Soviet Suprem divertira le public ce samedi soir aux Estivales du Canal – .

Soviet Suprem divertira le public ce samedi soir aux Estivales du Canal – .
Soviet Suprem divertira le public ce samedi soir aux Estivales du Canal – .

Soviet Suprem est un groupe qui a déjà fêté ses dix ans sous les yeux de Moscou, mais pas seulement. Il compte animer la foule lors de son concert.

La dix-septième édition des Estivales du Canal donne le ton d’entrée, avec ce concert de Soviet Suprem, groupe de la banlieue est de Paris. Elle enchaîne les concerts hauts en couleurs, avec un troisième album intitulé Made in China, qui sortira en septembre.
Nous avons contacté Erwan Séguillon, l’un des leaders, chanteur du groupe, fils de son père, Pierre-Luc Séguillon, journaliste de télévision spécialisé dans la vie politique, qui a notamment interviewé Georges Marchais, alors chef du Parti communiste français, par exemple, à la Fête de l’Huma.

Oldelaf, Tiken Jah Fakoly, Soviet Suprem, La Ruda… Voici le programme des Estivales du canal 2024 à Vierzon

Un groupe né d’une blague

« Je viens d’une banlieue rouge de Vitry-sur-Seine, j’ai été élevé là-dedans. Mon père n’était plus communiste quand il travaillait à la télé. Il est décédé en 2010 et n’a donc pas connu Soviet Suprem. C’est né comme une blague, une récréation lors d’une soirée dansante balkanique », raconte-t-il.
Erwan Seguillon a d’autres groupes à son actif, dont Java, qui mélange hip-hop et musette, et un projet solo. Toma Feterman, l’autre leader du groupe, multi-instrumentiste, joue également dans le groupe La Caravane ne passe.
Dans Soviet Suprem, Erwan s’appelle Jean Lénine et Toma Feterman, Sylvestre Staline. Ils seront quatre sur scène, avec Yugo Chavez au saxophone, et Didier Croute Chef (Nicolas Krassilchik) de son vrai nom en DJ.
Soviet Suprem ne joue pas que dans les bastions communistes, même si le groupe connaît le chemin de la Fête de l’Huma. « On a développé le truc sur les réseaux sociaux et on a un bon directeur marketing en Vladimir Poutine », ajoute-t-il.
Soviet Suprem joue sur un imaginaire où l’URSS aurait gagné la guerre froide. Tout un programme. Avec l’Internationale comme alpha et oméga de la world music.
Le troisième album, Made in China, n’est pas encore sorti, mais le public aura l’occasion d’écouter quelques titres, mixés avec des anciens et des tubes, lors du concert. « Avec l’Internationale, on était dans l’œil de Moscou. Avec Marx Attack, on penchait davantage vers l’électro et avec Made in China, on explore les sonorités asiatiques. On est avant tout partisans de la Dancefloor Revolution », confie John Lenin.

« Un sport de combat »

Evidemment, Erwan n’est pas insensible au contexte politique. « Nous ne sommes pas militants car nous perdrions notre sens de l’humour. On nous attaque sur les réseaux sociaux et on répond avec humour. Je suis sûr que les gens qui votent RN viennent danser à nos concerts. On sait aussi que le RN va s’en prendre à la culture et aux immigrés. On y est habitué : faire de la musique est un sport de combat. » « On était déjà allés aux Estivales il y a quelques années. Un très bon souvenir dans ce bel endroit où le concert est en plus gratuit », conclut Erwan Seguillon.

François Lesbre
Pratique. Le concert débute à 20h30 avec un off, quai du bassin, de 22h à 23h30, avec le pop-rock de Race Barrow.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Meilleurs nouveaux restaurants à Montréal – Juillet 2024 – .
NEXT Purolator réduit ses émissions et mise sur Montréal pour le diesel renouvelable – .