Pro D2 – C’est déjà la reprise pour les 16 équipes de deuxième division – .

Pro D2 – C’est déjà la reprise pour les 16 équipes de deuxième division – .
Pro D2 – C’est déjà la reprise pour les 16 équipes de deuxième division – .

Les équipes de Pro D2 ont repris l’entraînement avec leurs nouvelles recrues et se lancent dans une préparation d’avant-saison qui s’achèvera le 30 août, pour le coup d’envoi du championnat.

Chaque année, c’est le même sentiment. Les équipes de Pro D2 ont – déjà – repris le chemin de l’entraînement, alors que la saison semble à peine terminée. Mais ce n’est pas parce que le Top 14 vient de livrer son épilogue que la Pro D2 se calque sur les mêmes dates. Bien au contraire, les équipes qui ne se sont pas qualifiées pour la phase finale n’ont plus joué depuis le 17 mai. C’est pourquoi la fin de la récréation a été sifflée pour les équipes de deuxième division.

Pour ceux qui ont repris fin juin, l’idée était de faire un premier départ, sans les recrues, avant qu’elles ne rejoignent leurs nouvelles équipes le 1er juillet. Par exemple, depuis sa défaite en barrage contre Béziers, le CA Brive a été très actif tant au niveau du recrutement (Curwin Bosch, Paul Pimienta, Konstantine Mikautadze, etc.) que dans son staff (Joe Worsley, Saïd Hirèche, etc.). Ce qui justifie assez logiquement, avant la reprise sportive, qui a eu lieu ce lundi, un point. La veille était donc l’occasion de se retrouver et de présenter le nouveau projet à tout ce beau monde.

Préparations amusantes

Et c’est cette semaine que les choses sérieuses sont devenues, avec la tant redoutée préparation physique d’avant-saison, poussant les corps dans leurs derniers retranchements. Car ce sport requiert à la fois un haut niveau de rythme et un niveau musculaire. Pourtant, la « prépa » sans ballon est passée de mode, à la fois pour maintenir les joueurs en alerte, mais aussi pour entamer la « prépa rugby ». « Il y a beaucoup de travail physique, oui, mais on veut qu’il y ait du jeu, du travail collectif aussi.expliquait Roméo Gontineac, le directeur d’Aurillac, à la même époque l’année dernière. « J’impose une bonne dose de jeu brouillon. » De quoi rendre les longues semaines de course de fond un peu plus faciles…

Pour les plus précoces, comme le Stade Niçois à Auron, le stage de cohésion égaye la préparation.

Dans la même lignée, les stages de pré-saison sont devenus monnaie courante. Le village de Saint-Lary-Soulan (65) accueille chaque été de nombreuses équipes de Pro D2 et de Top 14, qui profitent de ses infrastructures et surtout du cadre pyrénéen qui permet aux joueurs de souffler un peu.

L’an dernier, le Stade Aurillacois avait ainsi réalisé un mini-séjour avec le peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie (Psig) : stage de nuit, randonnée avec un peloton de haute montagne… “Ce fut une expérience incroyable”Anderson Neisen s’est exclamé. En général, ces camps sont aussi l’occasion de réaliser des olympiades pour se dépenser avec un esprit de compétition : « Il y avait du lancer de hache, du lancer de couteau, du biathlon, de la trottinette de descente, du tir à la cordeénumère Yann Kergourlay, responsable de l’équipe et organisateur de ces séjours des Columérins à Saint-Lary chaque saison. Cela permet de créer une émulation au sein des équipes que nous avons constituées pour les six jours. »

Déjà la reprise pour les clubs de Pro D2.

« Matchs tests » amicaux

Enfin, les matchs amicaux seront le point d’orgue de cette pré-saison, avec cependant des stratégies différentes selon les clubs. Ici, des clubs veulent jouer deux fois dont une équipe du Top 14, là, d’autres qui se contenteront d’un seul match amical… Si ces matchs de préparation n’ont pas encore l’intensité qu’aura la reprise du championnat le week-end du 30 août, ils auront le mérite de jauger les joueurs pour mieux comprendre la marge de manœuvre qui leur reste. Mais on n’en est pas encore là…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV CapFriendly est officiellement fermé au public – Portail des Îles-de-la-Madeleine – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné