondre afin de protéger la valeur sans perturber les activités des artistes. Cependant, la diffusion continue d’informations non vérifiées semant la confusion dans l’esprit du public et exacerbant la controverse nous a amenés à publier une déclaration officielle pour clarifier les faits exacts, dans l’espoir que cela contribuera à dissiper les spéculations et les malentendus antérieurs. »

ADOR a également affirmé que « les allégations de HYBE concernant l’usurpation de la direction sont infondées. En effet, la PDG Min Hee-jin a déclaré lors de la conférence de presse que sa prime était de 2 milliards de won, et qu’il ne s’agissait en aucun cas d’un salaire. Il s’agissait plutôt d’une compensation pour avoir réalisé un bénéfice d’exploitation de 33,5 milliards de won au cours des deux années écoulées depuis la création d’ADOR. Ce n’était pas le montant lui-même qui posait problème, mais le manque de clarté des critères d’incitation de HYBE et de transparence du processus décisionnel.

Déformer les faits concernant les incitations et mentionner le salaire, les incitations et les attributions d’actions du PDG Min Hee-jin pour dissimuler les points principaux ne peut être interprété que comme une tentative de HYBE d’accuser le PDG Min Hee-jin d’être motivé par des désirs financiers.

Concernant le processus de dénonciation et d’audit, ADOR soulève la question suivante : « Nous nous demandons quel type de société cotée en bourse expose au public les détails de l’audit qui devraient être traités en interne, même si cela implique d’éditer du contenu non confirmé et de les rapporter comme s’il s’agissait d’un live. diffuser. »

Sans compter que les artistes de la filiale étaient sur le point de faire leur grand retour, et ce recours à l’autorité d’audit entrave sérieusement les activités commerciales du PDG Min Hee-jin ainsi que des membres de la société. ‘ADOR, qui a travaillé sans relâche jour et nuit. En particulier, il est inexact de dire que HYBE a fourni de nouveaux ordinateurs portables et téléchargé les données existantes afin de ne pas perturber le travail. En effet, les ordinateurs portables des vice-présidents ont été saisis sans même leur laisser le temps de télécharger les documents de travail existants, sans compter que la procédure de confiscation elle-même n’était pas raisonnable. »

ADOR a également réfuté les affirmations de HYBE selon lesquelles il avait promis de faire ses débuts avec NewJeans en tant que premier groupe féminin, alors que c’était LE SSERAFIM qui avait fait ses débuts, et avait également reçu pour instruction de ne pas promouvoir NewJeans lors de sa première apparition sur la scène.

Quant à l’affirmation selon laquelle le contrat entre HYBE et Min Hee-jin n’était pas un « contrat d’esclave », ADOR a noté que « le PDG Min Hee-jin ne nie pas la nécessité d’interdire la concurrence. Elle est consciente, en tant que PDG d’une entreprise de divertissement, qu’il peut lui être interdit de se livrer à des activités concurrentielles pendant une certaine période. Il est cependant essentiel que la portée et la durée de l’accord de non-concurrence soient raisonnables, ce qui n’est pas le cas du contrat conclu avec les actionnaires.

Selon eux, « l’accord d’actionnariat actuel est complètement irrationnel puisque la PDG Min Hee-jin ne peut être levée de l’interdiction de concurrence que si elle ne détient plus d’actions, et il est naturel que quiconque tente de résoudre une telle injustice ».

Dans sa réponse de décembre dernier, HYBE affirmait qu’il existait des divergences d’interprétation concernant les dispositions du contrat relatives à la vente et qu’elle résoudrait les parties ambiguës. Il n’en reste pas moins que tout expert juridique constaterait que le contenu n’est pas ambigu et que le PDG Min Hee-jin est tenu de continuer à subir l’interdiction de concurrence jusqu’à ce qu’elle obtienne l’accord de HYBE pour transférer toutes les actions. Alors qu’ils avaient promis de résoudre les points ambigus en décembre de l’année dernière, ce n’est qu’à la mi-mars de cette année que nous avons pu recevoir une proposition visant à réviser ce contenu.»

ADOR réfute toutes les affirmations de HYBE et appelle le label à arrêter toute forme de distorsion. K-Sélection

ADOR a également partagé sa position officielle sur les rapports de suivi concernant le contrat d’actionnaires. L’agence a déclaré : « HYBE laisse croire au public que le PDG Min Hee-jin a insisté pour obtenir 30 fois plus d’options de vente, suggérant que le conflit actuel découle de ses motivations financières. » Il convient toutefois de noter qu’à 30 reprises, les options de vente faisaient simplement partie de la proposition lors du processus de modification des éléments déraisonnables du pacte d’actionnaires qui reflète la valeur future de la production d’un groupe de garçons et qu’elles ne constituaient pas un point prioritaire dans la négociation.”

Selon ADOR, « lors de la signature de l’accord d’échange d’actions et du contrat d’actionnaires en mars de l’année dernière, HYBE a également promis d’accorder au PDG Min Hee-jin une participation de 10 %. dans ADOR sous forme de stock-options. Un avis juridique a toutefois révélé que les options d’achat d’actions ne peuvent pas être accordées à Min Hee-jin, qui est un actionnaire important en vertu de la loi sur le commerce. Il faut savoir que ce n’est pas Min Hee-jin qui a demandé ces stock-options, c’est plutôt HYBE qui les lui a proposées. Min Hee-jin ne pouvait pas nier le fait que HYBE l’avait trompée. C’était une question de confiance. »

ADOR réfute toutes les affirmations de HYBE et appelle le label à arrêter toute forme de distorsion. K-Sélection

Ils ont ajouté : « Il est également faux d’affirmer que HYBE a proposé de lever l’interdiction de concurrence et que le PDG Min Hee-jin l’a rejetée. HYBE a suggéré que Min Hee-jin serve pendant 8 ans, puis soit interdite de compétition pendant un an après sa retraite. Ils ont également suggéré d’exercer les options de vente par étapes en fonction de ce délai. Les négociations sur le contrat d’actionnariat ont cependant donné lieu à une controverse sur les questions d’ILLIT, qui perdure encore aujourd’hui. Le PDG Min Hee-jin n’a pas commenté la proposition de HYBE. Ce n’est pas vrai que Min Hee-jin a refusé la proposition.

L’affirmation de HYBE selon laquelle Min Hee-jin s’est tourné vers un chaman pour diriger l’entreprise a également été réfutée par ADOR, déclarant : « Ce sont nos décisions de gestion rationnelles qui sont à l’origine du succès de NewJeans et des performances remarquables d’ADOR en peu de temps. Ces arguments ont été avancés par HYBE dans une tentative apparente de piéger ADOR et de discréditer notre succès. L’augmentation des ventes et du bénéfice d’exploitation d’ADOR est le résultat de l’évitement des dépenses inutiles, de la gestion efficace des budgets et de nos efforts conjoints pour améliorer l’image de la marque. »

« Les membres et PDG d’ADOR, Min Hee-jin, ne travailleraient pas sans relâche, jour et nuit, si leurs affirmations étaient vraies. Ce qui est vraiment pathétique, c’est que HYBE, une société qui devrait diriger la K-POP, a tenté de lancer des attaques personnelles sans rapport avec elles et les a annoncées juste avant la conférence de presse de Min. Hé-jin.

ADOR réfute toutes les affirmations de HYBE et appelle le label à arrêter toute forme de distorsion. K-Sélection

Enfin, ADOR a souligné : « ADOR continuera par la suite à faire de son mieux pour soutenir les activités de NewJeans. Dans la mesure où HYBE souhaite protéger la propriété intellectuelle et prendre en compte les intérêts des actionnaires, nous espérons la voir mettre fin à sa campagne de diffamation peu convaincante et faire preuve d’une approche raisonnable pour soutenir le plein engagement d’ADOR en faveur de la création. »

Qu’en penses-tu ?

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV A 40 ans, Vitaa brise le silence sur le comportement de Jean-Jacques Goldman en privé : « Il est… – .
NEXT L’Organisation mondiale Dahn s’exprime sur la situation de HYBE et BTS en créant une vidéo