Jonathan Marchessault n’a pas voulu subir de pression – .

Jonathan Marchessault n’a pas voulu subir de pression – .
Jonathan Marchessault n’a pas voulu subir de pression – .

En cette journée d’ouverture du marché des agents libres, les Canadiens de Montréal se montrent, comme prévu, très discrets.

Hormis la signature d’Alex Barré-Boulet, Kent Hughes et son équipe restent discrets.

Cela ne veut pas dire pour autant que la direction du CH ne fait rien. Au contraire, elle lance des appels et fait également des offres à certains agents libres.

De plus, on apprenait dans les dernières heures que l’attaquant québécois Jonathan Marchessault, qui a signé avec les Predators de Nashville, avait reçu une offre des Canadiens de Montréal, une offre qu’il a grandement considérée avant de recevoir un appel de Steven Stamkos.

Les Canadiens se retrouvaient donc deuxièmes derrière Nashville, tandis que l’appel de Stamkos semble avoir fait pencher la balance.

Toutefois, Marchessault a déclaré plus tard dans une entrevue télévisée à TVA Sports que la pression du marché montréalais était un autre facteur qu’il avait pris en compte dans sa décision.

En effet, l’attaquant québécois a expliqué qu’il n’était pas très chaud à l’idée d’être constamment sous les projecteurs et sous pression à Montréal.

On comprend donc que Marchessault aimait l’offre de Montréal et l’idée de jouer à domicile, mais qu’au final, la pression du marché montréalais ne l’intéressait pas.

« Il y a tellement de pression médiatique. Lorsqu’un joueur offensif traverse une mauvaise passe à Montréal, il se retrouve rapidement dans les rumeurs d’échange. » – Jonathan Marchessault

Le Québécois a également dit en souriant qu’une visite au Centre Bell de Montréal par année était suffisante et que c’était tout à fait correct.

Marchessault n’aimait pas voir son nom dans le journal presque tous les jours.

« Je me suis aussi demandé si ça valait la peine que mon nom soit dans le journal tous les jours ou tous les deux jours. On est soit un roi, soit un zéro. » – Jonathan Marchessault

Le nouvel attaquant des Preds de Nashville a également abordé le sujet de ses enfants, qui n’étaient pas du tout dégoûtés à l’école en raison de sa performance avec les Golden Knights, et cela continuera à Nashville.

À Montréal, le Québécois estime que les choses auraient pu être différentes.

Bref, le CH a vraiment tenté d’acquérir Marchessault, mais au final, encore une fois, le Tricolore est arrivé en bonne deuxième place dans une telle course pour une signature.

La pression montréalaise aura encore une fois pesé dans la balance.

Mentionnons que lors de son point de presse d’aujourd’hui, Kent Hughes a confirmé avoir parlé au Québécois, mais qu’il n’était pas prêt à aller aussi loin que quatre ou cinq ans avec lui.

Ce n’est pas une surprise.

Beaucoup de

– Vincent Desharnais à Vancouver.

– Beau contrat.

– Petit contrat.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Patrick Vieira, c’est fini ! – .
NEXT Le tabou de l’excision dans le monde de la course à pied [1/3] – .